ENTRETIENS

Mention Particulière – Entretien avec Hélène de Fougerolles et Maïra Schmitt : « On a fait un projet ensemble… »

Crédit Photo : Fred Teper

Lundi 6 novembre 2017. TF1 diffuse le téléfilm Mention Particulière réalisé par Christophe Campos et écrit par Nathalie Hugon, Vincent Robert, Nicolas Mercier, Claire Lemaréchal avec Marie Dal Zotto, Hélène de Fougerolles, Bruno Salomone et Maïra Schmitt. Découvert lors du 19ème Festival de la Rochelle, Mention Particulière est une immense réussite qui ne tombe jamais dans le pathos qui semblait lui tendre les bras. Porté par une distribution étincelante au premier rang de laquelle explose Marie Dal Zotto (justement récompensée du Prix du Meilleur Espoir Féminin Adami à La Rochelle), Mention Particulière est à l’arrivée, une surprise totale. Drôle et émouvant, débordant d’humanité, d’une justesse infinie tant dans la gestion des émotions que dans l’interprétation, Mention Particulière ne tombe jamais dans les travers de la télé-réalité ou des manipulations tire-larmes. D’une sincérité totale, porté par une réalisation efficace, une BO enlevée et des dialogues percutants, Mention Particulière est surtout doté d’une distribution étincelante. Hélène De Fougerolles et Bruno Salomone sont magnifiques en parents touchants et débordés, Maïra Schmitt dont c’est le premier rôle est d’un naturel, d’un charme et d’un abattage impressionnants et Marie Dal Zotto emporte tout sur son passage transportée par sa force comique et dramatique qui lui permettent d’être un joyau de comédienne. Entre rires et larmes, Mention Particulière navigue subtilement sur le fil ténu de l’émotion pour former un véritable ouragan dans le cœur des téléspectateurs. Au Festival de la Rochelle, en septembre dernier nous avons pu discuter avec Hélène de Fougerolles et Maïra Schmitt de cette expérience professionnelle unique qui est aussi une inoubliable expérience de vie. Confidences.

Les retours étaient positifs à La Rochelle ?

Maïra Schmitt: Beaucoup de personnes nous ont dit que c’était juste, sincère, beau, vrai et tout le monde disait que c’était des scènes de vie et qu’en même temps on comprenait ce que le personnage de Laura endurait.

Il y a quelque chose de très authentique et qui fait que tout s’imbrique de manière harmonieuse…

Hélène de Fougerolles : C’est une espèce de combo gagnant. C’est l’une des rares fois où je lis un scénario qui me bouleverse complètement que je trouve magnifique et souvent le film est moins bien et là c’est la première fois que c’est mieux… Marie c’est un cadeau du ciel, c’est un soleil. Maïra tu es d’une beauté et tu fais ton personnage avec une justesse et une sincérité telle que… La mayonnaise a bien pris.

Maïra Schmitt: A part les documentaires sur les trisomiques je n’ai rien vu d’autre. Tout ce que j’avais pu regarder avant me faisait dire que c’était horrible d’être trisomique, que ça doit être lourd à porter, pour les personnes autour aussi et en fait dès qu’on a travaillé avec Marie, dès le premier jour où on a fait les lectures, on s’est dit que non en fait il n’y a rien de choquant ou de différent, tout roulait bien.

Crédit Photo: Fred Teper

Qu’est-ce qui vous a convaincu d’accepter le projet ?

Hélène de Fougerolles : Moi c’était juste un cadeau. Quand mon agent m’a parlé du sujet en me disant que ça parlait d’un enfant trisomique… je me suis dit « wouah c’est anxiogène ». Franchement moi si on me dit « y’a un film formidable sur la trisomie sur TF1 » je ne regarde pas. Là c’est pas du tout ça, c’est un film sur la différence, parce qu’on l’est tous. C’est plus ça, mais fait avec humour et je pense que tous les comédiens sur ce film, on est des gens solaires. On disait que des blagues épouvantables avec les filles, Bruno (Salomone NDLR) est comme ça aussi… On a besoin de s’amuser, de rire, même si on arrive à faire des choses profondes parce que dans le film il y a des moments qui sont aussi très émouvants et juste après on se marre et c’est ce qu’on voulait faire en fait. Si on peut faire évoluer un peu les consciences, faire comprendre aux gens que la différence c’est pas juste un truc qu’on a envie de mettre de côté parce qu’on ne connait pas et qu’on n’a pas envie de connaitre… Au contraire, ça peut ouvrir tellement de perspectives de voir enfin des gens différents et d’essayer de les comprendre et d’en faire partie. J’espère que ce film va faire bouger beaucoup de gens.

Crédit Photo: Fred Teper

Maïra, comment vous décririez votre personnage ?

Maïra Schmitt : C’est vraiment LA sister. Dans le film et dans la vraie vie Marie m’a aidé. On s’est vraiment aidés toutes les deux en se donnant mutuellement des conseils et du coup et je trouve que dans le film ça se ressent parce qu’on a  une vraie complicité alors qu’on ne se connaissait pas du tout avant. Des fois elle racontait des choses en dehors du texte et en fait ça coulait, c’était naturel, c’était vrai.

Vous aviez fait quoi avant? Maïra Schmitt: Ba rien, c’est mon premier film. Là c’est ma deuxième année de théâtre. J’ai toujours adoré le fait de jouer.

Vous fonctionnez un peu tous en binôme? Il y a les 2 sœurs, les parents, chaque parent avec l’une des deux sœurs… Il y a eu une complicité totale entre vous tous tout de suite?

Maïra Schmitt: Moi je sais que le premier jour à la lecture j’étais un peu stressée quand même et j’ai vu Bruno, Hélène, Marie et on s’est tous donnés confiance mutuellement. Hélène de Fougerolles: Je crois qu’il n’y a pas beaucoup d’ego dans cette équipe. Il n’y en a pas un qui veut ressortir du lot, on était tous à se tenir la main… On a fait un projet ensemble…

Ce qui est fort notamment ce sont les dialogues… Vous avez été gâtées…

Hélène de Fougerolles: Cette base déjà était extraordinaire. J’ai lu ce scénario et je me suis dit « Non mais quel cadeau, évidemment que je veux faire ce film… C’est un cadeau de la vie… Et de voir que c’est encore mieux parce que ça c’est vraiment rare… C’est une question de subtilité, ce metteur en scène est impressionnant. C’est quelqu’un de très très doux qui a toujours eu la délicatesse et la patience…

Est-ce qu’il y a eu des scènes plus difficiles que d’autres à tourner? Notamment celle où elle fait face à ses parents…

Hélène de Fougerolles: Cette scène était très difficile et Marie la jouait, mais ça se ressentait qu’elle la jouait et du coup il manquait un tout petit peu de sincérité donc on a triché un peu pour le bien du film avec son accord… La scène où je suis face au proviseur dans son bureau, je n’arrivais pas à l’incarner. Je suis allé voir la maman de Marie et je lui ai demandé si je pouvais l’utiliser pour m’aider à me mettre en condition. Elle a accepté et ça m’a aidé à trouver l’émotion immédiatement… Au niveau du texte vous avez respecté le script ou vous avez fait un peu d’improvisation ?

Maïra Schmitt : Je pense que ça dépend de l’émotion de la scène. Dans les scènes de la vie de tous les jours on respectait le texte, mais dans les scènes un peu plus touchantes, ça pouvait arriver que l’on parte en impro, c’était vraiment l’émotion que l’on avait sur le plateau à ce moment là.

Hélène de Fougerolles: Quand elle dit à sa sœur « Je serai toujours là pour toi » c’était écrit?…

Maïra Schmitt : Non. Quand elle me l’a dit, j’étais réellement émue, je lui disais « arrête s’il te plaît » (Rires)…

Hélène de Fougerolles: C’était vraiment génial de le vivre, de le faire. Elle nous a élevés Marie, nous tous… C’était quelque chose d’humain avant d’être seulement du travail.

Merci à Emilie Budzynski et Stéphane Dubois qui ont permis à cette interview de se faire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s