Critiques

LES ENGAGES (Critique Saison 2) Une vraie petite perle…

SYNOPSIS: Peut-on réunir ceux qui se sont séparés ? Pour ne plus avoir à croiser Thibaut, son ancien ami, Hicham a renoncé à militer au Point G, l’association lyonnaise au sein de laquelle il a fait son coming-out. C’est une quête amoureuse qui l’occupe. Mais lorsqu’il fait enfin la connaissance d’Elijah, il redécouvre que, pour les LGBT, s’épanouir et s’aimer obligent souvent au combat politique. Son envie d’engagement se réveille. Son objectif : organiser une grande Marche des Fiertés sur le thème de la transidentité. Rapidement, ses idéaux – la bienveillance et l’empathie -, sont douloureusement mis à l’épreuve de la réalité. Et s’il devait renouer avec sa part de radicalité ? Progressivement, Hicham va revenir vers Thibaut… Peut-il l’aider à affronter les secrets de son passé et à apaiser ses démons ?

Après une première saison remarquable (et remarquée) l’année dernière, Les Engagés sont enfin de retour. Récemment couronnée de prix aux Hollyweb Festival et Marseille Web Fest, deux festivals spécialisés dans les web séries, le projet de Sullivan Le Postec nous replonge dans la vie d’Hicham et de Thibaut, deux hommes impliqués dans la lutte pour les droits de la communauté LGBT. La saison un avait été chaleureusement reçue, impressionnant tout le monde avec son scénario qui abordait intelligemment toute une myriade de problématiques actuelles: l’activisme, bien sûr, puisque le Point G, quartier général des personnages de la série, est le siège d’une association militante, mais aussi la soif d’indépendance, la rupture avec la famille, la quête de soi et les première expériences sexuelles et amoureuses. Vaste programme donc, qui pouvait sembler bien ambitieux pour une dizaine d’épisodes qui fluctuaient entre dix et douze minutes, mais la série avait rempli son cahier des charges avec honneur, prouvant une fois pour toute qu’on n’est pas obligé d’étaler le propos sur plus d’une heure de pellicule pour se faire entendre. Medhi Meskar et Eric Pucheu sont de retour dans leurs rôles respectifs, pour le plus grand plaisir de tous, puisque, rendons à César ce qui lui appartient, les deux acteurs portaient le cœur de la série sur leurs jeunes épaules. Et pour ceux qui se demandaient comment diable Le Postec et son équipe allaient pouvoir alimenter cette deuxième saison, on vous rassure tout de suite: Les Engagés ont encore bien des choses à dire.

Si la première saison s’affichait en partie comme une exploration sensorielle, à l’image de son protagoniste qui vivait pas mal de premières fois sous nos yeux, la deuxième saison pousse l’esthétique encore plus loin. La ville de Lyon, où se déroule l’histoire, est filmée tout en couleurs et en lumières, contrastant les grande avenues claires de la journée aux bleus et aux rouges des bars où Hicham passe ses soirées. Un travail exceptionnel de la part du directeur de la photographie Matthieu Andrieux qui succède à Juan Siquot et du réalisateur de cette saison 2 Slimane-Baptiste Berhoun  mais également de celle du compositeur Frank Lebon, dont la bande-son, présente depuis le tout premier épisode, souligne les hauts et les bas de la vie d’Hicham avec un tel naturel qu’on en oublie presque qu’elle ne fait pas partie du script. Medhi Meskar est toujours aussi touchant dans le rôle principal, s’affirmant tant bien que mal dans ce monde qui l’émerveille et le révolte, nous entraînant avec lui sur le chemin de l’introspection. Le protagoniste vit à présent au-dehors de l’emprise de la famille, mais lui qui s’était défini par opposition pendant très longtemps, opposition aux autres, à la “norme”, ou même à ce que son entourage pouvait vouloir pour lui, se retrouve désormais à chercher qui il est dans un univers plus ouvert d’esprit peut-être, mais aussi plus dangereux. Les crimes homophobes ne disparaissent pas simplement parce qu’on est dans la grande ville, et la “bienveillance” du status quo cache en fait beaucoup plus d’intolérance qu’il n’y parait, comme en témoigne la situation du jeune homme qui se fait mystérieusement virer de son école à la seconde où sa sexualité est révélée à tous.

La grande force des Engagés, réside dans sa capacité à opposer les plus belles preuves d’humanités aux actions immondes de certaines gens. D’un côté, il y a cette association et ceux qui y travaillent, offrant refuge aux nécessiteux et encourageant tout le monde à être plus tolérants et fraternels, et de l’autre, il y a les institutions périmées qui perpétuent l’oppression, l’invisibilisation et l’homophobie. Au travers d’une représentation de genre et de sexualité dont on manque encore malheureusement beaucoup, et qui fait souffler un vent de fraîcheur sur le paysage télévisé français, Les Engagés se pose en fervent défenseur du droit à exister, à vivre, à aimer et à être respecté en tant qu’être humain. Une vraie petite perle que l’on vous recommande de tout cœur.

Disponible en DVD le 6 décembre chez Optimale et en streaming sur la plateforme http://www.queerscreen.fr

Crédits: Studio 4, les Nouvelles Écritures France Télévisions et Astharté & Compagnie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s