Avance Rapide

AVANCE RAPIDE Ciné, fais-moi peur ! #1 Le Grand Bleu

En plein zapping mémoriel Marc Spectra fait des retours en arrière sur des films ou des séries avant de décider s’il appuie sur Avance Rapide… Aujourd’hui Le Grand Bleu…

11 mai 1988, la France retient son souffle. Le nouveau film de Luc Besson inonde les salles de France tout en s’amarrant simultanément au Festival de Cannes.

Mais qu’est-ce qu’on a bien pu trouver à ce film qui ne fait pas marrer ? Je me souviens des reportages télé qui présentaient la déferlante Grand Bleu dans lesquels de bancs d’adolescentes dégoulinantes en mal d’amour hurlaient comme des sirènes au milieu de leur hystérie collective qu’elles l’avaient vu plus de 37 fois… Le titre était pourtant trompeur, mais non, elles n’avaient pas confondu avec les aventures d’un Schtroumpf géant. Je me suis dit qu’elles pensaient toutes que le film parlait d’acné et non d’apnée, mais non, non plus.

Bordel, Le Grand Bleu, quoi. Deux heures à mater un mec qui nage. Et en plus, vous savez quoi, c’est dingue : quand il va sous l’eau, il retient sa respiration ! Ouais ouais. Alors il rencontre un autre mec, un copain de vingt ans, mais ils se détestent car l’autre fait la même chose que lui :

 » – Ah, salut ! Tu fais quoi dans la vie ?
– Ben, je vais dans l’eau parce que j’habite pas loin de la mer et quand j’y vais dedans, ben je respire pas.
– Arrête de mentir, c’est moi qui fais ça d’abord !

– N’importe quoi, regarde je vais le faire là, mais par contre je ne pourrais plus te parler car je serai sous l’eau et je respire plus. Et d’ailleurs j’ai un dauphin. »

En France, on a été baignés par la musique d’Eric Serra. En France, hein. Trois millions de copies vendues dans la monde dont deux chez nous. Les Américains, eux, ils ont vu le truc arriver et ils ont appelé Bill Conti, histoire d’éviter le naufrage. J’imagine le pauvre Bill avec la copie du film – si ça se trouve il ne sait même pas nager – et on lui demande de composer une fanfare comme pour Stallone. Vas-y Bill, refais-nous un Rocky Baltuba !

9,2 millions de spectateurs français ! Vous ne me ferez pas croire qu’on a autant de maîtres-nageurs. Des morues, certes, des thons, des baleines, mais quand même. Il y a même eu une version longue par la suite pour celles et ceux qui n’étaient pas devenus tout à fait bleus à force de ne plus s’oxygéner. Pour le coup les annonceurs ne s’étaient pas noyés dans les explications, sur l’affiche on pouvait lire : « N’y allez pas, ça dure plus de trois heures !« 

1988-2018. L’année prochaine on va fêter les TRENTE ans du film. Sincèrement, je crains le pire. Vous le sentez le retour du Grand Bleu avec une palme noire ? Par Neptune, je vois déjà arriver Adjani du fond de la piscine, l’homme de l’Atlantide et Michel Creton qui reprend pour l’occasion le rôle de Bourseault dans Les Bronzés qu’on croyait mort piqué par une raie !

Allez, je vous fais le pitch : trente ans plus tard, le mec qui a fini au fond de l’abysse n’est pas mort. Comme il n’avait pas besoin de respirer et qu’il a pété le record de son bouffon de faux ami d’enfance, il en a profité pour visiter tout l’océan et se faire des potes. Mais quand même, il se dit que trente ans c’est long et qu’en plus il mérite une récompense pour avoir autant pas respiré depuis trente ans, alors il remonte à la surface pour réclamer son prix.

Si je peux me permettre, il avait eu du nez Christophe Lambert à l’époque, de refuser le rôle, prétextant une otite lors d’une plongée test. En tout cas pour moi, c’est clair comme de l’eau bleue, je fais avance rapide !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s