Tip/Top

Le bilan et le Top 20 ciné 2015 de Robin

Et voilà, l’année 2015 se termine déjà, place au traditionnel top cinéma, mais d’abord quelques statistiques : stabilité de ma présence dans les salles cette année avec 250 films au compteur en 2015 et presque 300 films au total en ajoutant les rattrapages à l’occasion des sorties DVD/BR et direct-to-VOD. Une année chargée en émotions, en spectacles et grosses machines, mais aussi en coups de cœur indé, découverts en festival ou ailleurs.

De l’impératrice Furiosa (Mad Max Fury Road) aux 5 sœurs resplendissantes de Mustang, en passant par l’intrépide Rey (Star Wars – Le Réveil de la Force), l’espionne douée Ilsa Faust (Mission : Impossible – Rogue Nation), Jupiter Jones (Jupiter Ascending), l’ado tourmentée Jay (It Follows), l’improbable tandem Joie/Tristesse (Vice-Versa), l’épouse solide de la famille de touristes suédois de Snow Therapy, Victoria, l’héroïne de Crimson Peak, Viola (Suburra), ou bien encore la jeune Casey Newton du Tomorrowland imaginé par Brad Bird, l’année 2015 aura indéniablement été celle des personnages féminins passionnants et complexes, tant dans leur caractérisation (traits de personnalité/croyances/apparences/vulnérabilité) qu’à travers leurs actions. A une époque où la question de la représentation demeure cruciale, au point que certaines actrices sont encore hélas obligées de dénoncer les arcanes du système Hollywoodien (industrie réputée misogyne et vénale) dans la presse, ce constat fait plaisir et est en soi le signe d’un progrès.

L’autre grand thème de 2015 aura été la liberté d’expression. En miroir des tristes événements récents (Charlie Hebdo, mais pas que), le septième art a observé notre monde avec acuité, en renforçant sa force symbolique et la puissance des messages délivrés.

Comme toujours, cette liste est bâtie avant tout sur des éléments subjectifs (mon niveau d’attente avant la sortie, le plaisir pris dans la salle, les émotions ressenties, les réflexions après la séance).

1) Mad Max Fury Road
2) Vice Versa
3) Tokyo Tribe
4) Love & Peace
5) Beyond Clueless
6) Tomorrowland – A la poursuite de demain
7) Mission : Impossible – Rogue Nation
8) Birdman
9) It Follows
10) Star Wars – Le Réveil de la Force
11) Snow Therapy
12) Le Pont des Espions
13) i
14) Mustang
15) Victoria
16) Sicario
17) What We Do In The Shadows
18) Suburra
19) Jupiter Ascending
20) Crimson Peak
21) Kingsman : Service Secret
22) Dope
23) Love
24) The Lobster
25) Microbe et Gasoil
26) Turbo Kid
27) Knight of Cups
28) Inherent Vice
29) Le Fils de Saul
30) The Duke of Burgundy

1  MAD MAX FURY ROAD

Le plus célèbre des anti-héros, Max Rockatansky, est de retour dans une 4ème aventure cinéma.

En mémoire : difficile de ne retenir qu’une seule chose de ce Mad Max Fury Road tant il déborde de tous les côtés. Si je ne dois garder qu’une seule chose en mémoire, ce serait certainement le frisson ressenti au moment de la salve d’applaudissements du public du Grand Théâtre Lumière de Cannes, après l’extinction de la flamme clôturant l’incroyable scène de course-poursuite du début dans la tempête de sable.

Cerise sur la gâteau : le guitariste aveugle, surnommé « Doof Warrior » sur la toile, personnage iconoclaste et véritable phénomène à lui tout seul.

2 VICE-VERSA

Au Quartier Général, le centre de contrôle situé dans la tête de la petite Riley, 11 ans, cinq émotions sont au travail : Joie, Tristesse, Peur, Colère, Dégoût.

En mémoire : le pitch malin, l’univers féérique qui va avec, la galerie de personnages secondaires croustillants, l’humour savoureux, le roller-coaster émotionnel, la magie de Pixar retrouvée.

Cerise sur le gâteau : Meilleure bande-originale de l’année, made in Michael Giacchino.

3 TOKYO TRIBE

TOKYO TRIBE TOP PIWI

Sono Sion, cinéaste japonais porte-drapeau d’un cinéma libre, radical et fondamentalement punk, livre une œuvre musicale électrique et tonitruante, qui nous secoue dans tous les sens tel une balle de flipper.

En mémoire : l’ouverture, grandiose et parfaitement à l’image de la suite, lance les festivités avec virtuosité ; une présentation des clans qui règnent sur l’unité de lieu (un Tokyo futuriste ravagé par la guerre des gangs) le temps d’un long plan-séquence épique, aux mouvements incessants et à la photographie vive.

Cerise sur le gâteau : la serveuse accro au beat-box.

4 LOVE & PEACE

LOVE & PEACE SION SONO TOP PIWI

Sono Sion, le doublé. Parmi les 5 long-métrages tournés par le trublion japonais en 2015, il y avait le merveilleux Love & Peace, conte familial absolument renversant et frappadingue, quelque part entre Babe 2 de George Miller (film préféré de Sono Sion) et le Batman Returns de Tim Burton.

En mémoire : « Love & Peace ! I won’t ever forget you », le refrain de la chanson du film qui reste longtemps en tête après la séance.

Cerise sur le gâteau : la galerie de personnages truculents présents dans les égoûts. Il y en a pour tous les goûts.

5 BEYOND CLUELESS

Beyond-Clueless-Movie-Wallpaper

Anthologie complète sur le genre du teen-movie, sous la forme d’une longue compilation d’extraits de films de la période 1995-2005, épluchés par l’actrice Fairuza Balk (créditée ici narratrice).

En mémoire : ce docu prouve, si l’on en doutait encore, que les teen-movies sont d’une grande variété et d’une richesse inouïe, aussi bien sur le plan thématique (passage de l’enfance à l’âge adulte, premiers émois et découverte de la sexualité, expérience des sens, conflits internes entre satisfaction et refoulement des pulsions, recherche de limites, transgressions, usage de drogues) que des sous-textes (peur de la mort, angoisses archaïques d’abandon, conquête de l’individualité, refus de grandir et terreur de la puberté, crainte de la société biberonnée à l’ultra violence et aux informations en flux continu).

Cerise sur le gâteau : les différents montages avec celui des scènes de piscine et celui sur « l’explosion de la violence ».

6 A LA POURSUITE DE DEMAIN

Un conte initiatique mordant et subversif, orchestré par le maître Brad Bird sous la tutelle Disney.

En mémoire : la découverte du Tomorrowland du titre par la jeune Casey, le temps d’un plan-séquence magistral confinant l’adolescente (et le spectateur) à un état d’émerveillement qui rappelle les heures de gloire de la maison de production de Steven Spielberg, Amblin Entertainment.

Cerise sur le gâteau : la scène dans la boutique de goodies « Blast From the Past » qui résume à elle seule le propos du film, articulé autour de la nécessaire projection (toujours plus) en avant de chaque être (ne pas se contenter des images fixes du passé).

7 MISSION: IMPOSSIBLE – ROGUE NATION

5ème opus ciné du célèbre espion de l’IMF Ethan Hunt, mis en boîte cette fois par l’excellent Christopher McQuarrie. Un bon film d’action à l’ancienne, plastiquement propre et à l’efficacité redoutable.

En mémoire : la spectaculaire cascade du début, dévoilée dans le trailer, montrant un Ethan Hunt/Tom Cruise accroché à mains nues à la porte d’un Boeing en plein décollage !!!

Cerise sur le gâteau : le propos intelligent et nuancé sur la condition d’espion de nos jours.

8  BIRDMAN

BIRDMAN TOP PIWI

L’histoire de Riggan Thomson, has been connu pour avoir jadis incarné un célèbre super-héros, qui monte une pièce à Broadway autour de son propre personnage dans l’espoir de renouer avec sa gloire passée. Dans le rôle principal, Michael Keaton, ex-interprète déchu du super-héros Batman. Belle mise en abîme.

En mémoire : la photographie hallucinante d’Emmanuel Lubeszki, qui renforce la force du propos sur la dichotomie personnage/acteur, dedans/dehors, cinéma/théâtre, rêve/réalité …

Cerise sur le gâteau : les envolées oniriques, qui apportent toute l’ambiguïté nécessaire au récit.

9 IT FOLLOWS

it-follows-it-follows-04-02-2015-4-g

Film d’horreur stylisé, référencé et efficace, qui fonctionne essentiellement à l’aide de ressorts horrifiques archaïques. Facile, mais bien vu.

En mémoire : les longs plans fixes qui obligent le spectateur à scruter le détail susceptible de le faire frissonner.

Cerise sur le gâteau : révélation de la sublime Maïka Monroe

10  STAR WARS ÉPISODE VII – LE REVEIL DE LA FORCE

Retour de la saga culte initiée par George Lucas, 10 ans et demi après la déconvenue de la prélogie.

En mémoire : le frisson ressenti dès l’apparition du logo LucasFilms, sur fond de thème musical archi connu de John Williams. Authentique Jedi de la pop-culture, J.J. Abrams, le binoclard geek le plus célèbre de la planète, a su reproduire la formule astucieuse de son reboot Star Trek en ‘faisant du neuf avec du vieux’.

Cerise sur le gâteau : la scène finale dont on taira le contenu pour éviter de diminuer l’extase.

11  SNOW THERAPY

En vacances dans les Alpes, une famille suédoise est confrontée à une avalanche. Face au drame, le père réagit avec lâcheté et se retrouve hanté par son geste.

En mémoire : la fameuse scène de l’avalanche (événement finalement assez anodin) conclue par un état de sidération provoqué chez le spectateur (face au spectacle malaisant auquel il vient d’assister).

Cerise sur le gâteau : le décor géométrique de l’hôtel de la station de ski, qui devient vite un personnage à part entière.

12  LE PONT DES ESPIONS

Réponse optimiste et énergique au ténébreux Munich par le patron : le grand, l’immense Steven Spielberg.

En mémoire : le message magnifique et humaniste du film : dignité, raison et réflexion plus fortes que l’impulsion idéologique.

Cerise sur le gâteau : Tom Hanks rappelle, en un plan, en un regard, qu’il est le plus grand acteur de sa génération.

13  I

Un blockbuster fou et inédit venu d’Inde, que l’on pourrait qualifier de rencontre explosive, improbable et ubuesque entre Le Bossu de Notre-Dame, la romance de La Belle et la Bête et le mode opératoire de la mariée dans Kill Bill.

En mémoire : la scène avec le loup-garou qui danse parmi les anges vaut son pesant de cacahuètes.

Cerise sur le gâteau : le fight Tsui Harkien sous forme de chevauchée vertigineuse de BMX sur des toits de maisons chinoises.

14  MUSTANG

mustang photo

Dans un village reculé de Turquie, Lale et ses quatre sœurs rentrent de l’école en jouant avec des garçons et déclenchent un scandale aux conséquences inattendues.

En mémoire : la scène où les indomptables héroïnes, prisonnières d’une société oppressante avec les femmes, échappent à leur quotidien pour se rendre au stade de foot et assister au match de leur équipe favorite.

Cerise sur le gâteau : la vivacité de ton, l’exaltation du désir de vivre, la grâce inouïe, l’humour salvateur, la réalisation énergique de Deniz Gamze Ergüven, la fibre socio-politique et les cinq actrices (pétillantes, fougueuses et pleines de vie) font de ce Mustang mon coup de cœur de l’année.

15  VICTORIA

VICTORIA TOP PIWI

Thriller allemand stupéfiant, au suspense haletant et parfaitement maîtrisé.

En mémoire : la prouesse technique (difficile d’en dire plus sans spoiler)

Cerise sur le gâteau : Laia Costa, comédienne magnifique, nuancée dans sa palette et pleine de grâce.

16 SICARIO

Thriller immersif, malin et maîtrisé au sein des cartels à la frontière USA/Mexique.

En mémoire : le morceau de bravoure au milieu – une scène de guerre complètement ahurissante, conjuguant l’infiltration d’un cartel puis l’exfiltration d’un baron de la drogue, filmée en temps réel de manière sèche et brutale, avec une musique de Johan Johannsson composée au rythme des battements de cœur.

Cerise sur le gâteau : Benicio Del Toro, excellent dans la peau d’un personnage froid et ambigu, ni vraiment bon, ni vraiment mauvais.

17  WHAT WE DO IN THE SHADOWS

what-we-do-shadows

Ma comédie préférée de l’année, un mockumentaire vampirique issu de Nouvelle-Zélande et sorti direct-to-VOD dans nos contrées sous le titre Vampires en toute intimité.

En mémoire : la scène de l’affrontement avec la meute de loups-garous rencontrés au détour d’une ballade nocturne.

Cerise sur le gâteau : éclat de rire général lors de la présentation du film au festival de Gerardmer.

18 SUBURRA

Imaginez Romanzo Criminale réalisé par Nicolas Winding Refn avec M83 en guise de BO.

En mémoire : la scène du plan à trois montée en parallèle de trafics mafieux sur fond de M83. Esthétique renversante, charme vénéneux, ambition folle.

Cerise sur le gâteau : révélation de Greta Scarano, la « Viola » du film.

19 JUPITER : LE DESTIN DE L’UNIVERS

jupiter-le-destin-de-l-univers-jupiter-ascending-04-02-2015-53-g

Grand film de plus dans le CV des Wachowski, un space opera démentiel et ambitieux, tant sur le plan du récit (une relecture subversive des contes) qu’au niveau visuel.

En mémoire : la course-poursuite épique et vertigineuse entre le ciel et la terre de Chicago.

Cerise sur le gâteau : la partition magnifique de Michael Giacchino (Comittment vaut sacrément le détour).

20 CRIMSON PEAK

crimson peak ph2

Romance gothique touchante, gracieuse et référencée, portée par une photographie somptueuse, une mise en scène éclatante, et un récit subversif.

En mémoire : les fantômes, symboles d’amours interdits ; les vivants, authentiques monstres.

Cerise sur le gâteau : la fusion des genres (conte, romance, fantastique), qui marche impeccablement.

Les coups de cœur et feel-good movies de l’année nécessaires au bien-être : The Voices, Shaun le mouton, Broadway Therapy, Big Hero 6 (Les Nouveaux Héros)

Films ne figurant pas dans le top (plus de place), mais pour lesquels j’ai de l’estime : Foxcatcher, A Girl Walks Home Alone At Night, La Bataille de la montagne du tigre, The Virgin Psychics, Souvenirs de Marnie, Summer, Comme un avion, Big Eyes, Magic Mike XXL, La Isla Minima, The Walk, The Visit, Black Sea, Citizenfour, The Big Short, et Cooties.

Ne peuvent être jugés car hélas non visionnés à temps : Loin de la foule déchaînée, Sea Fog, Fatima, Le bouton de nacre, Dear White People, Queen and Country, Queen of Earth, Goodnight Mommy, Honeymoon, The Look of Silence, Cosmos, L’hermine, Jamie Marks is dead, Cemetary of Splendour, Les 1000 et 1 nuits, Love & Mercy, Much Loved, Suffragettes, La Chambre interdite, Kill Your Friends, Manglehorn, The Humbling, Hôtel Transylvanie 2.

Projecteurs sur le cinéma français : Hormis les 3 films du top 30 (Mustang, Love, Microbe et Gasoil), je salue également Comme un avion, Un français, Mon Roi, Dheepan, Les Cowboys, Nous 3 ou rien, Nos Futurs, La Tête Haute, Le Tournoi, Valley of Love, Marguerite et Trois souvenirs de ma jeunesse.

Ma série préférée de l’année : incontestablement Sense 8

Mes docu préférés de l’année : Hitchcock/Truffaut, Beyond Clueless, Citizenfour, Death of Superman Lives : What Happened

Flops de l’année (purges ET/OU déceptions)

Babysitting 2, The Smell of Us, Pourquoi j’ai pas mangé mon père, On voulait tout casser, Taken 3, Charlie mortdecaï, Ouija, 50 Nuances de Grey, Nos Femmes, Pyramide, Jurassic World, Terminator Genysis, Les 4 fantastiques, Avengers : L’ère d’Ultron, Pixels, Aloha, Lazarus Effect, Captives, Into The Woods, L’art de la fugue, Poltergeist (2015), La dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil, Vive les vacances, Antigang, Marguerite et Julien, The Man from U.N.C.L.E – Agents très spéciaux, Le Voyage d’Arlo, En route, Regression, Spectre, Belles familles, Invincible, Une merveilleuse histoire du temps, American Sniper, Wild, Caprice, La Promesse d’une vie, Enfant 44, Everything Will Be Fine, Les Nouveaux Sauvages, Vincent n’a pas d’écailles, Le Petit Prince, La Résistance de L’air, Entourage, La Rage au Ventre, While we’re young, Ted 2, American Ultra, Hitman : Agent 47, The Program, Enragés, Le Labyrinthe : la terre brûlée, Prémonitions, Renaissance, Stricly Criminal, This is not a love story, Au cœur de l’océan…

Publicités

3 réponses »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s