Critiques

PERDUS DANS L’ESPACE (Critique Saison 1 Épisodes 1×01 – 1×02) Une bonne surprise

3,5 STARS TRES BIEN

SYNOPSIS: La famille Robinson a été sélectionnée pour avoir la possibilité de reconstruire leur vie dans un monde meilleur. Mais lorsque les nouveaux colons font face à des difficultés pour accéder à leur nouveau foyer, ils vont devoir forger de nouvelles alliances et travailler ensemble afin de pouvoir survivre dans cet environnement étranger et hostile se situant à des années lumières de leur destination initiale.

Avertissement: Seuls les 2 premiers épisodes (sur 10) ont été présentés à la presse.

La série originale produite par Irwin Allen le roi du film catastrophe, une version spatiale des Robinsons Suisses est aussi célèbre dans la pop culture US (ou elle a laissé la phrase culte « Danger Will Robinson » prononcée par le personnage le plus emblématique de la série, qui n’était pas un membre de la famille Robinson, mais plutôt un robot, chaque fois que Will Robinson était en … danger) qu’inconnue chez nous faute de diffusion (hormis au début des années 90 sur la défunte chaine La Cinq). La série a fait l’objet en 1998 d’une adaptation cinématographique avec William Hurt, Matt Leblanc et Gary Oldman dans le rôle du professeur Smith, qui, faute de succès ne connut pas de suite (mais que nous vous invitons à découvrir car loin d’être une catastrophe). Vingt ans après cette tentative Netflix ramène donc le concept sur le petit écran (et les tablettes et les smartphones etc..) dans l’optique d’étendre la gamme de genre de ses productions.  La série a pour showrunner  Zack Estrin (Prison Break) et est écrite par  Matt Sazama et Burk Sharpless (Dracula Untold).

Dans un futur proche où la Terre devient peu à peu inhabitable, les Robinson sont parmi les meilleurs et les plus brillants choisis pour commencer une nouvelle vie dans un monde lointain. En route, une catastrophe frappe le vaisseau interstellaire transportant les colons et leur vaisseau spatial, le Jupiter 2, atterrit sur une planète inconnue où ils devront résoudre leurs conflits pour survivre.

lost-in-space-2-cliff-and-co

La version 2018 présente en effet une dynamique familiale différente de la version des années 60. Les guerres et conflits de l’ancien monde ont  tenu éloigné John Robinson (Toby Stephens de Black Sails) un soldat, de sa famille pendant des mois provoquant la séparation avec son épouse, la brillante ingénieure en aérospatiale Maureen Robinson (Molly Parker de House of Cards et Deadwood). C’est elle qui prend la décision d’emmener leurs trois enfants dans l’espace dans l’espoir d’une vie meilleure. La confiante Judy (Taylor Russell),  la sarcastique Penny (Mina Sundwall) et le sensible Will (Maxwell Jenkins). Ainsi quand ils sont réunis à nouveau, la famille n’est  plus du tout habituée à avoir leur père à leur cotés, rendant la dynamique familiale à bord du Jupiter 2 beaucoup plus tendue que dans  la série originale.

Malgré l’accumulation de périls, les Robinson sont confrontés dés les premières minutes à trois crises majeures. Perdus dans l’espace évite le piège du « monstre de la semaine » qui plombe souvent des séries de science-fiction, en partie grâce à sa mythologie mais aussi parce que le spectateur est rapidement investi dans la manière dont la famille va parvenir à se rassembler pour surmonter le prochain danger tout autant que par  le danger lui-même. Cela, bien sûr, doit beaucoup à l’écriture, mais aussi aux performances de son casting. L’attitude bourrue de Toby Stephens joue parfois contre lui comme père et mari aimant mais la série atténue cela en jouant sur son expérience et son identité de soldat. Perdus dans l’espace 2018 fait un choix de casting audacieux en choisissant Parker Posey égérie du cinéma indépendant des années 90 pour incarner l’antagoniste de la série originale: le Dr. Smith un passager clandestin aux intentions troubles dont Posey  incarne bien  la personnalité fluide et sournoise tout en actualisant le personnage.

LostinSpace-cliff-and-co

Si les spectateurs seront familiers sans doute avec Stephens,  Posey ou Parker, qui est elle aussi vraiment excellente dans son rôle,  pour leur travail au cinéma ou à la télévision  les trois enfants – Jenkins, Russell et Sundwall – sont des révélations, plus que capables de se débrouiller dans des scènes avec leurs partenaires plus aguerris et contre les menaces en  CGI. Jenkins, en particulier, est très à l’aise dans ses scènes tendres, et parfois déchirantes, avec le Robot. Le personnage le plus emblématique  de la « franchise » Perdus dans l’espace ne déçoit pas, tout aussi énigmatique que le Dr Smith, le Robot   – si il a conservé sa phrase culte « Danger, Will Robinson! » – est complètement différent du protecteur kitsch de la série des années 1960 que ce soit par son design que par son rôle moteur dans la mythologie de la nouvelle série tout en conservant une personnalité attachante. Le personnage de Don West (un personnage de la série originale, interprété cette fois par Ignacio Serricchio vu dans Bones) n’est pas ici un pilote, mais plutôt un mécanicien et un contrebandier qui sert de contrepoint aux autres personnages tous très sérieux et hyper compétents.

lostinspace-cliff-and-co

Perdus dans l’espace 2018 est une réussite formelle, Netflix a clairement beaucoup investi  dans la production, et cela se voit dans tous les domaines depuis les designs des combinaisons spatiales du Jupiter 2 et du robot jusqu’aux effets spéciaux et aux lieux de tournage, tout participe à une expérience quasi-cinématographique. Bien sûr, la planète glacée du pilote cède rapidement sa place à un monde qui ressemble beaucoup à la Colombie-Britannique mais les producteurs utilisent plus que les forêts qui servent déjà de décors  à d’innombrables autres séries, de Arrow à X-Files pour en faire un paysage extraterrestre convaincant. Le pilote réalisé avec énergie par le très bon Neil Marshall (The Descent et à la télévision des épisodes de WestWorld ou Game of thrones) est en outre très bien écrit les Robinson sont confrontés dés les premières minutes à  trois crises majeures, ce sentiment d’urgence imprimant un vrai rythme à la série. Perdus dans l’espace est une réinvention  qui met à jour le concept original sans l’abandonner entièrement (il rend hommage à la série d’Irwin Allen avec un cameo  de Bill Mumy l’interprète original de Will Robinson)  et offre une excellent divertissement d’aventures et de science-fiction. Une bonne surprise.

Crédits: Netflix

Publicités

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s