Au commencement...

Au commencement… (Séries) Damien 1X01

damien AU COMMENCEMENT

4-stars-excellent

SYNOPSIS: Photographe-reporter, Damien Thorn a tout oublié de son passé satanique. Jusqu’au jour de ses 30 ans où, au cours d’une dangereuse mission en Syrie, un incident fait remonter à la surface des souvenirs longtemps enfouis. Et avec eux viennent les questions. D’abord dans le déni, Damien va devoir faire face. La Bête s’apprête à ressusciter. Va-t-il embrasser sa destinée et devenir l’Antéchrist ?

Damien est une série créée par Glenn Mazzara et lancée sur la chaîne A&E le 7 mars 2016. Ce network diffuse déjà depuis trois ans la série Bates Motel, prequel de la saga horrifique Psychose. Avec Damien, A&E propose cette fois-ci une sequel du film The Omen (La malédiction) de Richard Donner (1976), qui voyait le personnage de Damien évoluer à l’âge de 5 ans auprès de ses parents adoptifs. Ce film avait connu deux suites cinématographiques : Damien : Omen II (Damien : La malédiction 2) de Don Taylor en 1978 et Omen III : The final conflict (La malédiction finale) de Graham Baker en 1981. Un quatrième volet a vu le jour sous forme de téléfilm : Omen IV : the awakening (La malédiction IV : l’éveil) de Dominique Othenin-Girard en 1991. A noter qu’un remake du film original a vu le jour en 2006 : The omen (666 : la malédiction) de John Moore. On retrouve au casting Bradley James (iZombie, Arthur dans Merlin) dans le rôle de Damien âgé de 30 ans, Megalyn Echikunwoke (Following, Vixen dans Arrow, 90210), Barbara Hershey (Insidious, La dernière tentation du Christ) et Omid Abtahi (Argo, Brothers, Hunger games la révolte partie 2).

Il n’était pas aisé d’imaginer une suite à La malédiction, un classique du film d’épouvante, en se consacrant principalement au personnage de Damien, ce que ne faisait pas le film original, qui ne laissait apparaître l’enfant que le temps de quelques scènes. On pardonnera le décalage temporel apparaissant dès les premières scènes puisqu’on découvre Damien le jour de son 30ème anniversaire en 2016, alors que le film de Richard Donner, sorti en 1976, présentait la naissance de l’enfant. Damien aurait donc du être logiquement âgé de 40 ans en 2016 et non de 30 ans. Cette théorie ne vaut évidemment que si l’on se base sur le fait que l’action du film se déroule bien entre 1976 (l’année de sa sortie) et 1981, année du cinquième anniversaire de Damien et sur le fait que l’action de la série se déroule bien en 2016, ce que laisse supposer le contexte géopolitique. L’âge de Damien étant important pour le point de départ de l’histoire de la série, il faudra d’emblée oublier ce décalage. Le personnage principal apparaît d’emblée comme charismatique et est campé par un acteur plutôt bon. Son background est forcément très riche et laisse la place à une exploration vraiment intéressante. C’est sans doute aussi le terreau idéal pour une série.

On peut toutefois craindre la multiplication des flashes-backs autour de l’enfance du héros, comme c’est le cas dans ce pilote. Une autre théorie permettrait de penser que cette méthode de narration n’est que l’occasion pour cet épisode clé de faire le lien avec le film et ainsi de bien nous situer dans la mythologie originale. Le rythme de ces quarante deux premières minutes est très bon, alternant judicieusement entre exposition et action, laissant même la place à quelques scènes trépidantes et à un twist bienvenu. Le suspens est présent, l’entourage de Damien plutôt bien pensé et le spectateur peut facilement entrer dans l’histoire. On peut même imaginer que les quelques explications données dès le départ permettent à un public n’ayant pas vu le film de saisir les différents éléments de l’intrigue.

Les enjeux posés dans ce pilote sont assez forts, comme le laissait espérer initialement le sujet traité et promettent une évolution du personnage passionnante. Quel que soit l’avis que l’on puisse se faire après ce pilote, on ne pourra nier que les scénaristes disposent d’un terrain de jeu extrêmement vaste, surtout si l’on songe que les autres œuvres ayant traité ce thème n’ont finalement fait que l’effleurer (Rosemary’s baby, L’associé du diable, ou même L’exorciste pour n’en citer que trois). Ce pilote de Damien est donc prometteur, au vu de ses enjeux, même si son traitement n’est pas parfait. Au rayon des défauts, on notera la personnalité un peu trop positive de Damien, qui semble pour le moment bien trop gentil et très loin d’un esprit démoniaque, qui le caractérisait pourtant par le passé. On peut légitimement s’interroger sur son évolution jusqu’à l’âge adulte. D’un autre côté, les changements cruciaux inévitables pourraient nous offrir de beaux moments télévisuels. Damien est au final une série prometteuse au vu de son pilote et dont l’histoire pourrait s’avérer passionnante si elle est bien traitée.

Crédits: A&E

 

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s