Critiques Cinéma

ONLY GOD FORGIVES (Critique)

2,5 STARS MOYENonly god forgives affiche

Le tweet de sortie de projo:

tweet only god forgives

SYNOPSIS: À Bangkok, Julian, qui a fui la justice américaine, dirige un club de boxe thaïlandaise servant de couverture à son trafic de drogue.
Sa mère, chef d’une vaste organisation criminelle, débarque des États-Unis afin de rapatrier le corps de son fils préféré, Billy : le frère de Julian vient en effet de se faire tuer pour avoir sauvagement massacré une jeune prostituée. Ivre de rage et de vengeance, elle exige de Julian la tête des meurtriers.
Julian devra alors affronter Chang, un étrange policier à la retraite, adulé par les autres flics …

Après le triomphe international de Drive pour lequel il avait obtenu à Cannes le prix de la mise en scène, Nicolas Winding Refn était attendu au tournant et c’est peu de le dire. La magie allait t-elle se reproduire une nouvelle fois ou allait t-il payer une insolente réussite? En recourant encore à Ryan Gosling pour être le tête d’affiche de son film, le réalisateur danois prenait le risque de faire naitre chez les puristes le fol espoir de voir une sorte de séquelle à Drive. Les premières images qui avaient filtrées de Only God Forgives avaient estompées cette sensation et créées par là même une excitation énorme chez les cinéphiles, tant l’univers visuel de Winding Refn, d’une richesse folle habituellement, promettait à nouveau de mettre une claque aux esthètes de tout bord.

ONLY GOD FORGIVES 3

Une fois que l’on découvre Only God Forgives, dès les premières images, on sent la volonté de faire un film esthéthisant au possible, nimbé dans des couleurs flashy, donnant la sensation diffuse d’être éclairé tantôt à la bougie, tantôt au néon fluo, avec une volonté de composer des cadres comme on peint un tableau et ce pour en restituer la substantifique moelle. Nicolas Winding Refn a l’immense mérite de faire des films qui sont également des œuvres d’art, des films sur lesquels le travail sur la lumière, les codes chromatiques, l’harmonie des couleurs fait partie intégrante du processus créatif et donne au final sa cohésion artistique à l’ensemble. Plastiquement, Only God Forgives est une bombe, le genre de bijou baroque devant lequel on peut à la fois s’extasier et être ému. Malheureusement, le film, s’il bénéficie d’une mise en scène de haute volée, il n’est pas servi par un scénario minimaliste qui ne donne jamais d’ampleur à ce qu’il nous donne à voir.

only god forgives 1

Du coup, Only God Forgives est un film plat, pas inintéressant mais qui par son attitude de poseur peine à provoquer la moindre émotion. On reste en dehors de toute empathie, alors que les personnages auraient dû nous emporter dans leur sillage, que ce soit dans leur quête de vengeance ou dans leurs divers excès, mais ce n’est jamais le cas. Revenant à l’essence même de son cinéma en occultant presque la parenthèse enchantée que fut Drive, Nicolas Winding Refn, propose à nouveau une œuvre chirurgicale, sans concessions, iconique à l’excès ce qui a pour effet de faire de ses personnages des êtres déshumanisés et désincarnés, comme si l’on voyait des planches d’une bande dessinée bien distinctes sans que les cases soient reliées entre elles. Avec ses plans d’une lenteur extrême et ses dialogues minimalistes, Only God Forgives donne parfois l’étrange sentiment de n’être qu’un bel objet qui se moquerait de raconter quelque chose et qui serait ancré dans un surréalisme à la portée symbolique extrême.

ONLY GOD FORGIVES 2

Du coup, la déception n’en est que plus grande tant l’attente était forte. Et ce n’est pas la présence de Ryan Gosling, monolithique à souhait et d’une fadeur incroyable qui rehausse notre avis. Certes il est très beau mais sa mono-expression pour tenter de jouer le magnétisme a tendance à lasser. Il n’est pas servi non plus par un personnage mal écrit et dont le désir de vengeance n’est là que parce qu’il est sous la coupe d’une mère castratrice (Kristin Scott Thomas qui aurait gagné à moins être dans l’emphase).Le bad guy de l’histoire interprété par Vithaya Pansringarm et qui aurait pu faire passer de réels frissons se ridiculise au fil des séquences ce qui s’avère également dommageable pour l’ensemble du film. Iconique en diable, sensuel et chaleureux par son esthétique très poussée et sa mise en scène somptueuse, Only God Forgives, s’il flatte la rétine,  ne tient malheureusement pas toutes ses promesses. Il se heurte à l’implacable logique que, sans un scénario abouti, le plus beau des films, dès lors qu’il n’a pas pour vocation à finir dans un musée, ne sera qu’un joli écrin rempli de vide.

ONLY GOD FORGIVES AFFICHE MINITitre original: ONLY GOD FORGIVES

Réalisé par: Nicolas Winding Refn

Casting: Ryan Gosling, Kristin Scott Thomas

Gordon Brown, Vithaya Pansringarm, Joe Cummings…

Genre: Thriller, Drame

Sortie le: 22/05/2013

Distribué par : Wild Side Films/Le Pacte

2,5 STARS MOYENMOYEN

Publicités

7 réponses »

  1. J’ai beaucoup aimé ta critique et ta façon d’écrire, bien que je sois d’un avis complètement opposé au tien. Mais c’était très intéressant à lire, et d’une certaine façon je comprend ton point de vue 🙂

  2. je te rejoins totalement sur cet avis.
    Ah tiens, chose amusante, à la fin de la projection, une amie m’a glissé dans l’oreille (quelle coquine) que le flic thaïlandais était un homosexuel refoulé idolâtré par ses confrères.
    Fin bon, passé ce détail amusant, je reconnais tout comme toi que ce film est une très jolie coquille hélas totalement vide.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s