Critiques

CAÏN (Critique Saison 7) Pas de quoi refaire un Caïn !

Caïn change de peau grâce à la complicité de Julien Baumgartner et il veut voir la vie en couleurs ! Seulement le destin va lui complexifier la tâche ! Le voilà père et grand-père ! Et pour Caïn, la famille, ça n’a jamais été simple ! Camille va faire voler en éclats les rares îlots de stabilité qui lui restaient, à commencer par son travail d’enquêteur ! Attachante, solaire et impulsive, elle est aussi extrême dans les sentiments que dans son besoin d’amour. En quête permanente d’une famille fantasmée, elle va tout faire pour donner une seconde chance à son père et à Lucie, et peu importe les conséquences ! Heureusement que le concret bien trivial des meurtres commis dans la cité phocéenne apportera à Caïn un peu de paix, et l’obligera à préserver l’essentiel : son ironie mordante, et son goût immodéré pour les duels avec des criminels hors normes.

Lorsque vous aimez une série et la plupart des composantes qui s’y rattachent (l’univers, les personnages, les comédiens, l’humour et l’humeur…), la voir opérer un virage à quatre-vingt dix degrés n’est pas chose facile. Lorsque l’on adore le comédien principal de la dite série, que celui-ci décide de quitter l’aventure et que la chaine choisit de la poursuivre en le substituant à un nouvel acteur dans le même rôle, on est en droit d’être, sinon dubitatif, à tout le moins circonspect, mais l’objectivité devant prévaloir à tout jugement, on se devait de découvrir les épisodes de la saison 7 de Caïn avec le moins d’à priori possibles. Et, chose à peine croyable, non seulement le début de saison est réussi, mais surtout l’intégration de Julien Baumgartner se passe magnifiquement bien, grâce à l’écriture, tout en clins d’œils subtils d’un des piliers de la série, Claude Scasso. Le double épisode d’ouverture de cette saison 7 intitulé Origines, aurait pu nous mettre dans sa poche, tant la mise en situation du nouvel acteur s’avère savoureuse et que celui-ci, sans singer Bruno Debrandt, offre une performance personnelle différente où il impose sa singularité, son regard pétillant, son ironie et une certaine légèreté qui donne une couleur et une tonalité nouvelle à la série. Alors oui on a la sensation diffuse de retrouver certaines intonations qui nous étaient familières, mais c’est surtout dans l’écriture des dialogues et la restitution de cette petite musique qui fait entendre sa mélodie que réside cette impression mémorielle. Certes, il faut s’habituer, faire table rase du passé mais si on lui donne sa chance, et Julien Baumgartner le mérite, on a un Fred Caïn qui tout en conservant certaines de ses spécificités emmène le personnage sur un autre territoire.

Le problème est cet autre territoire justement car si on s’attendait plutôt à avoir des difficultés à accepter la nouvelle incarnation de Caïn, on ne pensait pas que le nerf du problème résiderait surtout dans l’écriture des intrigues de cette nouvelle saison. Car en voulant rendre Caïn solaire et léger, en lui (ré)inventant une famille, en faisant table rase des aspérités que la série avait semées en six saisons, celle-ci perd une bonne part de son caractère et de son aura. Caïn n’est plus aussi prenant, le fil narratif semble distendu et on a un mal fou à se sentir investi dans ces nouvelles aventures. Personne ne semble être en mesure d’apporter une opposition consistante à Julien Baumgartner et ce ne sont pas les comédiens chevronnés qui manquent (Victoria Abril, Andréa Ferreol, Christian Rauth, Laurent Hennequin, Christine Lemler, Astrid Veillon, Alika Del Sol, Aurélie Vaneck) mais même les duels à fleurets mouchetés entre Caïn et ses suspects  qui faisaient le sel de la série semblent cette saison manquer de pep’s. Soit les acteurs invités ont du mal à servir le texte, soit ils sont dépourvus de conviction, à l’image de Victoria Abril (qui interprète un personnage qui devait au départ être joué par… Thierry Lhermitte). C’est sans doute le plus déstabilisant et le plus amer en découvrant cette saison 7 que de voir la série prendre des chemins de traverse qui ne lui ressemblent pas.

Cette saison raccourcie (8 épisodes au lieu de 10) sans doute trop occupée à vouloir offrir un écrin d’envergure au nouvel arrivant semble passer à côté des fondamentaux et en oublie de muscler ses enjeux dramatiques et de donner à ses intrigues policières un réel intérêt. On s’ennuie ferme à de nombreuses reprises et pour une série qui nous a habitués à être un divertissement haut de gamme tout en étant une série policière addictive cela nous semble être à côté de la plaque de bout en bout, ne parvenant même pas à rattraper le coup dans son épilogue, anecdotique au possible. Les personnages récurrents que l’on aime tant (Lucie et Borel en premier lieu) n’ont vraiment qu’une portion congrue à se mettre sous la dent. Si Lucie reprend son jeu du chat et de la souris avec Caïn et que Julie Delarme excelle dans ce registre aussi, ses interventions policières ne présentent pas de réelle progression et elle apparait plus comme le love interest de Caïn et Legrand que comme leur responsable hiérarchique. David Baïot dans le rôle de Legrand confirme les réserves que nous posions à l’encontre de son personnage en saison 6 et celui-ci ne nous convainc pas plus cette année. Le reformatage de la série, impulsé sans doute aussi par le changement de comédien principal nous semble être un choix hasardeux et peu convaincant au final et on l’écrit avec d’autant plus d’amertume que la série est chère à nos cœurs. Mais si Caïn est toujours très bien produite et que cette saison 7 n’est pas désagréable en soi bien évidemment, elle bascule tellement vers quelque chose qui semble artificiel qu’elle nous perd alors que l’arrivée de Julien Baumgartner apportait un sang neuf qui aurait dû l’innerver et lui permettre de rebondir. Si saison 8 il y a, on sera là pour voir si Caïn poursuit dans cette voie ou si, une fois digérée le changement de casting, la série saura retrouver la bonne direction sans perdre son âme en chemin.

Crédits: France 2 / DEMD Productions

1 réponse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s