Critiques Cinéma

RESERVOIR DOGS (Critique)

4,5 STARS TOP NIVEAU

reservoir-dogs-cliff-and-co

SYNOPSIS: Après un hold-up manqué, des cambrioleurs de haut vol font leurs comptes dans une confrontation violente, pour découvrir lequel d’entre eux les a trahis.

Dans la scène d’ouverture, une demi-douzaine de durs discutent cruement de la signification de la chanson Like a Virgin de Madonna. Beaucoup de ce qu’ils en disent peut apparaître  ridicule mais c’est la rapidité et la profondeur de leur repartie qui interpelle, cette scène de dialogue ne se contente pas  de planter le décor, en nous dressant une esquisse du caractère de chacun elle indique au spectateur qu’il a affaire à de véritables professionnels mais c’est aussi une véritable musique au rythme unique qui marque l’entrée fracassante de Quentin Tarantino dans le monde du cinéma. De cette séquence de dialogue initial à son final, le kid de Knoxville impose son style: dialogues d’anthologies,  des références à la pop-culture de la fin du 20e , une structure narrative complexe, une bande son inoubliable à base de standards oubliés des seventies  qui donne à ses films une atmosphère inimitable, des éclats de violence jamais gratuits souvent ironiques et, beaucoup d’humour noir.

reservoir-dogs-keitel-cliff-and-co

L’intrigue est simple : un groupe de braqueurs est rassemblé par un même commanditaire Joe (Lawrence Tierney monolithique) pour un braquage qui va mal tourner. Fuyant séparément les survivants se retrouvent dans un hangar pour déterminer lequel d’entre eux les a trahi. Tarantino utilise cette quasi-unité de lieu comme un laboratoire où les personnalités vont se heurter comme dans un accélérateur de particules, la tension monte, des alliances se font et se défont jusqu’à un dénouement digne d’une tragédie antique. Il déconstruit  cette histoire classique de braquage en délinéarisant l’action. Passé un générique aujourd’hui iconique où les criminels portant tous le même costume marchent au son du Little Green Bag de George Baker Selection il nous projette in media res, dans une voiture où, après le braquage, Harvey Keitel amène un Tim Roth, grièvement blessé, vers la sécurité d’un ancien entrepôt où les rescapés se rassemblent. Le film revient alors avant son point de départ, quand, le cerveau de l’opération Joe et son fils, Nice Guy Eddie (Chris Penn), forment leur équipe. Chaque homme reçoit un nom de code (couleur) : M. White (Harvey Keitel), M. Orange (Tim Roth), M. Pink (Steve Buscemi) et M. Blonde (Michael Madsen).  Par une série de flashbacks QT éclaire la personnalité de chacun des protagonistes parfois à rebours des scènes de présentation faisant naître le doute chez le spectateur : M.Blonde est il le psychopathe que décrivent les témoins du braquage ou bien le plus fidèle des fidèles qui vient de passer plusieurs années de prison sans trahir Joe, que nous montre ces flashbacks ? Reservoir Dogs est une ode à la force de la narration, des pans entiers de l’intrigue nous sont racontés par ses protagonistes plus qu’ils nous sont montrés. c’est la construction d’un récit crédible qui permettra à l’agent fédéral d’infiltrer la bande, c’est la fiction du code d’honneur parmi les criminels auquel va se raccrocher jusqu’au bout M.White qui va le conduire à sa perte.

reservoir-dogs-roth-cliff-and-co

Des critiques ont souvent reproché à Tarantino la violence de ses films et son utilisation jugée irresponsable pourtant son rapport à la violence établi dés son premier film est bien plus responsable que sa réputation liasse croire. Si elle fascine évidemment cet amateur de western et d’horreur et imprègne son univers, la violence chez QT se déroule souvent hors-champ et si elle apparaît cool elle ne le reste jamais très longtemps… Ainsi la célèbre scène où Blonde torture en dansant un otage la caméra se détourne au moment où il lui découpe l’oreille avec une lame de rasoir. Jusqu’à ce moment de bascule le spectateur est séduit par le braqueur qui apparaît justement détendu avant que sa véritable nature se dévoile et que la vision du spectateur ne bascule à son tour. Sous ses airs de sale gosse Tarantino n’est pas un nihiliste mais un moraliste : dans son cinéma ceux qui vivent de et par la violence en meurent. La distribution est excellente visiblement ravie d’être servie avec de tels dialogues que chacun délivre avec un naturel confondant pour en tirer des scènes émotionnellement convaincantes. Harvey Keitel, sans qui le film n’aurait pu voir le jour, est parfait, son M.White est à la fois une sorte de figure paternelle mais perd parfois tout contrôle quand on touche à ce qui semble faire écho à des traumas profond. Steve Buscemi les yeux écarquillés si il semble paniquer pendant une grande partie du film, fait aussi ressentir l’intelligence de M.Pink seul de la bande à agir de façon rationnelle. Tim Roth supporte le poids émotionnel du film, son calvaire et sa relation avec Keitel marque les esprits. Bien-sur Michael Madsen marque les esprits avec son approche décontractée de l’interprétation  de ce qui reste un des plus grands psychopathes de l’écran et le rend d’autant plus terrifiant. Chris Penn frère de Sean (aujourd’hui décédé) en héritier du crime colérique est lui aussi inoubliable. On notera parmi les gueules qui pimentent l’ensemble celle burinée de Edward Bunker ancien taulard et auteur de romans noirs. Comme John Huston et Stanley Kubrick, avant lui Quentin Tarantino utilise la figure du hold-up raté pour démontrer l’absurdité existentielle d’un crime parfait. Reservoir Dogs une comédie nihiliste qui montre que la nature humaine ira toujours à l’encontre des plans les mieux conçus. Son film en revanche est quasi parfait et a rejoint depuis les classiques du genre.

reservoir-dogs-cliff-and-co

Titre Original: RESERVOIR DOGS

Réalisé par: Quentin Tarantino

Casting : Harvey Keitel, Tim Roth, Michael Madsen

Genre: Policier, Thriller

Sortie le: 2 septembre 1992

Distribué par: Metropolitan Filmexport

4,5 STARS TOP NIVEAUTOP-NIVEAU

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s