Critiques Cinéma

40 ANS MODE D’EMPLOI (Critique)

Consulter la fiche sur:allocine

3,5 STARS TRES BIEN

40 ANS MODE D'EMPLOI AFFICHE

Le tweet de sortie de projo

this is 40 tweet

SYNOPSIS : Seul homme à la maison, Pete est marié depuis des années à Debbie avec qui il a eu deux filles, Charlotte et Sadie, âgées de 8 et 13 ans. Pete aura bientôt 40 ans et le bilan est rude : Unfiltered Records, la maison de disques indépendante qu’il a créée, bat de l’aile, son père Larry, qui a récemment, et artificiellement, engendré des triplés, compte éhontément sur son soutien financier pour nourrir cette nouvelle famille, et à la maison, la vie n’est pas non plus un long fleuve tranquille. Le quotidien avec Debbie et les filles est une série de conflits et de complications sans fin. Quant à Debbie, elle a ses propres difficultés professionnelles et filiales. Elle essaie opiniâtrement d’être une épouse et une mère parfaite, mais elle a un mal fou à négocier le virage de la quarantaine. Et pour couronner le tout, leur aînée est en pleine crise de puberté. Pete et Debbie ont atteint l’âge où le pardon, à eux et aux autres, et le lâcher-prise sont des conditions sine qua non pour parvenir à profiter du reste de leur vie… en évitant d’en passer par le meurtre.

Judd Apatow proclamé maître incontesté de la comédie US depuis quelques années continue d’avoir autant de détracteurs que d’admirateurs, la faute à un parcours parsemé de hits incontestables basés sur un humour à la fois trash et potache, mais qui, s’il peut être extrêmement populaire peut repousser tout autant. A la fois producteur émérite de films comme Sans Sarah rien ne va, American Trip ou autres Cinq ans de réflexion, on le retrouve également derrière la caméra pour 40 ans toujours puceau, En cloque mode d’emploi, Funny People et pour ce nouvel opus, 40 ans mode d’emploi, dont le titre promet une véritable analyse de ce passage de la vie.

40 ANS MODE D'EMPLOI 1

Cynique et fun, son regard acéré et doux-amer ne livre pas forcément une vérité qui ravira tous ceux qui idéalisent l’image d’un certain modèle familial, ni des questions sous-jacentes que son discours soulèvera, mais si on apprécie une vision un peu sarcastique, voici le film idoine pour se moquer de ce que d’aucuns considèrent comme une période charnière un tantinet compliquée. Pas obligatoirement le reflet de TOUS les quarantenaires, 40 ans mode d’emploi est comme un instantané d’une famille lambda qui affronterait chacun des problèmes que l’on puisse rencontrer à un moment ou un autre: Le sexe et ses corolaires, le désir de rester un adulescent le plus longtemps possible (en somme grandir mais pas trop), devoir assumer ses parents, gérer les adolescences compliquées de ses enfants alors que l’on plonge soi-même en pleine crise de la quarantaine…

40 ANS MODE D'EMPLOI 2

La force d’Apatow c’est de parler du quotidien et de permettre très vite au spectateur de s’immerger dans cette quotidienneté grâce à l’empathie que l’on éprouve pour ses personnages. Des personnages qu’il aime, bien qu’il nous fasse voir leurs travers et qu’il nous mette en face de ce miroir à la fois déformant et grossissant. Et c’est à la fois réussi et également très drôle, que ce soit par la force du comique de situation que par l’acidité et la justesse de dialogues réellement savoureux. Poursuivant dans la veine introspective teintée d’amertume déjà abordée dans Funny People, Judd Apatow réussit le mix entre la bonne grosse comédie et le film indépendant avec brio. L’humour est de moins en moins potache et de plus en plus passé au vitriol d’un regard dont la maturité n’édulcore pas le propos.

40 ANS MODE D'EMPLOI 3

40 ans mode d’emploi réussit l’exploit de transcender un sujet déjà maintes fois traités par une vision enfin non manichéenne sur la famille et tous les sujets qui s’y rapportent. La réussite de l’entreprise tient tout à la fois d’une écriture ciselée mais aussi d’une réelle alchimie entre les comédiens qui débordent d’énergie et de charisme. Paul Rudd et Leslie Mann, la femme de Judd Apatow (ce sont leurs propres filles qui jouent les enfants de Pete et Debbie) sont parfaits dans le rôle de ce couple qui se démène dans sa quarantaine grinçante, leur alchimie participant grandement au fait que l’on y croit sans retenue. Apatow sait également, c’est indéniable, soigner ses seconds rôles, les présences irrésistibles de Megan Fox, John Lithgow ou Jason Segel attestant d’un véritable amour pour les personnages secondaires. Drôle, rythmé (malgré quelques longueurs superflues dans le dernier tiers), Judd Apatow clôt ici un chapitre important de sa filmographie. Décidément le monsieur sait parler de lui, de vous, de nous!

Découvrez également la bande annonce sur

40 ANS MODE D'EMPLOI LECTEUR ALLOCINE

40 ANS MODE D'EMPLOI AFFICHE MINITitre original: THIS IS 40

Réalisé par: Judd Apatow

Casting: Paul Rudd, Leslie Mann, Megan Fox,

John Lithgow, Jason Segel….

Genre: Comédie

Sortie le: 13/03/2013

Distribué par : Universal Pictures International France

3,5 STARS TRES BIENTRES BIEN

Publicités

4 réponses »

  1. C’est un des deux films de ce réalisateur que j’ai apprécié, avec Funny People. Content qu’il ait enfin mis de côté l’humour beauf et balourd des premiers films.
    Amusant de me dire que plus j’approche de cet âge et moins je ressemble aux héros/familles de ce genre de films, alors que plus jeune je m’imaginais justement bien dans ce genre de situations (je me souviens de ma première vision d’american beauty, par exemple, même si le traitement diffère complètement).

  2. Grosse déception pour moi que ce film, et pourtant, je suis un défenseur de la cause à Judd Apatow… Mais voilà, ce film, je l’ai trouvé péniblement long et je n’ai pas du tout trouvé qu’il présentait de choses nouvelles au regard de son précédent « en cloques, mode d’emploi » dont ce film là est le spin off. Le couple Rudd/Mann fonctionnait mieux dans le film original et leurs émois y étaient bien mieux dessinés. Ensuite, je trouve que l’humour ne vole pas très haut, qu’on est très loin des « sommets » comiques de la bande à Apatow. Alors, peut être que je ne suis pas encore quarantenaire (mais bon, ça ne saurait tarder, j’atteins les 37 bientôt) mais ça ne m’empêche pas de trouver que ce film n’invente ni ne propose rien de neuf au regard des innombrables romcoms « festival de Sundance » que les usa nous offrent depuis bien longtemps.

    sinon, très belle chronique !!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s