Critiques Cinéma

LA MARCHE (Critique)

3 STARS BIEN

la marche affiche

Le tweet de sortie de projo:

tweet la marche

SYNOPSIS: En 1983, dans une France en proie à l’intolérance et aux actes de violence raciale, trois jeunes adolescents et le curé des Minguettes lancent une grande Marche pacifique pour l’égalité et contre le racisme, de plus de 1000 km entre Marseille et Paris. Malgré les difficultés et les résistances rencontrées, leur mouvement va faire naître un véritable élan d’espoir à la manière de Gandhi et Martin Luther King.
Ils uniront à leur arrivée plus de 100 000 personnes venues de tous horizons, et donneront à la France son nouveau visage.

En partant d’un fait historique pour raconter des évènements qui, s’ils n’ont pas fondamentalement changer le visage politique de la France multi-raciale des années 80 ont fait bouger les consciences, le film de Nabil Ben Yadir s’inscrit dans un genre caractéristique duquel il faut bien distinguer la portée des propos tenus des ambitions et réussites artistiques qui s’y rattachent. Fort heureusement, les deux s’y côtoient ici pour le meilleur, le film étant à la fois un message d’espoir et de tolérance mais également un divertissement sensible à hauteur d’homme, où sans didactisme, on nous livre le message d’une France rassemblée sous le drapeau de l’égalité et qui se bat contre le racisme et la bêtise ordinaire. La marche, s’il n’est pas exempt de défauts, défend parfaitement son discours sans prosélytisme aucun, mais en toute honnêteté et objectivité. Dans un pays où les extrêmes refont de plus en plus parler d’elles, c’est un bol d’air de rappeler les vertus de d’une telle démarche.

la marche 1

Car sous l’ambition de développer des thématiques fortes, se cache également un beau projet de cinéma. La marche est un film sain, fait sans esprit frondeur et très positif. Pétri d’humanité, le film véhicule de beaux symboles et on sent l’impact émotionnel que l’histoire a pu avoir sur les différents protagonistes de l’entreprise. Une émotion qui est d’emblée là; en filigrane, mais qui ne sombre jamais dans le pathos. Le film évite tous les écueils qui pourtant lui tendaient les bras, mais il parvient miraculeusement à rester au dessus de la ligne de flottaison. La mise en scène pudique de Nabil Ben Yadir y est pour beaucoup ainsi que l’empathie pour les comédiens et des personnages qui n’ont que peu de zones d’ombres et dont les motivations sont bien entendu extrêmement positives.

la marche 2

Malgré son sujet, La Marche n’est pas un film politique, du moins pas sous l’aspect d’un brûlot. Ce road-movie nous montre à voir la gestation d’un groupe dans lequel, si la finalité est commune, ce sont les divergences qui animent les marcheurs pour faire passer le message qui fait que chacun de nous peut se retrouver dans l’un des personnages. Entre les adeptes du pacifisme et les partisans d’un certain radicalisme, entre ceux qui marchent pour le symbole et les autres qui y voient une transmission concrète d’un engagement auprès des communautés qu’ils rencontrent, les attitudes sont diverses et variées. La façon de vivre ce qui deviendra un évènement national primordial par cette petite bande qui n’avait pas conscience en démarrant qu’ils allaient fédérer autour d’eux autant de monde, se caractérise par l’innocence de départ de la démarche mais aussi par le désir inébranlable de stopper le racisme aveugle, l’intolérance rampante et grandissante et la violence aveugle, corollaire de la bêtise et de la lâcheté humaine.

la marche 3

Si le sujet est on ne peut plus d’actualité, s’il touche et bouleverse autant par son traitement qui n’est jamais vulgaire ou tape à l’œil, même si quelques maladresses ça et là en font un film tendre et naïf, La Marche est aussi l’histoire d’une bande. Une bande joviale et vraie, portée par des comédiens au diapason et dont chacun pourra se sentir proche: Tewfik Jallab, figure de proue de cette marche, confirme après Né quelque part qu’il est un acteur formidable à suivre de très près. Vincent Rottiers et M’Barek Belkouk véhiculent l’un et l’autre une jolie humanité sur des tonalités différentes. Charlotte Le Bon est belle, drôle et subtile, Hafsia Herzi défend un rôle fort à l’épaisseur dramatique importante et le fait avec détermination et talent. Il faudrait tous les citer à l’image de Lubna Azabal, d’Olivier Gourmet, de Philippe Nahon, de Nader Boussandel ou d’un Jamel Debbouze épatant et qui ne tire jamais la couverture à lui. Certes  le film est présenté sous le prisme du divertissement et l’on passe un excellent moment mais il nous donne aussi  à penser, à réfléchir sur l’aspect de notre République et sur nos valeurs personnelles. Car La Marche est d’utilité publique mais également propice à la réflexion de chacun. Il ne lui reste plus qu’à rejoindre l’autoroute du succès pour parler au plus grand nombre!

la marche affiche miniTitre Original : LA MARCHE

Réalisé par: Nabil Ben Yadir

Casting: Tewfik Jallab, Vincent Rottiers, Olivier Gourmet,

Charlotte Le Bon, Jamel Debouzze, Philippe Nahon, Hafsia Herzi….

 

Genre: Comédie dramatique

Sortie le: 27 Novembre 2013

Distribué par : Europacorp Distribution

3 STARS BIENBIEN

Publicités

2 réponses »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s