Critiques Cinéma

TERMINATOR (Critique)

4 STARS EXCELLENT

terrminator affiche

SYNOPSIS: A Los Angeles en 1984, un Terminator, cyborg surgi du futur, a pour mission d’exécuter Sarah Connor, une jeune femme dont l’enfant à naître doit sauver l’humanité. Kyle Reese, un résistant humain, débarque lui aussi pour combattre le robot, et aider la jeune femme…

En 1984 James Cameron sort son deuxième long métrage, un film qui parle de robots tueurs, de voyage dans le temps et de prédestination : Terminator. Alors que personne ne s’attendait à un succès, le film s’impose en tête du box-office Américain, et marque les débuts de l’une des sagas de cinéma les plus lucratives. Aujourd’hui un grand classique, le Terminator original est souvent oublié, la faute au succès phénoménal (mérité) de son illustre suite, Terminator 2 : le Jugement Dernier. Si Terminator 2 reste effectivement le chef d’œuvre de la saga, il serait très injuste de ne pas rendre ses lauriers à un film de série B ultra-maitrisé, très original et qui posera les solides bases d’une course poursuite dans le temps entre des machines, une mère et son fils qui s’étalera sur (jusqu’à aujourd’hui), pas moins de cinq films.  Si Terminator est devenu un classique de la science-fiction, reprenant d’ailleurs de nombreux codes du genre (paradoxe temporel, la lutte entre l’Homme et la Machine, la notion d’élu, etc.), le film flirte également souvent avec l’horreur. James Cameron est le réalisateur de Piranhas 2, il a travaillé pour Roger Corman, il a donc l’habitude des effets sanglants. Mais l’horreur n’est pas que visuelle, elle est surtout psychologique, tant le sentiment d’étouffement, la quasi impossibilité pour Sarah Connor et Kyle Reese de pouvoir échapper à une machine infernale, surpuissante et (quasi) indestructible balaye le film. Cette impression est accentuée par le fait que tout semble déjà joué d’avance, l’avènement des machines étant lui aussi inévitable, l’histoire écrite d’avance, même lorsque l’on pense maitriser son destin. Terminator est l’épisode le plus sombre de la saga.

terminator 1

Le scénario, particulièrement malin, est également très efficace, ne s’encombrant jamais de scènes superflues (le budget, limité à 6,5 millions de dollars, ce qui est peu vu les impératifs visuels du film), et allant droit au but. Le suspense, surtout, est soigné : ainsi, on ne découvre qu’au bout de presque 45 minutes de film qui, du personnage de Michael Biehn ou d’Arnold Schwarzenegger est le good guy, et surtout que le bad guy est une machine ! Pour faire vivre son histoire, James Cameron saura s’entourer d’un casting particulièrement malin : Michael Biehn et Lance Henriksen, deux acteurs fétiches du réalisateur, que l’on retrouvera dans plusieurs de ses films, sont évidemment là, et Linda Hamilton fait des débuts remarqués en Sarah Connor vulnérable mais qui saura, déjà, sortir les crocs. Et, évidemment, Arnold Schwarzenegger, qui étrenne le personnage le plus emblématique de sa riche carrière, fait beaucoup, de par son physique et sa voix mécanique, pour rendre le T-800 particulièrement angoissant. Avant Aliens, Le Retour, Abyss ou Avatar, James Cameron fait valoir également son expérience dans les effets spéciaux. Travaillant de concert avec Stan Winston, futur pape des effets visuels, connu en 1984 principalement pour sont remarquable travail sur The Thing, de John Carpenter, le réalisateur marque les esprits. Terminator aurait été bien moins efficace si le squelette métallique du T-800 n’avait pas été aussi crédible. Heureusement, le futur roi du box-office aura fait un presque sans faute dans la limite des modestes moyens qui auront été mis à sa disposition pour ce film. Rapportant plus de 10 fois son budget original, Terminator lancera la carrière du réalisateur, confirmera Schwarzenegger comme la future méga star des années 90, et, surtout, posera les bases pour la révolution que constituera sa suite en 1991.

terrminator affiche

Titre Original: THE TERMINATOR

Réalisé par: James Cameron

Casting: Arnold Schwarzenegger, Linda Hamilton, Michael Biehn,

Lance Henriksen, Paul Winfield, Bess Motta…

Genre: Science fiction, Thriller

Sortie le: 24 avril 1985

Distribué par: –

4 STARS EXCELLENTEXCELLENT

Publicités

1 réponse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s