Critiques Cinéma

LES BOXTROLLS (Critique)

les boxtrolls affiche

SYNOPSIS: Les Boxtrolls est une fable qui se déroule à Cheesebridge, une ville huppée de l’époque victorienne, dont la principale préoccupation est le luxe, la distinction et la crème des fromages les plus puants. Sous le charme de ses rues pavées, se cachent les Boxtrolls, d’horribles monstres qui rampent hors des égouts la nuit pour dérober ce que les habitants ont de plus cher : leurs enfants et leurs fromages. C’est du moins la légende à laquelle les gens de Cheesebridge ont toujours cru. En réalité les Boxtrolls sont une communauté souterraine d’adorables et attachantes créatures excentriques qui portent des cartons recyclés comme les tortues leurs carapaces. Les Boxtrolls ont élevé depuis le berceau un petit humain orphelin OEuf, comme l’un  des leurs, explorateur de décharge et collectionneur de détritus mécaniques. Ils deviennent soudainement la cible d’un infâme dératiseur Archibald Trappenard qui voit dans sa disposition à éradiquer les trolls son ticket d’entrée au sein de la bonne société de Cheesebridge. La bande de bricoleurs au grand coeur doit alors se tourner vers celui dont ils ont adopté la responsabilité, ainsi qu’une jeune fi lle de la haute qui n’a pas froid aux yeux, Winnie afin de concilier leurs deux mondes, au gré des vents du changement… et du fromage…

Dans le monde de l’animation, au milieu des Disney, Pixar, Dreamworks et autres Illumination Mac Guff, le studio Laïka reste d’une relative discrétion. Après Coraline et L’Étrange Pouvoir de Norman, leurs deux sublimes premiers films, Les Boxtrolls n’est que le troisième long métrage issu de ce studio spécialisé dans la technique de l’animation en stop-motion. Si les prouesses techniques, la qualité de l’animation et le soin apporté aux détails restent toujours aussi bluffants, Les Boxtrolls, personnages bizarroïdes qui vivent et se déplacent dans des cartons recyclés, est assez décevant. Là où L’Étrange Pouvoir de Norman par exemple, poussait à fond le processus d’identification et séduisait par un humour percutant au milieu de références réjouissantes, la magie semble ici s’être évanouie. Certes la reconstitution de l’époque victorienne est un régal pour les yeux, mais sous le couvert d’une fable le film manque sa cible, dès lors qu’il voudrait être drôle. La faute aussi à de multiples personnages dont les motivations restent peu attractives. Là où les Minions de Moi Moche et Méchant, parviennent à coup d’onomatopées ou de délire à être hilarants, Les Boxtrolls nous laissent quelque peu perplexe.

LES BOXTROLLS 1

Dans un univers qu’affectionnerait sans doute un Tim Burton, le spectateur a un mal fou à s’attacher au destin de ces deux enfants qui se rapprochent inexorablement et plus encore à ces créatures plutôt laides et qui nous font donc rarement sourire. Dès lors le film navigue un peu à vue et nous laisse totalement passif devant un récit sans imagination. Adapté du livre du dessinateur et auteur anglais Alan Snow, Les Boxtrolls est co-réalisé par Anthony Stacchi  (déjà aux manettes sur L’Étrange Pouvoir de Norman) et Graham Annable. On l’a dit la technique séduit toujours autant et les compétences des deux hommes (l’un étant story-border et l’autre animateur) se complètent parfaitement. Mais le rythme et des longueurs assez notables n’aident pas à s’intéresser à un récit se situant à mi chemin entre du Dickens et univers fantasmé à la Roald Dahl en passant par une relecture de L’Enfant sauvage. La noirceur du film et son sous texte sur la lutte des classes et l’accession au pouvoir via la richesse suprême (ici le fromage) font que le sujet aura un mal fou à toucher un public jeune. Si le studio Laïka n’a pas pour habitude de brosser les enfants dans le sens du poil, ni de les prendre pour des imbéciles, une histoire aussi sombre interpelle sur la dimension commerciale du film qui est loin d’être anodine lorsque l’on sait qu’après le semi-échec de L’Étrange Pouvoir de Norman, le studio était au bord de la faillite. Ils auront sans doute du mal à se refaire la cerise avec ce film qui avait pourtant tout pour lui, mais en mettant l’accent sur les personnages humains au détriment des Boxtrolls , dont le potentiel aurait sans doute mérité d’être plus exploité, le studio s’est privé de la facilité, ce qui peut être porté à leur crédit du reste. Reste un joli regard sur la relation père et enfant et quelques éléments touchants mais en se concentrant sur l’affairisme des humains et leur tentation de pouvoir, Les Boxtrolls aura du mal à être un vrai carton.

les boxtrolls affiche

Titre Original: THE BOXTROLLS

Réalisé par: ANTHONY STACCHI ET GRAHAM ANNABLE

Casting: Isaac Hempstead-Wright, Elle Fanning, Ben Kingsley,

Simon Pegg, Nick Frost, Jared Harris, Toni Colette …

Genre: Aventure, Famille, Animation, Fantastique

Sortie le: 15 Octobre 2014

Distribué par: Universal Pictures International France

2,5 STARS MOYENMOYEN

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s