Critiques Cinéma

CAKE (Critique)

3 STARS BIEN

cake affiche

SYNOPSIS: Claire Bennett (Jennifer Aniston) va mal. Il n’y a qu’à voir ses cicatrices et ses grimaces de douleur dès qu’elle fait un geste pour comprendre qu’elle souffre physiquement. Elle ne parvient guère mieux à dissimuler son mal-être affectif. Cassante et parfois même insultante, Claire cède à l’agressivité et à la colère avec tous ceux qui l’approchent. Son mari et ses amis ont pris leurs distances avec elle, et même son groupe de soutien l’a rejetée. Profondément seule, Claire ne peut plus compter que sur la présence de sa femme de ménage Silvana (Adriana Barraza, citée à l’Oscar), qui supporte difficilement de voir sa patronne accro à l’alcool et aux tranquillisants. Mais le suicide de Nina (Anna Kendrick, également citée à l’Oscar), qui faisait partie de son groupe de soutien, déclenche chez Claire une nouvelle fixation. Tout en s’intéressant à la disparition de cette femme qu’elle connaissait à peine, Claire en vient à s’interroger sur la frontière ténue entre vie et mort, abandon et souffrance, danger et salut. Tandis qu’elle se rapproche du mari de Nina (Sam Worthington) et de leur fils, Claire trouvera peut-être un peu de réconfort…

Le cinéma indépendant américain permet souvent de respirer au milieu des machineries hollywoodiennes. Il permet également pour des acteurs d’aborder des thématiques et des rôles différents de leur registre habituel. C’est probablement ce qui a attiré Jennifer Aniston dans ce film ou elle peut allègrement jouer un personnage qui ne repose pas sur le glamour ou sur la séduction de la comédienne. Campant un personnage profondément meurtri tant physiquement que moralement, elle joue sur un registre très différent de son habitude. Et de manière plutôt efficace, son personnage portant de bout en bout le film. Peut être trop. Car du coup les personnages secondaires, bien que bien interprétés également, restent esquissés. Dommage car le parcours de Claire aurait peut être gagné en réalité et en profondeur à travers une meilleure description de l’impact de ce parcours autour d’elle. A ce jeu là, seule Nina s’en sort un peu. On se retrouve donc avec un enchainement de scènes sur la souffrance de Claire et ses questionnements mais le tout manque de liant et d’une vraie construction narrative forte. Ce fait d’ailleurs appuyé par un personnage arrivant en toute fin d’histoire qui va donner son nom au film mais dont l’intérêt nous aura complètement échappé. Et cela arrive plusieurs fois, avec des scènes faisant apparaitre un personnage, comme son mari, pas assez présent pour comprendre ou amener un enjeu suffisant, le cinéaste passant plus de temps à dire et redire la souffrance de Claire face à sa situation.

cake 1

Alors bien sûr l’émotion est là mais dans une histoire de deuil d’enfant c’est la moindre des choses. Et Jennifer Aniston a beau faire tout son possible et être même plutôt juste tout au long du film, entre les cicatrices, les douleurs physiques et le deuil, c’est peut être beaucoup pour un seul personnage et on ne plonge jamais complètement avec elle. La mise en images joue le contraste de l’état du personnage avec la lumière claire et chaude du soleil californien ou de sa nuit si particulière où le noir ne semble pas exister dans les lumières artificielles de la ville. Même si des tentatives d’images un peu oniriques et un travail sur le son jouant aussi parfois avec les perceptions, tout ça reste très sage et très descriptif pour accompagner le spectateur dans une émotion plus profonde. Et on revient finalement aux soucis lié à certains films indépendants américains vu de notre côté de l’Atlantique. Car ce cinéma-là est presque habituel chez nous, ce cinéma d’auteur qui raconte des histoires humaines et universelles. Si les américains seront surpris de voir une star comme Jennifer Aniston dans un tel film, cela ne choque pas le public européen. Pas plus que ce choix d’histoire difficile et sans fioritures. Le film ne surprend pas sur le trajet du personnage, pas plus que sur son traitement visuel. Sans la présence de l’actrice principale, il serait passé probablement inaperçu. Finalement un film qui réunit de bons acteurs, une réalisation efficace à défaut d’être innovante mais qui peine à amener de l’émotion ou un axe particulier pour raconter le deuil. Juste mais sans relief.

cake affiche

Titre Original: CAKE

Réalisé par: Daniel Barnz

Casting: Jennifer Aniston, Sam Worthington, Anna Kendrick

Adriana Barraza, Felicity Huffman, William H Macy…

Genre: Drame

Sortie le: 8 avril 2015

Distribué par: Warner Bros. France

3 STARS BIENBIEN

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s