Critiques Cinéma

THUNDER ROAD (Critique)

SYNOPSIS: L’histoire de Jimmy Arnaud, un policier texan qui essaie tant bien que mal d’élever sa fille. Le portrait tragi-comique d’une figure d’une Amérique vacillante.  

Alors que le film indépendant américain avait gagné ces titres de noblesse durant les années 80-90, on a senti depuis une dizaine d’années un abaissement de la qualité des films proposés du fait d’une répétition croissante des thèmes abordés et du style de mise en scène. Jusque-là gage de qualité, la marque Sundance pouvait devenir un repoussoir pour de nombreux spectateurs. Forte d’une excellente réputation avec notamment le grand prix du Festival de Deauville, Thunder Road est le premier film de Jim Cummings, acteur au CV très maigre avec une apparition dans The Handmaid’s Tale et dans son court-métrage Thunder Road qui servira de base de travail à son premier long-métrage. Pour quel résultat ?

La première scène va donner immédiatement le ton très atypique du film : on voit le personnage principal, Jimmy Arnaud, dans son costume de flic interprété par Jim Cummings lui-même faire un discours lors de l’enterrement de sa mère tantôt larmoyant tantôt teinté d’humour mais c’est surtout un vrai moment burlesque que le réalisateur arrive à créer durant ce plan séquence qui nous fait penser à une scène de théâtre filmé. On pense immédiatement au personnage de Jim Carrey dans Fous d’Irene avec ce faciès et ces gesticulations mais Cummings décide de prendre la direction d’un vrai drama plutôt que la comédie malgré certains moments qui nous font lâcher un sourire. En effet, ce flic coche toutes les cases du minable du fin fond des États-Unis : raillé par ses collègues, haï par son boss, quitté par sa femme, moqué par sa fille, il ne peut compter que sur son meilleur ami et collègue Nate Lewis (interprété par Nican Robinson). Jimmy Arnaud est totalement perdu dans ce monde qu’il ne comprend plus et où personne ne le comprend. De fait, ce personnage est assez irritant : ces monologues interminables, ces gaffes à répétition et son impulsivité intempestive agit comme un faire-valoir pour le spectateur.

Malgré cela, Cummings, par sa remarquable interprétation, arrive à nous faire aimer ce loser magnifique car il ne bascule jamais dans le trop plein et arrive toujours à rester sur le fil du rasoir. Il parvient à totalement nous immerger dans ce personnage qui devient au fur et à mesure touchant puisqu’il dit quelque chose de nous tous. Jimmy vit une dépression. Ce flic parle sans filtre et disant tout ce qui lui passe par la tête de manière maladroite mais très sincère. Ainsi, il critique une personne atteinte de trisomie 21 pour raconter comment sa mère a aidé cette personne durant sa jeunesse. De plus, on apprend qu’il a copieusement insulté son supérieur lors d’une précédente réunion. Il n’y a plus de politiquement correct dans son comportement. Il n’a pas pris la peine de noter qu’il pointait son pistolet de service sur ses collègues dans une énième poussée d’adrénaline. Les plans resserrés sur son visage alternant la crise de larmes et les moments de lucidité dans cette magnifique scène s’imposent comme un sommet du film.

Cummings prend également le temps de faire souffler le spectateur par des scènes très touchantes avec la réconciliation de Jimmy et Nate ou la relation retrouvée avec sa fille. La mise en scène très dépouillée avec une musique également très sobre crée tout au long du film un parfait équilibre entre scènes étirées, entrecoupées de moments plus intimistes. Le metteur en scène n’oublie pas non plus de bien rester ancrer au réel en racontant les moments douloureux du quotidien des flics américains. Les suicides, les meurtres, les fous ne seront donc pas éludés durant cette sympathique descente aux enfers d’1h30. Cummings signe donc pour son premier long-métrage une petite pépite d’humour noir, de comédie douce-amère qui n’oublie jamais le spectateur sur le bord de la route et sort un peu du carcan du cinéma indépendant hollywoodien finalement très standardisé. La scène finale pourra d’ailleurs vous tirer quelques larmes. Bref, une vraie découverte.

Titre Original: THUNDER ROAD

Réalisé par: Jim Cummings

Casting: Jim Cummings (II), Kendal Farr, Nican Robinson …

Genre: Comédie, Drame

Sortie le: 12 septembre 2018

Distribué par: Paname Distribution

EXCELLENT

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s