Le Festival de Cam

Quelque chose de Mildred Hayes…

Three Billboards Outside Ebbing, Missouri est sur toutes les lèvres, dans tous les esprits et en route pour les Oscars. Gagnera, gagnera pas ? On croise les doigts. Quoiqu’il en soit, une chose est sûre, Mildred Hayes est l’un de ces personnages que l’on n’oublie pas. Peut-être parce qu’elle contient un peu de nous, qu’elle fait partie de celles qui nous touchent en plein cœur et qu’on aimerait un peu plus lui ressembler.

Lui ressembler, d’abord, pour jurer comme un charretier et trouver des insultes dont vous êtes loin de soupçonner ne serait-ce que l’existence. Pour décocher des tirades cinglantes à tous ceux qui se mettent en travers de votre chemin et vous font la leçon. En somme, pour laisser exploser une légère dose de la rage qui est en vous.

mildred hayes 2 cliff and co

Lui ressembler pour battre quiconque au billard. Parce que vous avez toujours eu envie de vous la raconter au billard et que la seule fois où ça a fonctionné, c’était en 1999 quand, à 15 ans, vous avez triomphalement battu votre futur amour de vacances, une histoire sans lendemain.

Lui ressembler pour être cette mère imparfaite, qui ne fera pas toujours comme il faut, qui sera maladroite, qui ne trouvera pas toujours les gros bons mots, qui s’engueulera avec sa fille, qui s’en voudra, qui pleurera devant son fils alors qu’il ne faut pas, qui s’en voudra, mais qui essayera toujours d’être là. Parce que les mères imparfaites sont souvent celles qui aiment le plus, et les gens imparfaits ceux qu’on aime le plus. Pas vrai ?

Lui ressembler, pour avoir le courage de réclamer la vérité. Par tous les moyens. Simplement parce qu’il y a toujours des choses que vous ne comprenez pas. On vous avait pourtant bien expliqué que tout problème avait sa solution. Mais là, vous ne voyez pas. Vous avez essayé, mais vous ne trouvez pas. Pourquoi a-t-il laissé les souvenirs s’enfuir ? Pourquoi ne m’a-t-il pas envoyé le plus petit signe ? Pourquoi est-il parti ? Vraiment, il serait grand temps qu’on vous donne quelques pistes. Comme le dit Mildred Hayes, « plus on expose une affaire, plus on a la chance de la voir résolue ». Alors, elle est où cette résolution, bordel ?

mildred hayes 3 cliff and co

Lui ressembler pour avoir cette détermination infaillible qui fait que, contre vents et marées, vous ne renoncerez pas, vous ne vous inclinerez pas devant l’adversité, vous ne suivrez pas le mouvement, vous ne rougirez pas au premier désagrément. Vous aurez l’eye of the tiger, la volonté de Black Mamba, la rage de Sarah Connor. Envers et contre tous, un point c’est tout.

Là où vous aimeriez sans doute moins ressembler à Mildred Hayes en revanche, c’est dans sa solitude. Cette solitude qui devient votre partenaire de vie une fois que le deuil s’installe. Si entourée, puis si seule. Comme si le monde entier ne se rappelait pas de la souffrance que vous endurez. Alors que vous avez sans cesse envie d’hurler. De toute façon, personne ne peut comprendre ce que vous ressentez. Paranoïaque et égocentrique, vous ? Pas du tout.

Enfin, si vous deviez ajouter une dernière chose, vous aimeriez beaucoup lui ressembler pour pouvoir vous promener toute la journée en bleu de travail. Chez vous, au bureau, au restaurant, seul ou avec votre amant… Le mien est toujours dans mon placard. Il est peut-être temps de le ressortir. Qu’en pensez-vous ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s