Critiques Cinéma

JACK REACHER (Critique) ***

SYNOPSIS : Un homme armé fait retentir six coups de feu. Cinq personnes sont tuées. Toutes les preuves accusent l’homme qui a été arrêté. Lors de son interrogatoire, le suspect ne prononce qu’une phrase : « Trouvez Jack Reacher. » Commence alors une haletante course pour découvrir la vérité, qui va conduire Jack Reacher à affronter un ennemi inattendu mais redoutable, qui garde un lourd secret.

Le tweet de sortie de projo:

tweet jack reacher

La superstar Tom Cruise est de retour. Un an après le triomphe du quatrième volet de la franchise Mission Impossible, sans doute le plus réussi, et après une performance de haut vol dans Rock Forever, revoici le comédien dans l’adaptation à l’écran du roman Folie Furieuse de Lee Child, mettant en scène l’ancien militaire Jack Reacher. Dur, sec, violent, le film est une sorte de grand flash-back dans le thriller urbain qui faisait fureur dans les années 70 et 80, un genre qui, lors des deux décennies suivantes s’est peu à peu éclipsé au profit de superproductions privilégiant les effets spéciaux et autres effets pyrotechniques au détriment d’une action qui découlait directement de personnages bien écrits.JACK REACHER AFFICHE

C’est donc un polar comme on n’en voit plus, à l’âpreté surprenante, que nous propose Christopher McQuarrie, scénariste de Usual Suspects et de Walkyrie et réalisateur de Way of the gun. Une sorte de croisement entre du Don Siegel et du Jack Lee Thompson, véhicule balisé pour un comédien en quête de rédemption depuis un certain temps et qui est en train de réussir le plus beau des come-back. Mais si Jack Reacher est un thriller racé et efficace, si à l’instar de ces productions vintage où la morale n’était pas érigée en passage imposé, il procure un plaisir viscéral, il n’est pas non plus exempt de défauts. Et dans un premier temps, la narration choisie et qui adopte un rythme particulièrement lent dessert une première partie qui se perd parfois en circonvolutions inutiles, malgré une première scène de fusillade réalisée de main de maître et sur un tempo haletant. Heureusement, tout ceci est compensé par un humour largement présent en filigrane et qui permet des respirations bienvenues lorsque l’on finit par être rattrapé par cette atmosphère anxiogène qui s’installe petit à petit.

JACK REACHER 1

Jack Reacher est très loin des films d’action sans âme qui pullulent sur les écrans. Il ne s’agit d’ailleurs pas d’un film d’action, mais c’est par contre un film qui s’inscrit parfaitement dans le genre qu’il représente, le thriller, avec honnêteté et sans jamais dévier de son chemin. Ici pas d’action survitaminée et sur-découpée mettant à mal la rétine, pas de montage haché, mais au contraire un récit qui se développe par le biais de son enquête principale. Au centre de cette enquête, Jack Reacher, sorte d’enquêteur fantôme, qui apparait tel un mirage, vrai héros, mais héros anonyme, qui sait se fondre dans la foule tel une ombre. L’archétype du détective que l’on trouvait dans les pulps, figure centrale des romans noirs à la Raymond Chandler, et qui peut à bon escient et sporadiquement faire preuve d’une violence inouïe. Traversé par ces séquences où Jack Reacher use d’une violence froide et clinique et qui s’insèrent au cœur de l’enquête sans qu’il s’agisse d’artifices, le film avance en jouant des codes de l’imagerie que le comédien renvoie.

jack reacher 2

Le film est au final diaboliquement mis en scène et suit son sillon de bout en bout. La réalisation de Christopher McQuarrie est précise et sans effets de manche et ne s’embarrasse jamais de superflu. Par ailleurs, en parvenant en plus à être drôle grâce à des punchlines très habiles posant là le héros d’emblée comme une figure iconique, le scénario est vraiment réussi. Tom Cruise excelle dans ce rôle. Le comédien est sec et viril comme il faut et il livre une performance de grand standing. Autour de lui, mention à Werner Herzog en bad guy savoureux et au génial Robert Duvall en papy de la gâchette qui a les répliques les plus bidonnantes du film. Hormis ces longueurs qui étirent le récit et ce rythme mezza voce qui pourra déconcerter, ce Jack Reacher est une bonne surprise et un bon choix pour finir l’année 2012.

JACK REACHER DE CHRISTOPER MCQUARRIE, AVEC TOM CRUISE, ROSAMUND PIKE, WERNER HERZOG, ROBERT DUVALL, RICHARD JENKINS…SORTIE LE 26 DECEMBRE 2012

DISTRIBUE PAR PARAMOUNT PICTURES FRANCE

Publicités

3 réponses »

  1. J’ai le sentiment que cette critique pourrait coller au précédent film de son réalisateur (que j’avais déjà beaucoup aimé). Way of the gun m’avait déjà étonné via son traitement seventies, son âpreté dans les scènes d’action… Bref, j’ai quand même bien hâte de voir ce JR 😉

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s