Critiques

THE TICK (Critique Saison 1 Épisodes 1×01-1×06) Un humour ultra-ironique et rétro…

SYNOPSIS: Le Tique est un super-héros habillé de bleu qui fait équipe avec Arthur, un super-héros déguisé en mite, mais que tout le monde prend pour un lapin ! Ils aident la veuve, l’orphelin et les opprimés.

Avec la prolifération de superhéros sur tous les écrans du monde, ça n’était vraiment qu’une question de temps avant que Ben Edlund, proche collaborateur de Joss Whedon (il a fait ses armes de scénaristes sur Titan A.E en 2000 et de producteur avec Firefly), ne parvienne à monter (à nouveau) l’adaptation télévisée de The Tick, la bande dessinée satirique créée alors qu’il était encore au lycée. Parce qu’il ne s’agit pas là de la première incarnation télévisée de la petite bête bleue : elle avait eu droit à une série d’animation sur FOX en 1994, un jeu vidéo et deux séries « live » : l’une produite en 2001 par Columbia-Tristar avec Patrick Warburton dans le rôle principal, l’autre étant le sujet de cet article. Achetée par Amazon, la série se voit soumise à un drôle d’emploi du temps puisque l’épisode pilote fût mis en ligne l’année dernière, les épisodes un à six, le 25 août de cette année, et les six derniers sortiront début 2018. Bref, c’est un peu compliqué question organisation tout ça, ce qui risque de décourager les adeptes du binge-watching qui choisiront sans doute d’attendre jusqu’à ce que tous les épisodes soient disponibles histoire de les regarder tous en un après-midi. Mais sachez que malgré ses galères de programmation, The Tick est une petite perle d’humour déjanté et rafraîchissant qui vous rappellera pourquoi on aime tant les superhéros et leurs rêves de grandeur.

La Tique (Peter Serafinowicz) est un superhéros grandiloquent vêtu de bleu, fermement décidé à défendre les veuves et orphelins de « La Cité » (Manhattan, où comme on le sait, les veuves et orphelins abondent). Cependant, tout superhéros qui se respecte se doit d’avoir un compagnon de moindre importance qui fera rire les spectateurs avec sa couardise et son bon sens populaire façon serviteur de Molière. La Tique jette son dévolu sur Arthur Everest (Griffin Newman), grand amateur de la théorie du complot qui tente depuis des années de prouver l’existence de « La Terreur » (Jackie Earle Haley), un super-méchant qui tirerait les ficelles du crime depuis sa cachette inaccessible. Seul petit problème pour notre bestiole bleue, Arthur se remet d’un séjour dans un hôpital psychiatrique et n’a pas du tout l’intention de se laisser aller à croire les fadaises que lui raconte le bonhomme portant un costume à antennes, d’autant qu’il a promis à sa sœur Dot (Valorie Curry) de bien se tenir. Mais les bonnes résolutions d’Arthur vont se heurter à l’insistance de la Tique, pas vraiment douée pour écouter les arguments du jeune homme, et à l’arrivée de de Miss Lint (Yara Martinez), dont les superpouvoirs ont la fâcheuse tendance de laisser des cicatrices.

The Tick n’est pas une série pour les puristes : elle se gausse gentiment de l’univers des super-héros, des super-héros eux-mêmes, et au travers du personnage d’Arthur, de l’archétype du créateur de super-héros, le geek a lunettes peu sûr de lui et ignoré de tous. On ne va pas vous mentir en vous disant que c’est le genre de série qui plaira à tout le monde, et il faut un certain goût du second (troisième, quatrième et cinquième) degré pour apprécier l’humour ultra-ironique et quelque peu rétro de la série. Peter Serafinowicz livre une performance sans aucune nuance mais qui déborde de conviction tandis que Griffin Newman étincelle dans la peau de l’homme lambda confronté à des situations qui le dépassent. Pour ce qui est du script, on ne peut pas vraiment parler de surprise et de péripéties haletantes puisqu’il repose sur une recette vieille comme le monde : super-gentil et son fragile associé sauvent le monde du super-méchant. Le charme de la série cependant, vient du fait qu’elle a parfaitement conscience de son manque d’originalité et se fait un plaisir de s’en moquer. Les épisodes de trente minutes s’avalent comme des bonbons à la menthe, et même si l’intrigue et ses personnages ne vous passionnent pas, ils vous laisseront avec une agréable impression de déjà-vu. Un très bon moyen de se remettre dans l’esprit « rentrée » juste avant le retour de The Flash, Gotham, Agents of SHIELD et autres super-héros qui se prennent, eux, très, très au sérieux.

Crédits: Amazon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s