Critiques Cinéma

EQUALIZER (Critique)

2 STARS PAS GENIAL

equalisez afficheSYNOPSIS: Pour McCall, la page était tournée. Il pensait en avoir fini avec son mystérieux passé. Mais lorsqu’il fait la connaissance de Teri, une jeune fille victime de gangsters russes violents, il lui est impossible de ne pas réagir. Sa soif de justice se réveille et il sort de sa retraite pour lui venir en aide. McCall n’a pas oublié ses talents d’autrefois…
Désormais, si quelqu’un a un problème, si une victime se retrouve devant des obstacles insurmontables sans personne vers qui se tourner, McCall est là. Il est l’Equalizer…

The Equalizer, d’Antoine Fuqua, adapté d’une série télé qui dura 4 saisons entre 1985 et 1989 et dont le rôle principal était tenu par Edward Woodward, met en vedette le toujours fringant Denzel Whasington, (bientôt 60 ans au compteur), Chloe Grace Moretz (18 ans dans quelques mois) et David Harbour, notamment.  Le réalisateur de Training Day (2002), qui n’a jamais réussi à livrer aussi bon film depuis, semble même s’être reconverti à la grosse série B (Shooter tireur d’élite, La chute de la maison blanche). Denzel Whasington, désormais orphelin de son complice Tony Scott, retrouve tout de même un rôle à sa mesure dans un film porté sur l’action. L’acteur incarne ici un vigilante des temps modernes, n’hésitant pas à mettre sa vie en danger pour voler au secours de la veuve et de l’orphelin. Si le casting et le genre pouvaient laisser espérer un spectacle de qualité et un film efficace, il n’en sera pourtant rien. Écrit par Richard Wenk, scénariste des films Le flingueur ou encore Expendables 2, The Equalizer souffre avant-tout d’une histoire peu attrayante et qui manque cruellement de souffle. Au premier rang des faiblesses de ce scénario : des personnages caricaturaux à souhait (le bon samaritain altruiste, la mafia russe, les policiers corrompus) et un déséquilibre flagrant entre le charisme du héros Robert Mc Call et l’intérêt des personnages gravitant autour de lui.

equalizer 1Si ce dernier semble entouré d’une aura de mystère durant le premier quart du film, la première scène d’action les dissipera puisqu’il deviendra difficile de croire que notre homme ait pu acquérir de solides compétences d’assassin en ayant fait carrière en tant que danseur ou vendeur dans un Bricorama. Le scénario pâtit d’autre part de grosses baisses de rythme, comblant difficilement le vide entre deux scènes d’action. A force de trop vouloir caractériser le côté boy-scout du héros, Fuqua et ses scénaristes enfoncent le clou beaucoup trop profondément et multiplient les scènes visant le même objectif. Comme pour La chute de la maison blanche, Antoine Fuqua reproduit un style visuel moyennement agréable pour l’œil et son film subit les assauts d’un montage approximatif et parfois même quelque peu maladroit. Résultat des courses : on s’ennuie parfois ferme devant un spectacle minimaliste, au rythme mal géré et aux soubresauts insuffisants pour affoler la pupille plus de quelques minutes d’affilée. D’invraisemblances en choix douteux du héros, l’intrigue progresse péniblement et le spectateur devra faire un effort pour trouver un intérêt à cette histoire cousue de fil blanc, de bout en bout.

equalizer 2Robert Mc Call n’hésite pas à laisser des cadavres et des preuves derrière lui à chacune de ses actions de vigilante, tandis qu’Antoine Fuqua n’hésite pas à utiliser de grosses ficelles. Même le climax, trop long et trop prévisible, est mal géré par Fuqua, pourtant capable de mettre en scène la tension et l’action de manière efficace. The Equalizer n’est donc rien de plus qu’une grosse série B prévisible et très classique dans sa forme, tout juste sauvée de l’ennui par le charisme de Denzel Washington, qui parvient à susciter l’empathie minimum pour qu’on continue à suivre les aventures de notre implacable justicier solitaire. Sans être foncièrement mauvaise, la qualité du film est en-dessous de la moyenne et surtout bien en deçà de ce qu’on peut attendre de ce réalisateur. A noter la présence éphémère de la talentueuse Chloe Grace Moretz à l’écran, presque réduite à un caméo, même si elle constitue le déclencheur de l’histoire. Le mystère plane donc toujours autour d’Antoine Fuqua, qui semble se contenter de films paresseux et avoir abandonné sa réelle ambition artistique.

equalisez afficheTitre Original: THE EQUALIZER

Réalisé par: ANTOINE FUQUA

Casting: Denzel Washington, Chloe Grace Moretz, Marton Csokas,

Melissa Leo, Bill Pullman, E.Roger Mitchell …

Genre: Thriller, Policier, Action

Sortie le: 1er Octobre 2014

Distribué par: Sony Pictures Releasing France

2 STARS PAS GENIALPAS GÉNIAL

 

 

Publicités

1 réponse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s