Evénements/Festivals

JOURNAL DE BORD CANNES 2018 Saison 5 Épisode 5

Festival de Cannes, Saison 5 épisode 5

Ayant finalement manqué la séance de minuit, le lever matinal s’accompagne d’un rattrapage en bonne et due forme d’Arctic, survival enneigé avec Mads Mikkelsen dans le rôle principal. Critique de celui-là à venir sur le site.

Un café et un pain bagnat englouti plus tard, et bam, la réalisatrice Céline Sciamma apparaît sous mes yeux. L’occasion de discuter tranquillement avec elle et lui transmettre tout l’amour que je porte à son cinéma (Naissance d’une pieuvre, Tomboy, Bande de filles, Ma Vie de Courgette) et à ses engagements progressistes sur les questions de représentation et de diversité.

Une longue séance d’écriture dans le salon presse du palais s’impose ensuite, avant de gagner en fin d’après-midi la courte file d’attente pour assister à la première d’Ash Is Purest White (bien meilleur titre que Les Éternels, alloué au film pour sa sortie française), le nouveau long très attendu de Jia Zhang-ke. Le cinéaste chinois fait aujourd’hui partie du club des « habitués » du festival, ayant déjà connu les faveurs de la compétition officielle avec A Touch of Sin en 2013 et Mountains May Depart en 2016. Verdict sur le site !

3ème projo de la journée : le thriller coréen The Spy Gone North (ou Gongjak en VO) signé Yoon Jong-bin et recevant l’honneur de figurer en séance de minuit dans le Grand Théâtre Lumière. L’histoire véridique de Black Venus, espion sud-coréen infiltré en Corée du Nord au début des 90’s. Si le film résonne indubitablement avec l’actualité politique brûlante des deux Corées, l’expérience s’avère toutefois assez soporifique et décevante ; le récit, déployé autour d’enjeux pourtant passionnants sur le papier, est inutilement bavard, alambiqué et étiré en longueurs, donnant ainsi lieu à des échanges souvent sentencieux là où un travail sur l’image aurait aidé le spectateur à s’impliquer davantage. On saluera toutefois le jeu de Hwang Jung-ming, aperçu cette année dans l’excellent Battleship Island et impeccable ici encore dans un rôle ambigu, la photographie sublime avec quelques jolis cadres, le clin d’œil inattendu mais sympathique à un certain méchant excentrique de la galaxie James Bond et le final, plutôt émouvant et en phase avec les dernières nouvelles optimistes sur la séparation des deux Corées.

 

 

Publicités

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s