Critiques Cinéma

Un film, Une séance… #6

Un film, une séance…

Valérian et la Cité des milles planètes,

le 21 février 2018 dans le vol Helsinki-Osaka Finnair AY 77.

Seconde chronique de cette année 2018, car oui, contrairement à la très bonne série Lucifer, à la série QuanticoThe Last Man on Earth ou Alex,Inc, je suis de retour, un peu comme Brooklyn Nine Nine, vous pensiez que je n’étais plus là… et bien non, paf de retour. Mais ce soir comprenez bien je vole, sans fumée sans alcool, je vole, je vole… Car c’est en direct d’un Airbus A330 que je dépose délicatement ces quelques mots d’une main virevoltante sur une feuille blanche… Parce que oui je préfèrerai écrire sur un ordinateur portable, mais chez Les Chroniques de Cliffhanger & Co on est beau, on parle bien (parfois même sur France Inter… et pour retrouver mon rédacteur en chef dans l’émission Le Nouveau Rendez-vous c’est ici), on a des idées, mais on est pauvre.

La date : Le 21 février 2018

J’avais d’abord prévu de partager avec vous quelques extraits de courrier très touchant du Pasteur Boegner, théologien, ecclésiastique, essayiste et académicien français né le 21 février 1881, ou même de vous parler du dernier Godard, pour coller au Festival de Cannes, mais mon rédacteur en chef m’a renvoyé mon papier avec ce mot : « Merci de parler plutôt de l’anniversaire de Jennifer Love Hewitt, ça permettra de mettre une photo…  » Bref, Jennifer Love Hewitt, révélée dans la série La Vie à cinq puis au cinéma dans la saga Souviens-toi… l’été dernier, elle connaît un gros succès avec la série Ghost Whisperer… dans laquelle elle réussit l’exploit de pleurer à chaque épisode, ce qui est absolument fascinant, car l’intérêt n’est jamais de savoir si elle va réussir ou non à faire passer de l’autre côté le fantôme, mais à quel moment de l’épisode elle va pleurer… Voilà, mission accompli, mais alors que nous venons d’apprendre que Fort Boyard avait pris la décision de supprimer l’épreuve des cylindres, je trouve un peu léger de la part de mon rédacteur en chef de m’imposer ces quelques lignes sur Jennifer Love Hewitt, je dis ça je dis rien, mais je le dis quand même… Et comme dirait Jean-Luc Godard, quand on fait un film, pour pouvoir trouver une image, il faut en supprimer deux. C’est la clef du cinéma. Mais si c’est la clef, il ne faut pas oublier la serrure ».

La salle : Airbus A330-300

Serré, compressé, les oreilles qui sifflent, le bruit des moteurs, les enfants qui pleurent, les gens stressés, les gens malades, les gens qui boivent, les gens pieds nus, les gens qui dorment et ceux qui testent les toilettes à plusieurs… certes l’avion n’est pas la salle de cinéma la plus agréable… Mais s’il y a bien un pilote dans l’avion plutôt que des serpents, que le vol ne rime pas avec les Ailes de l’enfer vous transformant en naufragés du 747 ou pire, en zombies dans l’avion… et bien si vous êtes des survivants, alors oui découvrir les films que vous avez délibérément raté durant l’année est souvent une bonne idée.

Et comme cette rubrique se veut utile, en parlant de survivant, si, suite à un crash, vous vous retrouvez coincé en pleine montagne, obligés de survivre en mode cannibale, je vous propose la recette du mois, La cervelle de passager d’avion poêlée :

Faire dégorger votre cervelle de passager dans un saladier avec de l’eau froide pendant 20 minutes, puis retirer la peau qui se situe en superficie, ainsi que les veines (s’il en reste). Mettre le beurre dans une poêle chaude et y ajouter la cervelle en morceau. Ajouter le persil selon votre goût en plus ou moins grande quantité. Saler, poivrer. Laisser cuire en remuant régulièrement environ 8 minutes. Bon appétit.

Le film : Valérian et la Cité des milles planètes

En 2010 Luc Besson avait martyrisé Adèle Blanc-sec en adaptant la bande-dessinée culte de Tardi. Le réalisateur nous avait offert un film paresseux, pataud, décevant, scénaristiquement vide et d’une platitude affligeante, de quoi faire pleurer à chaudes larmes les fans de Tardi dont je fais parti (oui, je ne lui ai toujours pas pardonné). Alors le voir s’attaquer à l’œuvre de Mézières et Christin n’avait rien de rassurant… attention, je ne déteste pas tout ce que fait Besson, je suis même fan de sa grande époque, entre Le Dernier Combat et Jeanne d’arc, et j’admire sa volonté de faire du grand divertissement à l’américaine en France. Mais depuis 20 ans il n’a pas réalisé un seul vrai bon film… Bref, que vaut ce Valérian et la Cité des milles planètes…? Franchement, dans le cadre d’un visionnage en avion, tout en dégustant son plateau repas, d’ailleurs savez-vous que le goût change en avion… Plusieurs raisons à ce phénomène. Tout d’abord la saveur d’un repas provient principalement de l’olfaction, or dans un avion la pressurisation de la cabine est environ 20 à 25 % plus faible que celle de la pression atmosphérique au sol. Donc augmentation du volume de gaz de l’organisme et gonflement de la muqueuse olfactive. Rajoutez à cela l’humidité est inférieure à 20% qui assèche la muqueuse, ce qui modifie le goût des aliments, et le bruit de fond permanent qui donne l’impression que la nourriture est moins salée… (Merci caminteresse.fr). En parlant de Luc Besson, j’ai enfin découvert Lucy (c’est moi je sais), j’avais le choix entre visionner La Vie privée de Sherlock Homes de Billy Wilder qui vient de sortir dans une très belle édition blu-ray et Lucy… parfois, dans la vie, on ne prend pas toujours le bon chemin… on s’embarque délibérément sur le sentier couvert de ronces, parce qu’on aime sentir la douleur des épines qui traversent nos vêtements et tailladent notre chaire…

Voilà, c’est fini, comme ce petit oiseau mort sur le toit de la maison qui jouxte mon bureau… Tous les matins avant de me mettre au travail, lorsque j’ouvre mon store, j’aperçois sa petite carcasse qui se décompose jour après jour, symbole du temps qui passe, symbole de la fragilité de la vie. Et comme dirait mon rédacteur en chef  lorsque je lui propose un verre : Une vodka-Martini. Mélangée au shaker, pas à la cuillère.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s