Critiques Cinéma

Un film, Une séance… #7

Un film, une séance…
L’homme qui tua Don Quichotte

le 20 mai 2018 à Tours

Il y a une question qui revient régulièrement dans l’abondant courrier des lecteurs que je reçois… voici une lettre au hasard: « Cher monsieur, j’aime particulièrement vos chroniques, même si, malheureusement, je ne les lis pas par manque d’intérêt, ceci dit, une question me taraude, pourquoi autant de temps entre la date que vous citez et la parution sur le site de votre papier ? Est-ce un choix délibéré de votre rédacteur en chef afin de saboter votre travail ?  » Ami lecteur rassure-toi, mon rédacteur en chef ne sabote pas mon travail, car pour qu’il puisse le faire il faudrait qu’il y ait travail… non, en réalité j’envoie mes textes par hibou postal, je trouve cela plus bucolique que par mail… malheureusement mon rédacteur en chef étant allergique aux plumes (dont la mienne), il a tendance a les éparpiller façon puzzle à l’aide de son tromblon…  (j’aurai pu noter « à l’aide de son gros tromblon » mais on aurait pu penser qu’il y avait un sous-entendu alors que pas du tout).

La date : Le 20 mai 2018.

Le 20 mai, jour où j’ai enfin découvert L’homme qui tua Don Quichotte est également le jour de la naissance de L’homme qui tua Liberty Valance, soit James Stewart… bref, comme dirait Paul Eluard, il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous… Des rendez-vous dans le métro par exemple, qui en anglais se dit Subway (apprend l’anglais avec les Chroniques de Cliffhanger & Co), et où ais-je mangé avant d’aller voir L’homme qui tua Don Quichotte… dans un Subway ! Et qu’ais-je mangé ? Un Steak & Cheese oignons, tomates et fromages avec une sauce Southwest… Et que se passa-t’il le en 2015 dans le Southwest Minnesota State University Theatre ? Une représentation de Spamalot des Monty Python, le groupe qui a révélé John Cleese, Terry Jones, Michael Palin, Graham Chapman, Eric Idle et… Terry Gilliam, le réalisateur de L’homme qui tua Don Quichotte. Bref, il n’y a pas de hasard… (et encore je ne vous parle pas de la tâche de sauce southwest sur ma chemise qui avait la forme d’un moulin !)

La Salle: CGR de Tours

Mon tour des cinémas de France et d’ailleurs se devait de passer par Tours. Charmante ville située entre le Cher et la Loire. Tours c’est un peu la ville idéale, ni trop grande, ni trop petite, avec son tramway, sa rue marchande, son quartier historique, son Burger King, sa cathédrale, ses musées, son petit train pour faire le tour de Tours et son grand magasin Ikea avec ses fameuses boulettes suédoises. Et que serait une chronique sans recettes de cuisine… bref, les boulettes, la recette : tout d’abord, rendez-vous dans un magasin Ikea, puis achetez un sachet Allemansrätten (c’est du suédois, cela se traduit par vagabonder en français… apprend le suédois avec les Chroniques de Cliffhanger & Co), soit un kilo de boulettes suédoises (porc, poulet ou végétariennes), ensuite, soit vous les laisser cuire 20 minutes au four, soit 2 minutes au micro ondes pour 5 boulettes. Vous pouvez ajouter de la sauce à la crème et de la confiture d’airelles que vous trouverez également dans votre Ikea le plus proche. Pour la petite info, les boulettes de viande suédoises sont en fait basées sur une recette que le roi Charles XII a rapportée de Turquie au début du 18e siècle. (Parce que Les Chroniques de Cliffhanger & Co c’est également un excellent moyen de doper votre culture générale) [Cette chronique n’est pas sponsorisée par les magasins Ikéa NDLR]

Le film : L’homme qui tua Don Quichotte

Je ne pouvais pas ne pas vous parler du dernier chef-d’œuvre de Terry Gilliam… il y a presque 20 ans, j’apprenais que mon réalisateur préféré allait nous offrir une adaptation de Don Quichotte avec Jean Rochefort et Johnny Depp, soit deux de mes acteurs préférés de l’époque… bref, un trio magique, un rêve de cinéma, qui allait tourner au cauchemar pour Jean Rochefort et Terry Gilliam… et pourtant ça y est, aujourd’hui le film existe, avec certes un casting différent et un scénario qui s’est lui aussi nourri du combat de Gilliam mais le rêve du réalisateur de Brazil a enfin vu le jour. L’homme qui tua Don Quichotte est une épopée surréaliste qui questionne chacun d’entre nous sur ses rêves, un hymne à la persévérance porté par un fabuleux duo d’acteurs et par la volonté d’un réalisateur qui raconte son calvaire à travers ses personnages, une mise en abyme brillante et truculente, reçue froidement par une partie de la presse qui ne sait sans doute plus rêver mais une œuvre mélancolique, et profondément inventive qui gagnera certainement ses lettres de noblesse avec le temps, pour entrer définitivement dans l’histoire du cinéma… Ah oui, merci de ne pas venir me parler du cheval mort du premier tournage… pour info Gilliam n’a pas affamé de cheval, il y avait un dresseur qui s’occupait des animaux et si le cheval est bien mort, c’est plusieurs mois après le tournage, sans lien avec celui-ci… parce que bon les commentaires et les articles basées sur des rumeurs… d’autant plus qu’aux Chroniques de Cliffhanger & Co, nous abhorrons les fakes news…  car nous savons que ces infos inventées sont l’œuvre des nombreux extraterrestres qui ont infiltrés la population humaine…  ne faites confiance à personne…

Voilà, il est temps de descendre de cheval, de poser sa fourchette, de finir ses boulettes, de retourner à la vie réelle, un peu plus riche culturellement, avec des notions d’anglais et de suédois, et quelques kilos en plus. Et comme je le dis souvent à mon rédacteur en chef, « Vous étiez réellement sexy ! Sauf que parfois sous certains angles et sous certaines lumières vous aviez un faux air de Mussolini » #WoodyAllen

 

 

Publicités

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s