Critiques Cinéma

LA MORT DE STALINE (Critique)

La_Mort_De_Staline-cliff-and-coSYNOPSIS: Dans la nuit du 2 mars 1953, un homme se meurt, anéanti par une terrible attaque. Cet homme, dictateur, tyran, tortionnaire, c’est Joseph Staline. Et si chaque membre de sa garde rapprochée – comme Beria, Khrouchtchev ou encore Malenkov – la joue fine, le poste suprême de Secrétaire Général de l’URSS est à portée de main. (Inspiré de faits réels…)

Peut-on rire de tout? La question peut se poser lorsqu’on lit le synopsis du troisième film d’Armando Iannucci, réalisateur britannique, showrunner de la série à succès Veep avec Julia Louis-Dreyfus. Adaptant un roman graphique de Fabien Nury et de Thierry Robin, le réalisateur s’attaque à un grand moment de l’histoire du XXe siècle et de l’histoire de la Russie. Iannucci explique qu’il avait avant tout envie de  parler de totalitarisme en général et de montrer son absurdité. Il ajoute qu’à l’heure où les citoyens remettent en cause la notion même de démocratie, il voulait montrer ce à quoi mène moins de démocratie. La filmographie du metteur en scène a toujours mêlé fiction et politique, toujours traité sous la forme de la satire : In The Loop se déroulait à la veille de l’invasion en Irak et Veep parle de l’élection américaine.

Le réalisateur utilise pour cela la comédie tour à tour dramatique, tour à tour burlesque. Il peut compter sur un casting absolument remarquable avec des acteurs bien connus de tous, comme Steve Buscemi, Jeffrey Tambor ou Jason Isaacs mais surtout sur la révélation du film, Simon Russel Beale qui campe un Lavrenti Beria machiavélique, hystérique et risible. La première scène du film où toute une équipe d’une salle de spectacle doit recommencer le même concerto pour livrer l’enregistrement à Staline est un modèle du genre en terme de timing et de scénarii. La mise en scène de Iannucci est assez énergique et chaque scène fait place à une réplique d’anthologie (« allez chercher un médecin compétent » ! « Mais on les a tous tué ou envoyé au goulag ») ou à un mise en situation hilarante (Steve « Khrouchthev » Buscemi voulant remplacer Jeffrey « Malenkov » Tambor lors des funérailles de Staline).

Malgré cette indéniable réussite, un petit bémol doit cependant être souligné. A travers cette histoire vraie, on ne ressent jamais le côté terrifiant que fut le régime stalinien. On voit juste des bouffons sans aucune espèce de recul ou d’intelligence (la palme revenant à Jeffrey Tambor en Gueorgui Malenkov) et c’est toujours un peu déstabilisant de voir des personnages stupides pendant 1h45 dans un tel contexte. Le propre de la comédie satirique reste de faire rire dans un premier temps pour dénoncer dans un second. Autant le pari est réussi puisqu’on a vraiment passé un bon moment, autant on ne sort pas de la salle avec la sensation d’avoir vu un film très corrosif qui va bien au-delà du régime soviétique pour devenir universel. On ne ressort pas avec un sentiment mitigé mais plutôt la sensation d’avoir passé un agréable moment.

La_Mort_De_Staline-cliff-and-coTitre Original: THE DEATH OF STALIN

Réalisé par: Armando Iannucci

Casting: Steve Buscemi, Simon Russell Beale, Jeffrey Tambor

Genre: Historique, Comédie dramatique

Sortie le: 4 avril 2018 

Distribué par: Gaumont Distribution

TRÈS BIEN

Publicités

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s