Critiques Cinéma

CONVOI EXCEPTIONNEL (Critique)

SYNOPSIS: C’est l’histoire d’un type qui va trop vite et d’un gros qui est trop lent. Foster rencontre Taupin. Le premier est en pardessus, le deuxième en guenilles. Tout cela serait banal si l’un des deux n’était en possession d’un scénario effrayant, le scénario de leur vie et de leur mort. Il suffit d’ouvrir les pages et de trembler…

Neuf ans! Neuf ans que Bertrand Blier ne s’était plus rappeler à notre bon souvenir cinématographique. Autant dire une éternité pour ses aficionados, qui se désespéraient de voir un jour un successeur au Bruit des Glaçons. Fidèle à sa légende, Blier, pour ce retour difficile à monter (on croit rêver!) s’est entouré d’un casting exceptionnel porté par deux stradivarius qu’on s’étonne de retrouver pour la première fois devant la caméra du réalisateur des Valseuses alors qu’ils ont déjà partagés l’affiche à de nombreuses reprises: Christian Clavier et Gérard Depardieu. Avec Convoi Exceptionnel et comme à chacun de ses films, Bertrand Blier plonge les spectateurs dans son univers avec une première scène choc, surréaliste et hilarante, qui nous procure immédiatement un plaisir viscéral, celui de retrouver la prose unique de ce poète à nul autre pareil. En un claquement de doigts, Blier rappelle pourquoi il est l’un des plus grands maîtres du cinéma français, capable des excentricités les plus jubilatoires et des provocations les plus jouissives. Pour sa neuvième collaboration avec Gérard Depardieu et sa première rencontre avec Christian Clavier, Blier leur a fait du cousu main Et on se régale. Du moins pendant les trois-quart du film…

Car malheureusement Convoi Exceptionnel se prend parfois les pieds dans le tapis, l’histoire imaginée par le réalisateur perd de sa verve au fil des minutes, s’étire un peu trop et finit par épouser un rythme sinusoïdal qui fait malheureusement que l’on décroche de la trajectoire de départ qui était plus que prometteuse. Les seconds rôles géniaux présents plus ou moins longtemps à l’écran (Jean Dell, Louis-Do de Lencquesaing, Guy Marchand, Bouli Lanners, Sylvie Testud, Alexandra Lamy…) ont droit à des scènes hilarantes, surprenantes ou bouleversantes c’est selon, mais les pourtant excellents Alex Lutz et Audrey Dana semblent passer un peu plus à côté de la langue de Blier dont on a l’impression qu’ils ont un peu plus de mal que les autres à en restituer la musique à moins que ce ne soit leurs personnages qui manquent de force. Farida Rahouadj a elle droit à un personnage de femme perdue absolument magnifique qu’elle interprète de manière réellement bouleversante à l’image d’un splendide numéro qui la fait passer du côté des grandes tragédiennes. Mais si la poésie comme souvent surgit au détour d’une scène ou d’une réplique, si on se régale d’un tel piétinement des conventions, la limite est qu’on a souvent la sensation que Bertrand Blier a déjà parlé des mêmes choses en maîtrisant son récit de bout en bout alors que là il donne le sentiment de s’éparpiller par moments (et le fait que des scènes aient dû être écrites en urgence pendant le tournage n’y est peut-être pas pour rien).

Pourtant avec Convoi Exceptionnel, Blier reste toujours Blier, un auteur fabuleux capable de faire référence à lui-même et à son œuvre à plusieurs reprises, notamment à Buffet froid, Notre Histoire ou Calmos (pour la fantastique scène finale improvisée pendant sept minutes et dont cinq ont été conservées) qu’il parle du destin et des choix que l’on fait et le film est suffisamment intriguant et bouleversant, ne ressemblant à rien d’autre de ce que l’on voit dans le cinéma français contemporain, pour nous emmener dans son sillage malgré ses faiblesses de rythme et les quelques anicroches de l’ensemble. Mais surtout avec ces deux pièces maîtresse que sont Depardieu et Clavier, il s’est placé dans les meilleures dispositions. Gérard Depardieu, que l’on n’a pas vu à pareille fête depuis longtemps (depuis quand ?) se coule dans le moule de Blier comme on enfile des pantoufles et il sert son texte avec une gouaille et une gourmandise savoureuses. Clavier qui était l’un des derniers du Splendid à ne pas avoir tourné avec Blier étonne et détonne littéralement démontrant à nouveau des prédispositions énormes pour autre chose que la comédie pure (ce qu’il a quelque peu délaissé ces dernières années). Son monologue en gros plan vers la fin du film montre toute la finesse dont il peut user si il est bien servi et on a hâte de le revoir dans des projets aussi audacieux. Tout comme on a hâte de retrouver Bertrand Blier au volant d’une voiture de course après qu’il se soit refait la main avec ce Convoi Exceptionnel.

Titre Original: CONVOI EXCEPTIONNEL

Réalisé par: Bertrand Blier

Casting: Gérard Depardieu, Christian Clavier, Farida Rahouadj

Genre: Comédie

Sortie le: 13 mars 2019

Distribué par: Orange Studio Cinéma / UGC Distribution

BIEN

Publicités

1 réponse »

  1. (evilashymetrie) Belle critique, très encourageante, même ! Car malgré les reproches que tu y fais, curieusement tu donnes envie de le voir!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s