ENTRETIENS

LES INDESTRUCTIBLES 2 (Conférence de Presse avec Brad Bird)

IMG_2106[1]

Jeudi 14 Juin 2018: Un hôtel parisien en début d’après-midi. La presse et certains blogueurs privilégiés s’installent devant une estrade où une table et trois sièges sont placés. La traductrice s’assied à l’une des places tandis que Brad Bird, Nicole Paradis Grindle et John Walker entrent dans la pièce. Le nouveau film du réalisateur de Mission Impossible Ghost Protocol, Les Indestructibles 2 sort le 4 Juillet prochain et le réalisateur vient en compagnie de ses producteurs pour répondre aux questions  Retour en audio et en photos sur ce moment passionnant.

Question : Est ce que cela été difficile d’équilibrer le coté familial avec l’aspect super héroïque ?
Brad Bird : Bien sur ce fut un défi mais cela sert le film car le rythme change sans cesse.
Nicole Paradis Grindle : Brad fait un job fantastique car les pouvoirs des personnages symbolisent leurs caractères avec un père symbole de force, la mère qui s’étire dans tous les sens pour ménager vie familiale et professionnelle, l’adolescente qui veut s’effacer et repousser le monde devient invisible, l’ado avec son énergie peut courir à toute vitesse et enfin Jack Jack le bébé, avec tous ses pouvoirs, symboles des opportunités qui s’offriront à lui.
John Walker : La règle des Indestructibles est ne jamais faire quelque chose d’ordinaire sans le faire suivre par quelque chose de fantastique et inversement toujours introduire la vie ordinaire après le fantastique, le défi tient à réussir l’équilibre entre les deux.

Q : On est abreuvé de films de super-héros cela a t-il influencé votre travail sur le film ?
Brad Bird : Cela a diminué mon enthousiasme car faire un film prend des années et je pensais déjà il y a des années qu’il y a avait trop de films de super-héros donc la peur d’arriver avec le film de trop alors que le public serait lassé était présente.

Q: Alors que l’époque est à un cinéma standardisé pouvez-vous nous parler de votre mise en scène qui évoque le cinéma d’auteur ?
Brad Bird : D’abord merci du compliment je vais être imbuvable jusqu’à la fin de la journée ! Je pense que PIXAR est une société extraordinaire qui apprécie la diversité chez ses réalisateurs Pete Docter (Vice-versa) ou Andrew Stanton (Wall-E) font des films différents des miens, la force du studio tient dans toutes ses voix différentes. Par exemple Domee Shi la réalisatrice du court-métrage BAO qui  joue avant notre film a une voix distincte.

IMG_2045[1]

Q :John Lasseter quitte Pixar a la fin de l’année quelle est votre réaction à ce départ et quel fut son apport au film ?

Brad BirdJohn a toujours été très impliqué dans le processus narratif pour ce film, c’est un esprit très orienté « histoire », Disney ne voulait pas vraiment faire le film à l’origine et il s’est interposé entre notre film et l’exécutif de chez Disney (qui n’a pas duré très longtemps dans la compagnie) pour que le film existe et il nous a permis de le faire. Les Indestructibles n’aurait jamais vu le jour sans lui.
Nicole Paradis Grindle : Nous sommes reconnaissants envers John d’avoir créé le studio et fiers des 20 films On lui doit notre  gratitude pour son apport mais le studio a toujours des créateurs très impliqués comme Lee Unkrich (Coco , Toy Story) le futur est excitant avec la réalisatrice de Bao qui prépare son premier long et nous sommes enthousiastes sur  l’avenir de PIXAR.

Q : Usher a une cameo dans le film comment est-ce arrivé ?
Brad Bird : Usher et ses agents n’ont cessé de nous contacter c’est un grand fan et il voulait absolument  participer à la suite et même si nous n’avions pas rôle à sa taille  il a accepté car cela faisait partie de sa « bucket-list ». Il pris un rôle ordinaire et a imaginé ce  mec qui foire sa rencontre avec son idole Frozone. A la fin du tournage il s’est exclamé « JE SUIS DANS LES INDESTRUCTIBLES 2 !!!!! ».

Q : on voit des destructions de bâtiments dans le film  ces images vous ont elles donner l’idée de votre prochain film autour du tremblement de terre de San Francisco en 1906.
Brad Bird : Je veux faire ce film car cette époque et cet endroit sont uniques dans l’Histoire de l’Amérique et m’intriguent mais c’est un projet très compliqué et je n’ai pas envie de perdre encore des années de ma vie à ne pas faire un film. On verra..

IMG_2108[1]

Q: Beaucoup d’idées du premier film n’ont pu aboutir. Les avez-vous utilisées pour le second ?
Brad Bird : Le combat entre raton laveur et Jack Jack est une idée que m’avait donné Teddy Newton un animateur du premier film et que j’avais adoré car c’était la mauvaise chose à faire dans un film ce pourquoi l’idée m’attirait ! J’avais également conçu la scène entre Jack Jack et la baby-sitter comme valve de sécurité quand l’intrigue perdait de l’énergie ou devenait trop compliquée pour la couper avec ces scènes mais l’histoire avait un tel momentum que nous n’avons pas trouvé d’endroits pour l’inclure sans nous détourner de l’histoire principale. C’est pourquoi j’ai fait de cette intrigue le court-métrage que l’on trouve dans le blu-ray. J’aimais l’idée que le public avait un temps d’avance sur la famille qui ignorait l’existence des pouvoirs de Jack Jack et que cela pouvait servir de « bombe à retardement » dans l’intrigue.

Q: Est-ce que l’attente du public par rapport au film était dure à gérer et avez-vous le projet d’un troisième film ou devrons-nous attendre 14 ans ?
Brad Bird : Il vous faudra attendre 17 ans !! Évidemment quand le public aime un film il y a cette chose étrange qui se produit, même si j’essaye de ne pas prêter attention à ce qui se dit sur internet, inévitablement je craque et je fais l’erreur d’y aller quand même, on est confronté à cette attitude qui consiste à dire « j’adore le premier film mais TU N’AS PAS INTÉRÊT A NOUS DÉCEVOIR! » Cela ne pousse pas à la créativité et cela peut inhiber, quand un film a du succès la première envie est de faire la même chose, d’avoir telle ou telle séquence, mais si on commence à penser ainsi cela devient fastidieux comme une liste de courses. J’essaye d’éviter de penser ainsi et de me dire : je suis dans une salle de cinéma que voudrais-je voir à l’écran ?  et c’est beaucoup plus simple. Pour le troisième volet il faut d’abord que celui-ci sorte  ! Et puis si vous allez dans une maternité et que vous demandez à une mère qui vient de vivre un accouchement de 16 heures si elles sont prêtes à faire un autre bébé …la réponse risque d’être non.

Q : Le look du film ressemble aux années 70 dans sa forme et et ses références (Hanna Barbera par exemple) est-ce une de vos influences ?
Brad Bird : Non ! le look est celui des  années 60 , les années 60 sont cools, les années 70 horribles ! Cela remonte à mon enfance les films de super-héros n’étaient pas bien faits et quand je pensais a des méchants plus grands que nature avec des gadgets cools je pense aux films d’espionnage plutôt qu’aux super-héros avec des noms de vilains comme Dr No ou Goldfinger qui me rappelle les vilains de comics. Ce sont « mes » films de super-héros. Johnny Quest (un dessin animé très populaire aux USA inconnu chez nous NDLR ) c’est autre chose, c’est tout le divertissement dont un jeune garçon a besoin !

Q : Sam Jackson joue Frozone et Nick Fury chez Marvel Studios, y aurait-il pu avoir une rencontre entre les deux ? Et maintenant que vous avez fait deux films de super-héros en animation pourriez vous en faire un en live action avec Marvel par exemple ?
Brad Bird : On a ce mélange des deux personnages avec Sam quoiqu’on fasse ! On m’a proposé quelques films de super-héros dont beaucoup ont eu un succès immense sans moi donc j’ai bien fait de ne pas m’en mêler ! J’ai l’impression d’avoir fait un film de super-héros avec mes propres super-héros et c’est bien suffisant.

IMG_2113[1]

Q: Quand Elastigirl tente d’identifier l’Hypnotiseur celui ci tient un discours assez politique, une dénonciation du consumérisme et de l’addiction aux écrans. Mais c’est le méchant du film, cela veut dire que vous souscrivez à son point de vue ?
Brad Bird : Cela peut devenir assez méta, vous êtes devant un écran avec un film qui dénonce l’addiction aux écrans, c’est un film qui se commente lui-même en un sens. Les meilleurs vilains sont ceux qui ont un point de vue et ce point de vue doit avoir du sens même si ce qu’ils font est répréhensible. Un méchant ne pense pas être un méchant ils pensent faire une chose juste.
Nicole Paradis Grindle: Ils ont plus intéressants quand on comprend leur point de vue, un méchant qui veut juste détruire la planète ne l’est pas vraiment.

Q: Quand le premier film est sorti l’animation CGI avait beaucoup de défis techniques à relever (animation des textures des cheveux par exemple) quels défis avez-vous eu à relever pour celui-là?
Bien sur qu’il y a de nouveaux défis mais quand nous avons fait le premier nous étions toujours au bord de l’échec car personne ne faisait bien ce qu’on essayait de faire, pas même PIXAR et nous devions innover sans cesse. Désormais les outils techniques sont meilleurs, les animateurs sont meilleurs car ils ont plus d’expérience dans le domaine et des talents du monde entier nous ont rejoints mais le plus grand challenge, que vous fassiez un film à 200 dollars ou à 200 millions, est toujours le même : l’histoire et les personnages  sont les effets spéciaux les plus durs a obtenir.

Q : Pouvez-vous faire Edna Mode ?
Brad Bird : Je ne suis pas la « french Edna » et elle n’est pas très coopérative , elle ne suit pas les ordres mais elle les donne très bien!

Q: Vous aimez les méchants avec une vraie motivation entre Syndrome et L’hypnotiseur vers lequel va votre préférence ?
Brad BirdOn passe plus de temps avec Syndrome dans le premier film donc c’est sans doute mon favori mais l’Hypnotiseur a un point de vue qui se tient !

Propos recueillis par Patrice Steibel

Remerciements Agence Heaven – Arnaud-Martin Favier

Remerciements Agence Heaven – Arnaud-Martin Favier

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s