Critiques Cinéma

GOOD KILL (Critique)

3 STARS BIEN

good kill affiche

SYNOPSIS: Le Commandant Tommy Egan, pilote de chasse reconverti en pilote de drone, combat douze heures par jour les Talibans derrière sa télécommande, depuis sa base, à Las Vegas. De retour chez lui, il passe l’autre moitié de la journée à se quereller avec sa femme, Molly et ses enfants. Tommy remet cependant sa mission en question. Ne serait-il pas en train de générer davantage de terroristes qu’il n’en extermine ? L’histoire d’un soldat, une épopée lourde de conséquences.

Ça fait longtemps qu’Andrew Niccol parle de faux semblants et de virtualité de The Truman Show à S1mOne en passant par Bienvenue à Gattaca. Et la guerre était un des thèmes majeurs de Lord of War. Il était donc logique qu’un jour ces deux thématiques se rencontrent dans la carrière du cinéaste. A travers ces pilotes de drones, qui font une guerre à distance et rentrent chez eux le soir pour faire un barbecue avec leurs voisins, Andrew Niccol aborde la guerre d’une manière inédite. Loin des héros spielbergiens du soldat Ryan, il montre des militaires éloignés de tous dangers mais également, on peut dire logiquement même, éloignés de toute implication, faisant de la guerre rien de plus qu’un « jeu vidéo ». Comme un miroir à Gattaca, où Vincent se construisait par ses actes, allant au-delà de sa génétique, l’identité même d’Egan est mise en doute, c’est comme cela qu’il le ressent, dans le fait de ne plus «faire la guerre» sans se mettre en danger. A travers le personnage d’Ethan Hawke, un habitué du cinéaste, Niccol choisit de raconter l’histoire d’un homme qui regrette une guerre ou le soldat s’implique plus que la machine. Plongé dans l’incertitude, Egan en vient à douter de lui-même et amène à faire se questionner habilement le spectateur qui en vient presque à se dire qu’Egan serait mieux sur le champ de bataille. Tout en se disant paradoxalement qu’il est terrible de souhaiter à un homme de se mettre en danger.  Durant le film, la vision de cette «nouvelle » guerre est mise en images sans fard et sans déguisement héroïque. Des images vidéos filmées par les drones, de très haut, sans aucun son. Pas un seul moment la guerre ne sera montrée avec les codes habituels du cinéma traitant ce sujet. Et cela participe évidemment au sentiment d’absurdité et de vacuité vécus par le héros de cette histoire.

good kill 1

Héros qui n’en ait pas vraiment un comme l’explique Andrew Niccol de passage à Paris. C’est un soldat uniquement. Un soldat perdu dans cette guerre moins chère, ou les «pilotes» de drones sont plus des techniciens qu’autre chose, sans culture militaire, et de ce fait complètement désensibilisés et ne ressentant pas la portée de leurs actes. Le réalisateur souhaite avec son film, ouvrir le débat et faire se poser des questions sur une réalité actuelle. Lui qui s’est souvent servi du futur proche pour nous montrer nos travers, ici il s’ancre dans un présent et dans une réalité qui est même dépassée par la fiction. Le réalisateur raconte en effet qu’il n’a eu aucune aide de l’armée américaine pour son film, ce qui est un signe positif pour lui sur les questions soulevés par son histoire. Film difficile à monter, car Niccol souhaite garder sa voix au milieu du business et cela n’est pas toujours évident. Une fois plus, comme avec Lord of War, le cinéaste nous livre un film où il est parfois difficile de s’identifier positivement à son personnage principal mais qui nous questionne. Ce manque d’identification peut tenir un peu à distance parfois mais il fait sens avec le propos du film. Porté par un Ethan Hawke tout en mutisme et en froideur, le personnage prend de l’épaisseur à travers ceux qui l’entourent, entre sa femme ou ses collègues, tous bien campés parfois à la limite du stéréotype mais cruellement réalistes. Même si ce manque d’émotion crée parfois un sentiment de longueur, on en ressort interpellé. Comme beaucoup des films de Niccol, Good Kill accompagne le spectateur bien après la séance dans une réflexion sur la société et sur lui-même et ça, peu de cinéastes modernes peuvent s’en vanter.

good kill affiche

Titre Original: GOOD KILL

Réalisé par: Andrew Niccol

Casting: Ethan Hawke, Bruce Greenwood, Zoë Kravitz,

January Jones, Jake Abel, Ryan Montano…

Genre: Thriller

Sortie le: 22 avril 2015

Distribué par: La Belle Company

3 STARS BIENBIEN

 

Publicités

1 réponse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s