Critique Blu-Ray

LE PRISONNIER D’ALCATRAZ (Critique)

SYNOPSIS: Après deux meurtres de sang-froid, Robert Stroud est incarcéré en isolement à la prison de Laevenworth dans le Kansas. Un jour, il trouve dans la cour un moineau blessé et décide de le recueillir. Il finit par le soigner et l’apprivoiser. Étudiant dès lors sans relâche, il passe maître en ornithologie et devient peu à peu « l’homme aux canaris ».
Jusqu’au jour où son transfert immédiat vers Alcatraz lui est annoncé…

Dans la mémoire du grand public cinéphile le pénitencier d’Alcatraz est surtout associé à quelques films de série B qui font régulièrement le bonheur des chaines de télévision des années après des exploitations en salles loin d’être déshonorantes : L’évadé d’Alcatraz avec Clint Eastwood, Meurtre à Alcatraz avec Christian Slater, Rock avec Nicolas Cage et Sean Connery... Si Le Point de non-retour immense film de John Boorman y a situé une partie de son action (alors que la prison est désaffectée), c’est surtout le mal-compris Le Prisonnier d’Alcatraz réalisé par John Frankenheimer en 1962 qui mérite la palme du film sans doute le plus marquant et le plus incongru s’y déroulant. En racontant l’histoire, – certes avec une pointe exacerbée de romanesque- , de Robert Stroud qui passa quasi l’intégralité de sa vie derrière les barreaux et qui y devint un spécialiste en ornithologie, puis, qui au gré des circonstances, cristallisa le combat d’un homme contre l’institution pénitentiaire, Le Prisonnier d’Alcatraz est surtout un plaidoyer intense sur la rédemption.

Quand Burt Lancaster et son associé Harold Hecht s’intéressent à l’histoire de Stroud, plusieurs projets infructueux ont été préalablement tentés. L’opposition de l’administration pénitentiaire et le refus systématique du Bureau Fédéral des Prisons de fournir son aide ou même son aval eurent raison de ces projets mais Lancaster plus têtu et vindicatif et sentant que le rôle aurait de l’importance dans sa carrière fit le nécessaire pour rendre le film possible. Le prix fut mis (150 000 dollars) pour reconstituer en studio l’intérieur des prisons qui virent passer Stroud et on ne verrait Alcatraz que de loin. Tout ceci devait compliquer singulièrement la tâche de l’équipe mais ce ne ne fut pas le seuil écueil rencontré par la production. Engagé pour réaliser le film, Charles Crichton, réalisateur britannique plus enclin à tourner des comédies ne parvenait pas à trouver le ton juste d’un drame sombre et réaliste. Au bout d’une semaine, il fut remercié par la production et c’est John Frankenheimer qui prit la suite, alors même que ses relations avec Lancaster avaient été extrêmement tendues précédemment sur Le Temps du châtiment. Les rôles secondaires, qui permirent au film de trouver sa singularité échurent à des comédiens talentueux. Thelma Ritter, impressionnante dans le rôle de la mère de Stroud, une personnalité complexe que la comédienne restitua parfaitement, Karl Malden, dans le rôle de Harvey Shoemaker, le directeur qui prit Stroud en grippe et qui incarne la figure administrative dans toute sa rectitude parvient avec sobriété à faire brillamment face à un Lancaster qui vampirise l’écran par son animalité et sa présence impressionnante. Neville Band, Whit Bissell, Hugh Marlowe ou encore Telly Savalas achevèrent de donner au film sa densité dramatique avec de nombreux face-à-face d’où Lancaster, aussi charismatique soit t-il, laisse la place à ses partenaires de s’exprimer, permettant au récit de ne pas être uniquement au service de sa star.

Pourtant, Le Prisonnier d’Alcatraz est un écrin de toute beauté pour Burt Lancaster. Celui-ci s’est approprié le personnage de Robert Stroud, l’a fait sien, au point de s’identifier totalement à lui et d’en venir même à être submergé d’émotion par les décisions contraires qui émaillèrent le destin carcéral de ce dernier et qui parsemaient le script. L’acteur y trouve un de ses rôles majeurs, parvenant à restituer tout un éventail d’émotions grâce à une subtilité et une facilité à alterner les accès de violence, la méticulosité l’intelligence et la patience par d’infimes variations prouvant les facultés du comédien. Grâce à la mise en scène de Frankenheimer parfaitement en adéquation avec le propos, le film est suffisamment long pour montrer comment le temps est étiré lorsque l’on est enfermé et le metteur en scène parvient à nous faire éprouver de la compassion pour Stroud. Maître dans la composition des cadres, formaliste de talent qui sait pourtant laisser l’humanité prendre sa place (alors même que l’exiguïté des lieux ne lui simplifiait pas la tâche), le réalisateur excelle à laisser s’exprimer la progression dramatique, et à développer non seulement la naissance puis le crescendo de l’intérêt de Stroud pour ses oiseaux et sa spécialisation mais aussi sa personnalité secrète aux émotions rentrées. Tout cela confère au film à la fois sa poésie et sa dimension ésotérique qui l’extraient du film de genre pour le plonger dans une histoire humaine à multiples facettes. Tout ceci est d’autant plus renforcé que Le Prisonnier d’Alcatraz développe son récit autour du thème de la rédemption nous montrant un homme à la violence exacerbée qui parvient à évoluer et changer au fil d’une expérience carcérale qui lui permettra de trouver sa voie. Pour sa performance exceptionnelle Burt Lancaster reçut le Prix d’interprétation masculine au Festival de Venise en 1962 et, s’il ne reçut pas l’Oscar  (Gregory Peck le remporta pour Du Silence et des Ombres), Le Prisonnier d’Alcatraz est sans doute le film où s’exprime le mieux sa palette d’acteur et l’incroyable force de persuasion qui l’animait quand un sujet le poussait à se dépasser et à s’investir au-delà de ses attributions. Le film, en plus d’être un vibrant plaidoyer sur la rédemption est un formidable film de prison et une tragédie surprenante à redécouvrir toutes affaires cessantes.

Titre Original: BIRDMAN OF ALCATRAZ

Réalisé par: John Frankenheimer

Casting : Burt Lancaster, Karl Malden, Telly Savalas …

Genre: Drame, Biopic

Sortie le : 03 juillet 1962

Sortie en Blu-ray+DVD+Livre le :  6 Juin 2018

Distribué par: Wild Side Vidéo

EXCELLENT

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s