Actus

Alors, on regarde quoi ce soir ? (Sélection Sorties Vidéo Janvier 2018)

Alors que le mois de janvier vit ses derniers jours, et que petit à petit il se flétrit et se dirige inexorablement vers une mort certaine qui donnera naissance au mois de février (en février pluie jamais finie fait l’année féconde et bénie), il est temps de revenir sur cinq sorties blu-ray de films que l’on a aimé, pas qu’un peu mais beaucoup et parfois même passionnément. Il va y avoir de la neige de la tolérance, un réalisateur Suisse, des clowns et même Tom Cruise… Bon visionnage…

Wind River

Réalisé par: Taylor Sheridan

Avec : Jeremy Renner, Elisabeth Olsen, Kelsey Asbille, Jon Bernthal

Durée : 1h47

Date de sortie : Le 11 janvier 2018 chez Metropolitan Video

Synopsis : Cory Lambert est pisteur dans la réserve indienne de Wind River, perdue dans l’immensité sauvage du Wyoming. Lorsqu’il découvre le corps d’une femme en pleine nature, le FBI envoie une jeune recrue élucider ce meurtre. Fortement lié à la communauté amérindienne, il va l’aider à mener l’enquête dans ce milieu hostile, ravagé par la violence et l’isolement, où la loi des hommes s’estompe face à celle impitoyable de la nature…

Taylor Sheridan, le brillant scénariste de Sicario et Comancheria réalise avec Wind River un polar épuré, brutal, poétique, porté par un duo d’acteurs fantastiques. Jeremy Renner a rarement été aussi charismatique et Elisabeth Olsen nous prouve que la surdouée de la famille ne se conjugue pas par deux… Étouffant et terriblement efficace malgré quelques maladresses, Wind River est une plongée violente et glaciale dans la communauté amérindienne, un thriller crépusculaire parfois émouvant, souvent tragique, une belle réussite mise en scène avec inspiration et dont les paysages enneigés devraient vous hanter pendant longtemps…

Le saviez-vous ? Jeremy Renner et Elisabeth Olsen, et de trois… puisqu’ils ont déjà tourné ensemble dans Avengers : L’ère d’Ultron et Captain America : Civil War… ce qui va les amener à se retrouver à nouveau dans les futurs Avengers : Infinity War en 2018 et 2019.  

La critique du film par Robin Fender ici

Alors on regarde quoi ce soir slide

Mask

Réalisé par:  Peter Bogdanovich

Avec : Cher, Eric Stoltz, Sam Elliot, Laura Dern

Durée : 2h

Date de sortie : Le 17 janvier 2018 chez Elephant Films

Synopsis : Rocky n’est pas un garçon comme les autres. Il souffre d’une maladie dégénérative incurable, entraînant une déformation du visage. Il vit seul avec sa mère, qui l’aime et le protège, mais qui doit elle aussi faire face à ses propres démons : elle plonge dans des aventures sans lendemain, et dans la toxicomanie… De son côté, même s’il se fait accepter à l’école, Rocky se seul et triste : sa difformité creuse un fossé social, qui l’empêche de mener une existence comme les autres jeunes de son âge…

Critique réputé, puis réalisateur à succès au début des années 70, Peter Bogdanovich renoue avec le public en 1985 avec Mask. Le film raconte l’histoire vraie de Rocky Dennis, un adolescent atteint d’une maladie génétique rare qui déforme le visage. Entre une mère infantile et toxicomane, un gang de motards protecteurs, ses relations avec ses camarades de classes et ses premières amours compliquées, par petites touches, avec sincérité, Peter Bogdanovich dépeint le quotidien d’un adolescent courageux et émouvant, en évitant de tomber dans le pathos ou les clichés. Grâce à l’interprétation toute en finesse d’Eric Stolz et de Cher, prix d’interprétation féminine à Cannes, le film gagne en profondeur et en émotion. L’occasion également (Merci Éléphant films) de découvrir la version director’s cut voulue par le réalisateur dans une très belle édition blu-ray.

Le saviez-vous ? Eric Stoltz, qui joue Rocky, aurait dû jouer Marty McFly dans Retour vers le futur. Mais après 5 semaines de tournage, la mayonnaise ne prend pas, et Robert Zemeckis décide de le remplacer par Michael J. Fox, initialement prévu pour le rôle mais retenu sur le tournage de la série Sacrée Famille.

Alors on regarde quoi ce soir slide

Le redoutable

Réalisé par: Michel Hazanavicius

Avec : Louis Garrel, Stacy Martin, Bérénice Bejo

Durée : 1h47

Date de sortie : Le 30 janvier 2018 chez StudioCanal

le redoutable br cliff and co

Synopsis : Paris 1967. Jean-Luc Godard, le cinéaste le plus en vue de sa génération, tourne La Chinoise avec la femme qu’il aime, Anne Wiazemsky, de 20 ans sa cadette. Ils sont heureux, amoureux, séduisants, ils se marient. Mais la réception du film à sa sortie enclenche chez Jean-Luc une remise en question profonde. Mai 68 va amplifier le processus, et la crise que traverse Jean-Luc va le transformer profondément passant de cinéaste star en artiste maoiste hors système aussi incompris qu’incompréhensible.

Quel film, mais surtout, quel acteur… Louis Garrel est fabuleux en Jean-Luc Godard dans l’hommage pop et irrésistible au réalisateur Suisse par Michel Hazanavicius. Beaucoup de tendresse, d’humour, mais également d’ironie dans Le Redoutable, faux biopic inspiré de l’œuvre d’Anne Wiazemsky, insolent et populaire, mis en scène avec intelligence et inventivité, et porté par Louis Garrel, mais également par la charmante et pétillante Stacy Martin. Moderne, subversif et emballant, Le Redoutable est une belle réussite, injustement reparti bredouille de Cannes et échec au box office, il mérite d’être découvert en dvd ou en blu-ray.

Le saviez-vous ? Quelques mois avant son décès, Anne Wiazemsky, l’ex-épouse de Jean-Luc Godard interprété dans le film par Stacy Martin a vu Le Redoutable, (qui est adapté de son livre Un an après). Et pour elle Michel Hazanavicius a parfaitement compris la crise que Jean-Luc Godard traversait à l’époque…

La critique du film par Robin Fender ici

Alors on regarde quoi ce soir slide

Ça

Réalisé par: Andy Muschietti

Avec : Bill Skarsgard, Jaeden Lieberher, Finn Wolfhard

Durée : 2h15

Date de sortie : Le 24 janvier 2018 chez Warner

Synopsis : À Derry, dans le Maine, sept gamins ayant du mal à s’intégrer se sont regroupés au sein du « Club des Ratés ». Rejetés par leurs camarades, ils sont les cibles favorites des gros durs de l’école. Ils ont aussi en commun d’avoir éprouvé leur plus grande terreur face à un terrible prédateur métamorphe qu’ils appellent « Ça »…

Andy Muschietti est le réalisateur du très beau et terrifiant Mama sorti en 2003. Le réalisateur argentin se voit confier le projet après le départ de Cary Fukunaga (True Detective). Lourde tâche que d’adapter l’un des romans les plus célèbres de Stephen King, dont la version télévisée de 1990 avec Tim Curry a marqué toute une génération. Le résultat est une excellente surprise. Visuellement splendide… cette adaptation solide et nettement plus effrayante mais également plus fidèle à l’œuvre que le téléfilm est une belle réussite. Située dans les années 80, avec sa petite touche Spielbergienne très à la mode, le film de Andy Muschietti nous offre entre nostalgie et ambiance malsaine, un film effrayant, mais également drôle et diablement divertissant, certes calibré pour le grand public mais avec beaucoup d’intelligence. La perte de l’innocence et le passage à l’âge adulte raconté par Stephen King a perdu ici un peu de sa perversité, mais même édulcoré d’une partie de son discours sexuel, le Ça version 2017 nous embarque dans un grand huit cauchemardesque et jouissif.

Le saviez-vous ? Bill Skarsgard, qui interprète Pennywise est le fils de Stellan Skarsgard, l’un des acteurs phare du cinéma Suédois, mais également américain (Mamma Mia !, Will Hunting, Thor, Breaking the Waves, Millenium, Pirates des Caraïbes…), mais c’est aussi le frère d’Alexander Skarsgard, révélé par True Blood et sacré dans Big Little Lies, et de Gustaf Skarsgard, qui interprète Floki dans la série Vikings.  

La critique du film par Patrice Steibel ici

Alors on regarde quoi ce soir slide

Barry Seal : American Traffic

Réalisé par : Doug Liman

Avec : Tom Cruise, Sarah Wright, Domhnall Gleeson

Durée : 1h55

Date de sortie : Le 16 janvier 2018 chez Universal Pictures Video

barry seal br

Synopsis : L’histoire vraie de Barry Seal, un pilote arnaqueur recruté de manière inattendue par la CIA afin de mener à bien l’une des plus grosses opérations secrètes de l’histoire des Etats-Unis.

Réalisateur du formidable La Mémoire dans la peau, du thriller The Wall ou du très efficace Edge of Tomorrow, Doug Liman retrouve Tom Cruise pour Barry Seal, film d’aventure réjouissant, inventif et rythmé, avec un acteur en mode antihéros attachant, extravagant et séduisant, dans l’une de ses meilleures interprétations depuis fort longtemps. Parce que si le film est très bien, Tom Cruise est formidable et charismatique dans le rôle de Barry Seal, pilote rock’n roll, audacieux, et insolent mais également opportuniste et sans scrupules dont Doug Liman nous offre un portrait tragi-comique et ironique. On suit avec jubilation les péripéties et les pérégrinations insolentes d’un voyou magnifique, porté par Tom Cruise qui écrase littéralement le reste du casting, malgré les nombreuses approximations historiques.

Le saviez-vous ? Ron Howard, le réalisateur de Cocoon, Willow, Apollo 13 et prochainement Solo : A Star Wars Story fut un temps attaché au projet avant d’en céder la réalisation à Doug Liman.

La critique du film par Patrice Steibel ici

Alors on regarde quoi ce soir slide

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s