Critiques Cinéma

SKYSCRAPER (Critique)

2,5 STARS MOYEN

Skyscraper-cliff-and-co

SYNOPSIS: Will Sawyer, ancien leader de l’équipe de libération d’otages du FBI, ancien vétéran de guerre, et maintenant responsable de la sécurité des gratte-ciels est affecté en Chine. Il découvre le bâtiment le plus grand et le plus sûr du monde soudainement en feu et est accusé de l’avoir déclenché. Désormais considéré comme un fugitif, Will doit trouver les coupables, rétablir sa réputation et sauver sa famille emprisonnée à l’intérieur du bâtiment…au-dessus de la ligne de feu.

Le cinéma américain étant une formidable machine à recycler les formules qui ont fait la preuve de leur efficacité auprès du public et donc de leur rentabilité, le genre du film catastrophe qui a connu son apogée dans les années 70 (Airport, La Tour Infernale, l’Aventure du Poséidon, Earthquake..), revient déferler chaque décennie sur nos écrans avec des vagues de films dont il faut bien dire qu’ils sont d’une qualité inégale (80: Le Jour de la Fin du Monde, St. Helens …/ 90: Armageddon, Titanic, Le Pic de Dante, Volcano … / 2000: Le jour d’après, 2012, Perfect storm, Poséidon … /2010: Geostorm, San Andreas, Hurricane …). Voir arriver sur nos écrans, au cœur de l’été, une nouvelle itération du genre n’aurait pas de quoi éveiller en nous un intérêt particulier si elle n’était portée par The Rock. Dwayne Johnson a construit en quelques années une carrière qui a fait de lui l’une des plus grandes stars du cinéma d’action américain, le nouveau muscle guy sur le charisme duquel se monte un film, reprenant un trône quelque peu laissé vacant depuis la fin des grandes heures de Stallone, Schwarzenneger voire Bruce Willis. Avec Skyscraper, il apparaît une nouvelle fois que si le roi Midas avait le pouvoir de transformer tout ce qu’il touchait en or, le roi Johnson a lui bel et bien le pouvoir de transformer un film paresseux et sans identité en un honnête divertissement. C’est son charisme et son jeu qui maintiennent la ligne de flottaison du film et lui évite de couler à pic.

Skyscraper1-cliff-and-co

Skyscraper est un mix bancal entre La Tour infernale et Die Hard, qui se voudrait reprendre leurs ingrédients (une tour en flammes transformée en enfer dont il semble impossible de s’échapper, un héros seul contre des « terroristes » armés jusqu’aux dents) mais sans le tour de main qui permettrait au film d’exister et de ne pas paraître déjà « daté », quand ses modèles ont eux formidablement résisté à l’épreuve du temps. Avec un réalisateur qui a fait ses armes dans la comédie (Dodgeball, Agents Très Spéciaux) et qui touche là son plafond de verre aux commandes d’un film à gros budget, dans lequel il ne propose rien en terme de mise en scène et de direction d’acteurs, Skyscraper paraît en effet venir des années 90, impression renforcée par ailleurs quand on y retrouve Neve Campbell (Scream) revenue du purgatoire des acteurs oubliés.

Skyscraper2-cliff-and-co

Skyscraper tombe dans un écueil du film catastrophe dont il est toujours bien difficile de se relever, tant il a tôt fait de plomber l’ensemble en quelques minutes: la surenchère. S’accumulant, elles finissent par s’annuler et faire disparaître le sentiment de danger, qui plus est quand les effets numériques envahissent l’écran. Si Will Sawyer (Dwayne Johnson) explose le record du monde de Mike Powell dans une scène qui pourrait devenir aussi culte que l’apnée dans l’espace de Christophe Lambert (Fortress), Skyscraper tutoie le record du nombre de « Jump The Shark ». Tout peut s’écrouler autour de Will ou de sa famille prise aux pièges des flammes, on ne se met jamais réellement à leur place, on ne ressent ni la chaleur, ni le danger et de ce point de vue on est à mille lieues de l’impact de La Tour Infernale, son aîné de près d’un demi-siècle. Quand les effets numériques ne sont plus un support permettant une plus-value en terme de réalisme, mais un jouet magique autorisant toutes les surenchères et permettant de réduire considérablement les risques et la durée du tournage, le résultat ne peut qu’être extrêmement décevant.

skyscraper image cliff and co 4.jpg

Ces défauts égrenés, il faut pourtant reconnaître que le charisme de The Rock agit comme un puissant antidote qui nous permet de rester dans le film et d’y prendre, peut être au second degré, un certain plaisir. Il rend attachant son personnage d’ancien marine, puis membre des forces spéciales qui, après son amputation, a dû créer sa société d’audit de systèmes de sécurité. Pensant avoir décroché un contrat en or grâce à son ancien compagnon d’arme (l’excellent Paolo Schreiber), il va se retrouver au centre d’un complot et ne pourra compter que sur ses gros bras et son courage pour s’en sortir. Aussi sous-écrit soit-il c’est un rôle cousu main pour un acteur dont le capital de sympathie est aussi grand et qui a pleinement conscience des limites d’un film qu’il soutient à bout de bras. Il aurait fallu qu’il soit confié à un réalisateur plus compétent et porté par des producteurs un peu plus scrupuleux de la qualité finale d’un produit qu’ils ont pensé comme un blockbuster estival, pour que Skyscraper ait eu plus à offrir que le charisme imparable de sa star.

Skyscraper-cliff-and-co

Titre Original: SKYSCRAPER

Réalisé par: Rawson Marshall Thurber

Casting : Dwayne Johnson, Neve Campbell, Pablo Schreiber

Genre: Action, Thriller

Sortie le : 11 Juillet 2018

Distribué par: Universal Pictures International France

2,5 STARS MOYENMOYEN

Publicités

2 réponses »

  1. (evilashymetrie)
    C’est vrai que tonton Dwayne est fort sympathique, les témoignages ultra positifs affluant autour de sa personne, venant de techos ou autres… C’est ce qui fait que malgré ses mauvais films, y a toujours un truc qui fait que j’apprécie de le voir au milieu. Là, le côté Die Hardesque me donnait envie, bien plus que son récent Rampage. Aussi, je vais pitêtre me laisser piéger dans la tour.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s