Critiques Cinéma

LOCKE (Critique)

2,5 STARS MOYEN

LOCKE AFFICHE

Le tweet de sortie de projo:

tweet locke

SYNOPSIS: Ivan Locke a tout pour être heureux : une famille unie, un job de rêve… Mais la veille de ce qui devrait être le couronnement de sa carrière, un coup de téléphone fait tout basculer…

Certains projets se montent parfois en dépit du bon sens car quel financier sain d’esprit serait prêt à mettre de l’argent sur un pitch pareil: Un homme seul sur une autoroute britannique à bord de sa voiture, passe des coups de téléphone une heure trente durant, afin de régler de gros problèmes personnels et professionnels. Et pourtant, Locke existe! Comme avant lui Buried ou Phone Game, c’est sur un postulat de départ improbable et qui pourrait s’écrouler à la moindre fausse note, que le film, bon gré, mal gré, parvient à bon port. Mais même avec des qualités évidentes, une ambiance qui s’installe au fur et à mesure et une tendance à tout miser sur un Tom Hardy ultra charismatique, il est également dépourvu d’enjeux dramatiques intenses ce qui ne permet pas d’être captivé suffisamment pour en faire une totale réussite. LOCKE 1

Le point fort du film, et il ne pouvait en être autrement pour que l’expérience fonctionne peu ou prou, c’est la caractérisation du personnage. Très bien écrit, bénéficiant d’un background suffisamment étayé pour permettre la mise en perspective d’un drame personnel aux multiples résonances, Locke est un homme dont la vie prend l’eau mais qui a suffisamment pesé le pour et le contre en amont pour ne plus déroger à ses choix. Cherchant à contrôler au maximum sa sortie de route, il tente de ménager chacun autant qu’il puisse, bien que ses actes aient des répercussions sur chacune des personnes avec qui il communique. L’exercice de style mis en scène par Steven Knight, est assez fascinant malgré les limites de rebondissements uniquement psychologiques et peut être un brin trop terre à terre pour faire s’emballer nos cœurs.

LOCKE 2

Du coup, et paradoxalement, le film pâtit d’un manque d’émotions alors que l’univers de cet homme s’écroule et qu’il a renoncé à ses rêves de quiétude par sens du devoir. Même les séquences où Locke est perclus par le souvenir de son père dont la présence malfaisante résonne comme une âme fantomatique, restent dépourvues de sensibilité, le personnage restant prisonnier d’une rage contenue mêlée d’une indicible tristesse. La mélancolie et la lassitude pour compagnons de route, Locke avance vers son destin avec la certitude d’avoir fait le meilleur choix possible. L’enjeu de laisser Tom Hardy seul dans le cadre pendant tout le film était de taille, et si finalement les limites du film ne se trouvent pas là, il n’est pas simple d’éprouver de l’empathie pour les autres personnages dont on entend uniquement les voix par téléphone.

LOCKE 3

Aidé par une photographie et un jeu de lumière du plus bel effet, Steven Knight, contraint aussi par l’espace, use d’une mise en scène sobre, qui ne cherche jamais les effets de manche. L’ambiance du film est parfaitement respectée tout le long du trajet, portée aussi par une musique superbe, mais là où le bât blesse, c’est que l’on finit par s’ennuyer devant cette obstination à poursuivre sa route, même si c’est la vie qui a choisi pour Locke. Si l’on excepte l’énorme placement de produit BMW, c’est Tom Hardy, on l’a dit, qui phagocyte l’écran par l’intermédiaire de sa présence magnétique et animale. Sans lui, Locke ne serait qu’un petit film de fin d’études, intéressant certes, mais dénué des rebondissements nécessaires pour passer le cap de ce qui sépare le film de divertissement de l’expérience réservée à quelques initiés.

LOCKE AFFICHE MINI

Titre Original: LOCKE

Réalisé par: STEVEN KNIGHT

Casting: Tom Hardy, Olivia Colman, Ruth Wilson,

Andrew Scott, Ben Daniels, Bill Milner…

Genre: Thriller

Sortie le: 23 juillet 2014

Distribué par: Metropolitan FilmExport

2,5 STARS MOYENMOYEN

Publicités

3 réponses »

  1. Je viens de le voir et j’ai été impressionnée par le jeu de Tom Hardy, véritablement colossal. Le fond du film m’a bouleversé, l’écriture est d’une belle précision, créant un canevas solide autour de cet habitacle hanté. Une superbe expérience, même si le huis clos au téléphone n’est pas une nouveauté, il surprend par le drame qui s’y niche.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s