Critiques Cinéma

ISN’T IT ROMANTIC (Critique)

SYNOPSIS: Architecte new-yorkaise, Natalie se démène pour sortir du lot, même si on lui demande plus souvent de servir le café que d’imaginer les plans d’un nouveau gratte-ciel ! Et c’est à croire que le sort s’acharne sur elle. Totalement sonnée après avoir été victime d’une agression, elle découvre en reprenant conscience que sa vie a viré au cauchemar : Natalie est devenue l’héroïne d’une comédie sentimentale – elle qui ne croit plus à l’amour depuis longtemps ! 

Netflix l’a fait débouler en fanfare sur sa plateforme le 28 février dernier : Isn’t it romantic aurait sans doute gagné à sortir quatorze jours avant, pour des raisons que seuls les petits cupidons fesses à l’air ou les fielleux de la pire espèce pourront entendre. Ça fleurait bon la petite satire bien sympatoche cette bande-annonce ironique portée par la belle et (Re)bel Wilson, dont les incursions dans le genre de la rom’com (Pitch Perfect, How to be single…) ont déjà convaincu par le passé. Bien que l’on ait souvent affaire à ce type de personnage – l’allergique à l’amour qui s’y trouve confronté(e) – faire du genre dans son ensemble une véritable dimension parallèle, ça c’était intriguant. Et tout aussi alléchant le fait d’y coincer l’anti Pretty Woman. C’est ainsi que, pendant une grosse demi-heure, on boit du petit lait. Les codes du genre, qui promet de s’en affranchir, sont clairement identifiables, identifiés et, dans un premier temps, démontés point par point. S’ensuit le réveil « cauchemardesque » de Rebel Wilson, parachutée dans un hôpital de série télé avec des toubibs tels que l’on en croise que dans Urgences ou Grey’s Anatomy, dans une chambre qui fait la taille de son appart’. Et là, on n’est pas loin de jubiler tandis que, armée de son précieux cynisme, elle progresse dans des décors de cartons pâtes hauts en couleurs, son univers tout entier supplanté par celui des bisounours, désormais saturé de cœurs qui flottent, de bouquets de fleurs et de flash mob où pullulent tenues bariolées et sourires ultra bright. Son ahurissement nous servira la plus belle (et la seule bonne) tranche du film… avant que celui-ci rencontre son point de bascule, inéluctable semble-t-il : celui où l’Amour (avec un grand A, oui) revient squatter le devant de la scène. Adieu cynisme, au revoir moquerie, à bientôt peut-être originalité…

Alors oui, à ce stade, on l’aura compris : en fait, Isn’t it romantic est bien une vraie comédie romantique. Avec tous les poncifs du genre. Donc non : si vous n’aimez pas les comédies romantiques, à l’instar de Rebel Wilson au début de celle-ci, ce film n’est (à priori, l’espoir fait vivre) pas pour vous. Tous les ingrédients d’un bon Bridget Jones sont réunis : la playlist qui va bien, l’appartement de un étage entier, le dressing de dingue, la limousine, le beau gosse pas sympa (Liam Hemsworth), le moins beau gosse hyper sympa (Adam Devine) – lequel va-t-elle choisiiiir ? – la bimbo que tu ne vois qu’en couverture de magazines (Priyanka Chopra), l’inévacuable garce de service (Betty Gilpin) et la fille d’à côté, la normale en somme (Rebel). Jusqu’ici, rien de très étonnant, puisqu’il est question de se moquer de tout ce petit monde.

Sauf que non. Pas vraiment. Pas trop quoi. Parce que non, en vérité : l’amour, y’a que ça de vrai. Faudrait être malade, limite psychopathe pour vraiment s’en moquer, et se passer de la traditionnelle séquence de karaoké (que tu n’expérimenteras jamais en vrai parce que personne dans la salle ne fait jamais les chœurs) qui nous rend tous contents à chaque fois, même quand on dit qu’on trouve ça naze. Au final, l’anti-héroïne devient toutes les autres : Bridget, Jane, Andrea, Vivian, Charlotte, Miranda, Carrie et Samantha… et court après la même chose que toutes les autres : le bon (mec). Le pastiche de la comédie romantique se fait finalement pasticher par la comédie romantique. Si ce n’est pas un retournement à la Night Shyamalan, on ne sait plus ce que c’est ! Encore que là, on avait quand même senti le vent tourner. Après tout, on doit à Todd Strauss-Schulson Le Joyeux Noël d’Harold et Kumar. C’est pas rien. Everybody Needs Somebody… to Love.

Titre Original: ISN’T IT ROMANTIC

Réalisé par: Todd Strauss-Schulson

Casting : Rebel Wilson, Liam Hemsworth, Priyanka Chopra   …

Genre: Comédie, Romance

Sortie le : 28 février 2019

Distribué par: Netflix

MOYEN

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s