Critiques Cinéma

UNE VIE ENTRE DEUX OCEANS (Critique)

2,5 STARS MOYEN

une-vie-entre-deux-oceans-affiche-cliff-and-co

SYNOPSIS: Quelques années après la Première Guerre mondiale en Australie. Tom Sherbourne, ancien combattant encore traumatisé par le conflit, vit en reclus avec sa femme Isabel, sur la petite île inhabitée de Janus Rock dont il est le gardien du phare. Mais leur bonheur se ternit peu à peu : Isabel ne peut avoir d’enfant… Un jour, un canot s’échoue sur le rivage avec à son bord le cadavre d’un homme et un bébé bien vivant. Est-ce la promesse pour Tom et Isabel de fonder enfin une famille ? 

Avec Blue Valentine (2005) puis The Place Beyond the Pines (2012), Derek Cianfrance s’est imposé comme un des cinéastes américains les plus passionnants par l’attention portée à ses personnages et sa capacité à saisir l’intime tout en ne refusant pas le romanesque (ses détracteurs diront le mélo). Cianfrance est un cinéaste de l’intime, travaillant au plus près de ses acteurs desquels il exige une « vérité » qui l’a poussé sur Blue Valentine à demander à Michelle Williams (qui qualifia le tournage de douloureux et toxique) et Ryan Gosling de vivre ensemble plusieurs semaines dans la maison de leurs personnages. En adaptant le best-seller de Margot Stedman qui est un pur mélodrame dans un cadre et une époque bien lointains son univers habituel, Cianfrance devait réussir le pari de ne pas perdre son acuité, de ne pas se retrouver noyer par les conventions du mélodrame. Une vie entre deux océans est malheureusement un film dont on voit en permanence les intentions sans en ressentir les effets, qui montre l’émotion plutôt qu’il ne la provoque. Une scène est particulièrement révélatrice du problème qui le handicape. Hors champ, on entend d’abord l’échange entre deux personnages, puis la caméra s’approche d’une fenêtre dont un 3ème personnage tire le rideau pour enfin nous dévoiler cette scène clé que l’on aurait tant aimé vivre « de l’intérieur », d’autant qu’elle est absolument cruciale dans le récit. Alors que Derek Cianfrance avait pour habitude de placer sa caméra au plus près de ses acteurs, pour capter l’émotion d’une scène, ici il met sans cesse le spectateur dans la position d’observer derrière une vitre qui étouffe l’émotion et tait l’essentiel. On ne retrouve pas le rapport extrêmement intime que Cianfrance parvenait à créer dans Blue Valentine. A plusieurs moments clés plutôt que de saisir l’émotion et les sentiments qui passent entre les personnages, il se tient toujours un pas en retrait plus observateur attentif que partie prenant de la scène. L’attention portée au cadre, à ce très beau livre dont il nous tourne les pages, place un filtre permanent entre le spectateur et le récit.

une-vie-entre-deux-oceans-1-cliff-and-co

En élargissant son scope Derek Cianfrance a perdu son mojo. Il a déclaré dans plusieurs interviews avoir voulu faire du Cassavetes dans un cadre à la David Lean mais, de notre point de vue, il en est à mille lieues. Son film manque de chair, de ce rapport à l’intimité des personnages et à leur psychée, qu’il avait dans ses précédents films et qui aurait pu apporter de la modernité à ce mélodrame. Si dès le début du film, on est saisi par la beauté des cadres, la façon dont la camera de Cianfrance sublime ces paysages, on perçoit aussi que quelque chose ne fonctionne pas en terme d’implication du spectateur dans cette relation, trop évidente, trop parfaite entre Isabel (Alicia Vikander) et Tom (Michael Fassbender). Si c’était là le matériau brut tel que provenant du roman et qu’il n’était évidemment pas question de le « trahir », la façon dont Derek Cianfrance le travaille est néanmoins décevante. Sa mise en scène qui sublime les paysages, se révèle d’un classicisme assez frustrant, pour ne pas dire plus, car après tout, il épouse là les conventions d’un genre. Il n’en reste pas moins que durant ce premier acte, il tourne les pages de son récit à défaut d’en faire ressortir une émotion. Alicia Vikander est toujours aussi solaire et sensible, on souhaiterait que la caméra s’attarde plus sur elle, comme elle semble vouloir le faire parfois. La musique d’Alexandre Desplat se charge d’alourdir le dispositif, ajoutant un épais vernis de sucre sur cette glace derrière laquelle, nous tentons de percevoir une émotion. Comme la mise en scène de Cianfrance, la musique surligne plutôt qu’elle ne provoque l’émotion. On peut notamment citer l’interminable séquence des échanges de correspondance entre Isabel et Tom qui ainsi mise en scène et illustrée, en devient embarrassante, sauf à n’avoir aucune exigence envers l’auteur de Blue Valentine.

une-vie-entre-deux-oceans-2-cliff-and-co

Entrant dans le cœur du récit, il faut accepter les conventions du genre et les coïncidences opportunes qui le font avancer. Ce n’est donc, là aussi, pas le matériau qui est problématique, sauf à être allergique aux mélodrames, mais son utilisation. Qu’un metteur en scène qui a en plus auparavant démontré son goût pour faire entrer en collision les moments les plus douloureux et les plus joyeux de la vie de ses personnages, ait trouvé un intérêt à cette histoire est compréhensible. Qu’il ne parvienne pas à s’en emparer et paraisse avoir mis des gants blancs qu’il se refuse à abîmer l’est beaucoup moins. Certaines scènes paraissent interminables quand d’autres, qui pourraient créer une réelle émotion, entrer au cœur du dilemme moral du récit, paraissent être survolées, trop courtes. Quand elles ne le sont pas, c’est un ralenti tristement illustratif qui rend factice l’émotion qui commençait à poindre. On se console autant qu’on enrage de frustration, avec l’irréprochable interprétation de Michael Fassbender, Alicia Vikander puis Rachel Weisz. L’intérêt pour le récit déclinant, le regard s’attarde sur la belle photographie d’Adam Arkapaw qui sublime les cadres parfaits que compose Derek Cianfrance. C’est à la fois beaucoup mais bien peu quand la frustration l’emporte sur tout autre sentiment. Une vie entre deux océans manque trop de chair et d’émotion, de prises de risque pour dépasser le stade d’un exercice de style maîtrisé mais sans âme.

une-vie-entre-deux-oceans-affiche-cliff-and-co

Titre Original: THE LIGHT BETWEEN OCEANS

Réalisé par: Derek Cianfrance

Casting : Michael Fassbender, Alicia Vikander, Rachel Weisz,

Bryan Brown, Jack Thompson, Emily Barclay …

Genre: Drame, Romance

Sortie le: 05 octobre 2016

Distribué par: Metropolitan FilmExport

2,5 STARS MOYENMOYEN

Publicités

3 réponses »

  1. Je vais le voir demain.
    J’avais beaucoup aimé Blue Valentine et The Place beyond the pines encore plus.
    Wait and ses 😉

  2. Je vais le voir demain.
    J’avais beaucoup aimé Blue Valentine et The Place beyond the pines encore plus.
    Wait and see 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s