Critiques Cinéma

LA VIE DE CHÂTEAU (Critique)

SYNOPSIS: Juin 1944, dans un château du bord de mer normand vit Jérôme avec sa charmante épouse, Marie. Excédée par le flegme de son époux, Marie ne désire qu’une seule chose : vivre à Paris. Pendant ce temps là, un résistant est parachuté dans la région, il rencontre la belle châtelaine et en tombe fou amoureux. Le château occupé par des allemands, dont un commandant sous le charme de Marie, sera le théâtre de ce quatuor amoureux.

Au milieu des années 1960, Truffaut, Godard, Chabrol, Rivette, etc. ont tous réalisé au moins leur premier film. Scénariste de Louis Malle à l’époque, Jean-Paul Rappeneau est le dernier des scénaristes de la Nouvelle Vague à passer derrière la caméra. Il raconte qu’il ne savait pas trop quelle histoire il voulait raconter. Il en connaissait seulement le genre : la comédie. Et le cadre : une grande maison à la campagne pendant l’Occupation, souvenirs de son enfance. Comme il n’avançait pas, il fut alors poussé par son comparse Alain Cavalier qui lui mit sous le nez une pièce de théâtre dont s’inspira le film. Celui-ci est écrit à quatre mains, et pas des moindres : Rappeneau lui-même, Cavalier, Daniel Boulanger (scénariste, entre autres, de 10 films de Philippe De Broca) et Claude Sautet. On a vu pire comme quatuor.

Et le long-métrage ne déçoit pas : les dialogues sont brillants et les situations vaudevillesques (mais jamais vulgaires) s’enchaînent avec brio. En effet, le personnage de Marie (interprété par Catherine Deneuve) est le centre d’intérêt de trois hommes bien différents : son mari (Philippe Noiret), un résistant français qui se cache dans la propriété (Henri Garcin) et l’officier allemand qui occupe le château avec ses troupes de soldats. Mais celle-ci s’ennuie et a soif d’aventures. Et ce film en fourmille : les personnages courent partout, jouent la comédie et la caméra les accompagne gaiement. Sur une musique merveilleusement mélancolique signée Michel Legrand, cette comédie d’aventures dans un espace réduit n’est pas sans rappeler Ernst Lubitsch et ses Jeux dangereux (To be or not to be) (1942) avec son réseau de Résistance et ses faux-semblants dans le milieu du théâtre. Cependant, même s’il s’agit de la première comédie d’après-guerre faite sur la Seconde Guerre Mondiale en France, la légèreté absolue du ton cache puis révèle en filigrane une gravité certaine (l’Occupation, période sombre de notre Histoire).

Ce qui n’empêche pas les comédiens de s’en donner à cœur joie, bien au contraire. Catherine Deneuve, qui sortait juste des Parapluies de Cherbourg de Jacques Demy, est délicieuse dans ce rôle comique de jeune femme au fort caractère et au débit rapide, qui marqua sa première collaboration avec le réalisateur avant de le retrouver pour Le Sauvage en 1975. Après Zazie dans le métro, Philippe Noiret commençait à avoir des rôles de plus en plus importants : il est parfait ici en mari mou, mais qui va finalement agir. Et Pierre Brasseur est impérial en père de l’héroïne et chef de la Résistance.

Toutes les bases du cinéma de Rappeneau sont posées ici : le théâtre et la littérature, l’Occupation, les circonstances exceptionnelles qui poussent ses personnages à agir, la fuite/la course en avant, le mouvement (des personnages et de la caméra), la nature (et plus spécifiquement les arbres), la légèreté et la gravité, l’élégance et la fluidité, le sens du rythme (c’est-à-dire à toute berzingue), son cinéma-tourbillon vient de lancer le moteur et ne s’arrêtera plus. D’ailleurs, 37 ans plus tard, le cinéaste reviendra sur cette époque mais dans un cadre urbain cette fois avec ce qu’on peut considérer comme son chef-d’œuvre (avec Cyrano de Bergerac) : Bon Voyage (2003). De plus, par le biais du personnage de Noiret, on trouve aussi la thématique qui traversera toute son œuvre : l’engagement (politique ou affectif) des hommes. Prix Louis Delluc en 1965, ce bijou virevoltant (restauré dans un très beau noir et blanc) est à (re)découvrir absolument !

Titre Original: LA VIE DE CHÂTEAU

Réalisé par: Jean-Paul Rappeneau

Casting : Catherine Deneuve, Philippe Noiret, Pierre Brasseur …

Genre: Comédie, Romance

Date de sortie: 25 janvier 1966

Distribué par: –

EXCELLENT

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s