Cinémotion

CINÉMOTION Le film qui m’a le plus… libéré !

Voici un film qui a justifié à lui seul mon abonnement à un journal de cinéma qui n’est pas deuxième…

Nous sommes en 1998, je n’ai pas encore internet, et, à l’époque, je choisis mes séances de cinéma presque uniquement en lisant les articles et les critiques de mon journal de cinéma favori (bien sûr, Les Chroniques de Cliffhanger & Co n’existaient pas encore), d’ailleurs pour tout connaître sur l’histoire de Première, je vous d’aller jeter un œil ici. Bref, en 1998 je ne connais pas Emir Kusturica, je n’ai jamais vu ses films, mais la critique enthousiaste du journaliste m’a donné envie de découvrir Chat noir Chat blanc. Vendredi soir, 20h30, un tout petit UGC (le film jouait dans peu de salles), 5 spectateurs, un sachet de m&m’s, et un choc…

Chat noir Chat blanc ou La vie rêvée selon Kusturica, un film, jouissif, délirant, fou, traversé par un souffle de liberté que je n’avais jamais ressenti. Une vision utopique d’un monde bordélique et généreux où l’amour triomphe de tout, où la mort n’est pas vraiment définitive et la vie loufoque, belle et drôle. Quand je suis sorti du cinéma je me suis senti libre comme jamais, envie de danser, de rire, d’aimer… enivré par la musique du No Smoking Orchestra et par le sourire de Branka Katic. Merci Kusturica d’avoir fait rimer cinéma, musique, amour, et liberté et d’avoir libéré mon âme le temps d’une séance qui a marqué ma vie !

Rendez-vous le moins prochain pour le film qui m’a le plus… permis de tuer !

On résume :

Le film : Chat noir, chat blanc
Le réalisateur : Emir Kusturica
Le casting : Bajram Severdzan, Srdjan Todorovic, Branka Katic
L’année : 1998
Entrées France : 705543  entrées
Récompenses : Lion d’argent à la Mostra de Venise en 1998
Le pitch : Matko le gitan, qui vit au bord du Danube de petits trafics avec les Russes, a besoin d’argent pour réaliser un coup important. Il demande à Grga Pitic, parrain de la communauté gitane et vieil ami de la famille, de le financer. Grga accepte, mais Matko n’est pas à la hauteur et se fait doubler par le dangereux Dadan. Pour solder sa dette, Dadan lui propose de marier son fils Zare à Ladybird, sa minuscule soeur cadette. Mais Zane en aime une autre, la blonde Ida. Le mariage a lieu. La mariée profite d’un moment d’inattention et s’enfuit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s