Critiques Cinéma

L’ADIEU (THE FAREWELL) (Critique)

SYNOPSIS: Lorsqu’ils apprennent que Nai Nai, leur grand-mère et mère tant aimée, est atteinte d’une maladie incurable, ses proches, selon la tradition chinoise, décident de lui cacher la vérité. Ils utilisent alors le mariage de son petit-fils comme prétexte à une réunion de famille pour partager tous ensemble ses derniers instants de bonheur. Pour sa petite fille, Billi, née en Chine mais élevée aux Etats-Unis, le mensonge est plus dur à respecter. Mais c’est aussi pour elle une chance de redécouvrir ses origines, et l’intensité des liens qui l’unissent à sa grand-mère. 

Le nom de Lulu Wang était encore peu connu ici ou aux États-Unis avant l’an dernier. Car la jeune réalisatrice de 36 ans n’a pu réaliser que son deuxième film en 2017. Avec L’Adieu, elle retrace son histoire personnelle. Elle qui l’avait déjà racontée dans un épisode de l’émission This American Life, diffusée sur la radio NPR, a pu le développer avec le réalisateur et producteur Chris Weitz sur grand écran. L’histoire de L’Adieu n’est pas des plus banales. Billi, une jeune femme d’origine chinoise vivant à New-York, fusionnelle avec Nai Nai, sa grand-mère, apprend par sa famille que la matriarche souffre d’une maladie incurable. Désirant la voir une dernière fois, tout son clan part en Chine pour assister à un mariage familial, prétexte haut en couleurs pour lui faire discrètement ses adieux. Car si la famille est au courant du décès à venir, la principale intéressée, elle, l’ignore complètement ! Coïncidence ou non, deux films parlant de cancer et de mort non avoués vont donc s’enchaîner dans les salles en peu de temps. Après la touche française de Le Meilleur Reste à Venir avec Patrick Bruel et Fabrice Luchini, hommage à la comédienne Valérie Benguigui, voici une histoire se déroulant dans un tout autre continent, réglé à des codes bien spécifiques. L’Adieu, c’est donc une histoire vraie, celle de Lulu Wang. La réalisatrice et ses parents ont déménagé de Chine pour aller vivre aux États-Unis lorsque Wang était une enfant, provoquant un déracinement. Car passer de l’Orient à l’Occident, c’est devoir assimiler une toute nouvelle culture, un tout nouveau de mode de vie. Dans son film comme dans la vie, si Billi/Lulu semble avoir assimilé au mieux l’American way-of-life, elle reste cependant très proche de ses racines. Sa relation avec Nai Nai est pleine de tendresse, et il est difficile de ne pas fondre devant la bienveillance et le caractère de ce superbe personnage.

Alors apprendre que Nai Nai va mourir, forcément, cela fait autant un choc pour Billi que pour le spectateur. Encore plus quand Billi réalise qu’elle va devoir cacher sa propre mort à sa grand-mère, au nom des convenances et du tabou de la mort dans le pays. Avec un sujet pareil, on aurait pu craindre un drame difficile, mais le miracle de L’Adieu est justement de célébrer la vie de Nai Nai, au lieu de pleurer un décès à venir. Si le film commence par un drame existentiel pour Billi, son arrivée en Chine transforme le long-métrage en une comédie bienveillante aux allures de vaudeville. Entre le comique de situation, les doubles-sens et les quiproquos, il est difficile de ne pas rire devant la situation ubuesque de Nai Nai et de sa famille. L’équilibre entre incompréhension des traditions d’un autre pays et respect profond des autres traditions est bien respecté. Nulle moquerie de l’idéologie chinoise, simplement des choses à respecter, qu’on le veuille ou non. Et si le film traite admirablement de ces questions, la place que la mort occupe dans la société est également écrite avec finesse. Certes, on finira tous par mourir, mais chacun a un rapport différent à notre futur trépas. Certains l’attendent sereinement, d’autres paniquent un peu plus. Dans chaque cas, c’est une vision profondément personnelle mais encore trop tabou. L’Adieu montre ce qui se passe quand une vision de la mort en rencontre une autre. On est aussi impuissants que Billi, persuadée que sa grand-mère mérite de connaître la vérité. Mais on peut également comprendre la famille de Nai Nai et le personnel médical qui refuse d’angoisser la vieille dame qui est encore pleine de vie et de mordant. Il n’y a pas de bon ou de mauvais camp : simplement deux visions, venues de deux continents différents, qui tentent de coexister, parfois avec fracas, mais jamais brutalement.

Cette double-identité transpire également visuellement. Avec une mise en scène léchée et précise, frôlant de près le clipesque par moments, Lulu Wang impose une imagerie américaine sur une histoire orientale au rythme doux et lent. Loin de l’hystérie qu’une vision américaine de studio aurait pu exiger sur une telle histoire. Wang a trouvé sa propre voie, sa propre identité visuelle, et son écriture aussi précise que douce laisse également la place aux acteurs pour y imposer leurs performances. Et si Awkwafina brille dans la peau de Billi, c’est surtout Zhao Shuzhen en Mai Mai qui force le respect. Elle est déjà devenue la chouchoute du public aux États-Unis et on espère vivement qu’elle sera dans la course aux Oscars le mois prochain. Malgré quelques flottements dans le rythme, L’Adieu s’impose donc comme une belle sortie pour SND, qui nous offre la chance de voir dans les salles françaises une superbe comédie dramatique portée par un casting de talent, une vision artistique soignée et un propos sur l’identité et le tabou de la mort plus que pertinent en cette nouvelle décennie. C’est à ne rater sous aucun prétexte, parce que vous en sortirez avec les yeux humides autant qu’un grand sourire.

 

Titre Original: THE FAREWELL

Réalisé par: Lulu Wang

Casting : Zhao Shuzhen, Awkwafina, X Mayo …

Genre: Drame, Comédie

Sortie le: 08 janvier 2020

Distribué par: SND

4 STARS EXCELLENTEXCELLENT

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s