Critiques Cinéma

JAPPELOUP (Critique)

3,5 STARS TRES BIEN

JAPPELOUP AFFICHE

SYNOPSIS: Au début des années 80, abandonnant une carrière d’avocat prometteuse, Pierre Durand se consacre corps et âme à sa passion, le saut d’obstacle. Soutenu par son père, il mise tout sur un jeune cheval auquel personne ne croit vraiment : Jappeloup. Trop petit, trop caractériel, trop imprévisible, il a de nombreux défauts mais une détente et des aptitudes remarquables. De compétition en compétition, le duo progresse et s’impose dans le monde de l’équitation. Mais les JO de Los Angeles sont un terrible échec et Pierre prend alors conscience de ses faiblesses. Avec l’aide de Nadia, sa femme, et de Raphaëlle, la groom du cheval, Pierre va regagner la confiance de Jappeloup et construire une relation qui va les mener aux JO de Séoul en 1988.

On le sait, les épopées sportives sont des matières formidables pour le cinéma. Exhalant des valeurs de courage, d’exemplarité, souvent porteurs de parfums de revanche, voire de rédemption, tractant son lot de victoires ou de défaites, ces aventures humaines charrient tout à la fois leur lot de bons sentiments tout autant que le lyrisme ou la passion, corollaires naturels d’un grand spectacle populaire. Jappeloup avait tout de l’histoire capable de susciter le désir des scénaristes et des cinéastes! Mais qui allait pouvoir rendre justice à cette belle histoire sans la dénaturer et en y apportant la touche nécessaire à un film de grande ampleur?

jappeloup 1

C’est sous la direction du canadien Christian Duguay (L’art de la guerre) que le projet prend son envol et c’est une surprise de le retrouver à la barre d’un projet très franco-français tant dans sa conception que dans l’histoire qu’il raconte et c’est pourtant la conjonction de la rencontre entre le réalisateur, le producteur Pascal Judelewicz et Guillaume Canet, que Jappeloup tire toute sa quintessence. Et c’est l’énergie de ces hommes, ce qu’ils ont insufflé d’eux-mêmes à cette aventure, qui prend une part non négligeable dans la réussite du film. Canet, arrivé tôt sur le projet, mais dont il n’est pas directement à l’origine, en est finalement devenu le scénariste et en a signé l’adaptation et les dialogues. La première partie ressemble tellement à sa propre histoire qu’il semblait vraiment la personne idéale pour rendre compte au plus près des émotions et des interrogations qui ont pu secouer Pierre Durand.

jappeloup 2

Mais l’intelligence du scénario au-delà de tout l’aspect sportif, c’est de ne pas se contenter d’aligner des scènes de compétition, ce qui aurait pu s’avérer répétitif et contre productif et que l’on aurait pu craindre au départ. Guillaume Canet évite cet écueil avec talent et questionne des sentiments bien plus intimes comme entre autres la relation père-fils et jusqu’où un homme est capable de compromissions pour satisfaire ses parents. Jappeloup offre par ailleurs un second rôle magnifique à un Daniel Auteuil formidable et sobre comme on ne l’avait pas vu depuis longtemps. Le film bénéficie aussi d’un casting soigné avec des rôles secondaires qui existent vraiment et dont aucun n’est sacrifié au profit d’un autre. Outre les présences magnétiques et irrésistibles d’une Marina Hands excellente en femme forte qui abandonne toute ambition pour sa famille et d’une Lou de Laâge à la beauté incandescente qui démontre une nature merveilleuse, les autres comédiens sont à l’avenant et favorisent le plaisir que l’on prend à la vision du film: Marie Bunel, Jacques Higelin, Tchécky Kayro, et l’apparition inattendue de...Donald Sutherland apportent au film une vraie plus-value.

jappeloup 3

Si Jappeloup constitue une excellente surprise, il n’en reste pas moins un film avec de gros défauts. Après un premier quart d’heure qui fait craindre un téléfilm « terroir » digne de la TNT, un abus des ralentis au cours des scènes de galop et certaines séquences qu’on voit venir à des kilomètres, le film finit heureusement par trouver son rythme de croisière et absorbe tous les points positifs des success story sportives à l’américaine. Guillaume Canet y démontre à nouveau qu’il est très bon acteur et qu’il réussit de très jolies choses d’autant plus si le sujet lui tient à cœur. On trouvera dans ce film éminemment sympathique tout ce qui fait la réussite d’un genre qu’on maitrise mal en France: Rêves de réussite et passion mêlées, déconvenues, adversité, grands sentiments, revanche et victoires. Duguay réussit plutôt bien à mettre en scène cette histoire (les séquences de compétition sont très réussies et tiennent en haleine), qui, si elle n’évite pas quelques clichés, laisse filtrer l’émotion.  Entre biopic et film sportif, Jappeloup, au final, nous emporte au galop dans son sillage!

jappeloup affiche minTitre original: JAPPELOUP

Réalisé par: Christian Duguay

Casting: Guillaume Canet, Daniel Auteuil, Marina Hands,

Lou de Laâge, Jacques Higelin, Tchéky Karyo….

Genre: Drame, Biopic

Sortie le: 13/03/2013

Distribué par : Pathé Distribution

3,5 STARS TRES BIENTRÈS BIEN

Publicités

2 réponses »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s