Critiques Cinéma

LE ROI (Critique)

SYNOPSIS: Hal, jeune prince rebelle, tourne le dos à la royauté pour vivre auprès du peuple. Mais à la mort de son père, le tyrannique Henri IV d’Angleterre, Hal ne peut plus échapper au destin qu’il tentait de fuir et est couronné roi à son tour. Le jeune Henri V doit désormais affronter le désordre politique et la guerre que son père a laissés derrière lui, mais aussi le passé qui resurgit, notamment sa relation avec son ami et mentor John Falstaff, un chevalier alcoolique. 

L’aventure du réalisateur David Michôd avec Netflix continue avec la sortie récente du film Le Roi sur la plateforme, après qu’il ait déjà officié sur War Machine, avec Brad Pitt. Adaptant librement cette fois des pièces de William Shakespeare (Henri IV et Henry V), Michôd s’entoure d’une grosse production pour mettre sur pied un film particulièrement singulier. Le Roi (ou The King en version originale) raconte l’histoire du fils du Roi Henri IV d’Angleterre, Hal. Ce dernier, ado débauché, se voit contraint de devenir le nouveau Roi à la mort de son père. Sur le chemin de son ascension, il devra faire face à la menace de l’armée française et de ses dirigeants, bien décidés à humilier le jeune régent britannique. Henri V ne souhaite surtout pas suivre les guerres de ses aïeux, mais ses ambitions pacifistes et idéalistes seront mises à rude épreuve par de sombres desseins se tramant dans l’ombre. En premier lieu, Le Roi piétine allégrement les écrits de Shakespeare ainsi que la réalité historique de la bataille d’Azincourt. Mais Michôd monte à la place un film d’une puissance impressionnante, efficace par son esprit aventureux et ses visuels lumineux. Le Roi est un film réussi, qui se nourrit d’une ambiance singulière à mi-chemin entre le spectaculaire et le contemplatif. Il pose son intrigue, laisse les personnages et relations évoluer dans leurs environnements, avant de porter de grands coups lors de scènes d’action majeures dans la dernière partie du film. C’est une grande force pour ce récit aux allures de fresque : Michôd pousse l’aspect intimiste de l’histoire (avec un petit h) pour se centrer sur l’émergence d’un leader.

le roi 1 cliff and co

Ainsi, le metteur en scène monte un film esthétiquement léché, laissant les lumières balayer les décors et les comédiens. Le soin apporté à la photographie est notable, et transmet au film une fraîcheur et une atmosphère particulièrement bien vues. Mis en image par Adam Arkapaw, Le Roi est une pure réussite visuelle. Michôd propose une imagerie picturale, presque iconique, soutenant le propos radical de sa mise en scène. La lenteur repoussera certains et pourrait lui être reprochée, mais elle ne sert qu’à étaler le point de vue jusqu’à jouer sur le terrain du contemplatif. Le cinéma proposé ici permet de prendre à revers l’Histoire en même temps que le concept même de film historique. Le réalisateur monte sa propre vision de ce couronnement, ce qui donne une vraie identité, une vraie patte à un film qui avait bien besoin de ça pour exister. La musique englobe l’ensemble dans une ambiance tantôt planante tantôt spectaculaire, et le tout trouve un équilibre assurément juste, montant un film aussi grandiose que précis dans son propos.

le roi 2 cliff and co

On notera que la grande qualité du long-métrage se révèle être bien évidemment son casting, mené d’une main de roi par un Timothée Chalamet impérial. Il happe toutes les scènes où il apparaît, brillant dans tous les registres d’interprétation que lui offre son rôle. Il est magistral en adolescent dépravé et fêtard se muant façon récit initiatique en chef de guerre cherchant sa place entre l’héritage qu’il traîne comme un fardeau et ses idéaux pacifistes. A ses côtés, on retrouve Joel Edgerton, incarnant Sir John Falstaff, chevalier puis conseiller militaire de Henri V, jouant un rôle majeur dans l’histoire du jeune roi. Sean Harris tire aussi son épingle du jeu en interprétant Sir William Gascoigne. On s’arrêtera évidemment aussi sur la performance d’un Robert Pattinson se métamorphosant en jeune Dauphin prétentieux, arrogant et immature arborant une coupe improbable et un accent français affreux. Et étonnamment il est crédible dans ce rôle très peu valorisant pour un acteur de son espèce.

le roi 3 cliff and co

En résumé, Le Roi est un grand film, une fresque efficace et impressionnante, muant un drame intimiste en spectacle prenant, visuellement sublime et redoutablement bien écrit. Timothée Chalamet prouve une nouvelle fois qu’il est l’un des meilleurs -si ce n’est le meilleur- de sa génération. Il est l’âme du film, et assoit son règne -on l’espère- définitivement.

Titre Original: THE KING

Réalisé par: David Michôd

Casting : Timothée Chalamet, Robert Pattinson, Ben Mendelsohn …

Genre: Historique, Drame, Biopic

Sortie le: 1er novembre 2019

Distribué par: Netflix France

4 STARS EXCELLENTEXCELLENT

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s