Critiques Cinéma

LES MONDES DE RALPH (Critique) **

Consulter la fiche sur:

SYNOPSIS: Dans une salle d’arcade, Ralph la casse est le héros mal aimé d’un jeu des années 80. Son rôle est simple : il casse tout ! Pourtant il ne rêve que d’une chose, être aimé de tous… Vanellope Van Schweetz quant à elle, évolue dans un jeu de course, fabriqué uniquement de sucreries. Son gros défaut : être une erreur de programme, ce qui lui vaut d’être interdite de course et rejetée de tous. Ces deux personnages n’auraient jamais dû se croiser…et pourtant, Ralph va bousculer les règles et voyager à travers les différents mondes de la salle d’arcade pour atteindre son but : prouver à tous qu’il peut devenir un héros. Ensemble, arriveront-ils à atteindre leurs rêves?

Le tweet de sortie de projo:

Le voici donc le Disney de Noël, auréolé de son triomphe outre-atlantique et des promesses générées par un pitch assez malin pour faire fantasmer des millions de gamers et de geeks à travers la planète. Il y avait tant à tirer de ce film au potentiel tout bonnement phénoménal que inéluctablement la déception est au rendez-vous. Les mondes de Ralph est un divertissement de bonne facture avec quelques scènes qui font sourire, mais son problème est qu’il n’est que sympathique et que jamais il n’atteint les sommets espérés, la faute à un univers d’une richesse folle dont les auteurs n’ont pas su profiter suffisamment alors que s’offraient à eux une multitude de situations possibles. Comme si justement ils s’étaient heurtés de plein fouet au champ des possibles et que cela les avait bridés.

LES MONDES DE RALPH AFFICHE

C’est que l’on s’ennuie pas mal durant l’exposition du film qui s’étire quand même en longueurs, on est très peu surpris, on sourit parfois mais on rit rarement aux éclats et si le film joue avec quelques références par ci par là qui raviront le public visé, la frustration se fait vite jour dès lors que ces références que le marketing du film nous vendait comme plus que de simples clins d’œil ne dépassent jamais leur fonction de gimmick. Et bien que certains héros de jeux vidéo soient donc bien présents (Sonic, Pac-Man, Bowser, Zangieff...), ils n’entrent jamais réellement dans l’histoire et n’interagissent avec Ralph que par le biais d’apparitions qui n’apportent rien de plus au récit. Comme si on empilait les guests, sans avoir grand chose à leur faire jouer. Et la magie dans tout ça? Elle disparait derrière un scénario emberlificoté qui tente de raccrocher les wagons mais qui ne tient pas suffisamment la route pour faire passer autre chose qu’un moment gentillet.

LES MONDES DE RALPH 1

A trop lorgner vers Pixar et ses réussites incontestables, Disney se fourvoie quelque peu et alors qu’on rêvait d’un tourbillon d’émotions, de fous rires et d’un univers référentiel à gogo, on n’a qu’une resucée de thèmes déjà explorés dans de nombreux films d’animation passés. Voici un film destiné aux petits gars et à leurs parents trentenaires qui a un mal fou à exister par lui même et dans lequel on rajoute une petite fille mignonne comme tout dans un univers rose bonbon pour rallier les gamines à la cause alors que pour une fois elles n’étaient pas la cible privilégiée de l’entreprise. En gros, un projet qui se cherche une identité et qui empile les passages obligés, une sorte de fourre tout qui fait penser à un moteur souffreteux.

LES MONDES DE RALPH 2

Tout n’est pas raté bien sûr, l’univers visuel recèle mille détails et est plutôt réussi. Visuellement ça claque, mais c’est bien insuffisant pour retenir l’attention dès lors qu’on a passé un certain âge. Même s’il est attachant, le personnage de Ralph manque de charisme, mais ce n’est pas le seul. La petite Vanellope Von Schweetz est mignonne comme tout mais elle finit par être un peu agaçante. Et quid de l’originalité? On a le sentiment d’avoir déjà vu tout ça ailleurs et en mieux. Les Mondes de Ralph est aussi basique que le jeu 8 Bit dont il est tiré et manque de la moelle et de la féérie qui ont faits les grands succès du studio. Heureusement, précédant le film, vous pourrez normalement découvrir un court métrage, Paperman réalisé par John Kahrs . Muet et en noir et blanc, c’est un moment très court plein de magie, de poésie et de romantisme. Une petite merveille qui vaut bien ensuite de tenter d’arpenter Les Mondes De Ralph.

Découvrez également la bande annonce sur allocine

Capture player allociné

LES MONDES DE RALPH DE RICH MOORE AVEC LES VOIX ORIGINALES DE JOHN C.REILLY, SARAH SILVERMAN, JACK McBRAYER, JANE LYNCH, ET LES VOIX FRANCAISES DE FRANCOIS- XAVIER DEMAISON, THIERRY DESROSES, DOROTHEE POUSSEO… SORTIE LE 5 DECEMBRE 2012

DISTRIBUE PAR THE WALT DISNEY COMPANY FRANCE

Publicités

3 réponses »

  1. Je l’ai vu et je suis d’accord avec la critique, j’ai été un peu deçu, je m’attendais à quelque chose d’autre au final ou les personnages clés auraient plus d’importances. Malgré ça, le film se regarde et on passe un bon moment mais oui c’est pas suffisant

  2. J’ai eu la chance de voir aussi le film en avant première et je suis du même avis que cet article, surtout sur le fait que les personnages manquent cruellement de charisme. Pour le coup, j’ai beaucoup plus été impressionné par le court métrage Paperman que j’ai trouvé vraiment excellent.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s