Critiques Cinéma

LA GARÇONNIÈRE (Critique)

la garçonnière afffiche cliff and co

SYNOPSIS: C.C. Baxter est employé à la Sauvegarde, grande compagnie d’assurance. Dans l’espoir d’un avancement il prête souvent son appartement à ses supérieurs qui y emmènent leurs petites amies. Un jour le chef du personnel le convoque et lui apprend qu’il sait tout et lui demande aussi sa clé. Baxter est enfin promu. Mais ce qu’il ignorait c’est que le chef du personnel emmenait dans son appartement la femme dont il était amoureux.

Billy Wilder avait le don de savoir tout faire et notamment des films légers comme des bulles de champagne, d’une irrésistible drôlerie toujours accompagnés d’une sous-lecture plus dramatique que le sujet initial ne le présageait. Après Certains l’aiment chaud, vint La Garçonnière, également écrit avec I.A.L Diamond, et nouveau miracle de cinéma où le couple Jack Lemmon-Shirley MacLaine allait faire des étincelles. Un miracle de cinéma.

La Garçonnière comme souvent chez Wilder est une mécanique de précision millimétrée en terme d’écriture servie par des comédiens hors du commun. L’histoire parvient avec une fluidité remarquable à faire s’entrecroiser les situations et à se succéder les quiproquos, au travers de scènes tantôt cocasses, tantôt dramatiques. Jack Lemmon, tout en finesse, donne au personnage de C.C. Baxter une humanité et une tendresse infinies, et tout dans son interprétation, de sa gestuelle à ses sourires, de ses regards à sa façon de dire son texte, absolument tout, se rapproche de la perfection.

Il est magnifiquement entouré bien sûr: Shirley MacLaine, jolie, pétillante, amoureuse au cœur fendu, innocente et fraiche. Fred MacMurray, élégant et sans scrupules, mais aussi toute une galerie de seconds rôles qui apportent leur talent à ce joli récital. C’est dans le choix précis de ses comédiens que Billy Wilder réussissait à obtenir des résultats au rendu si jouissif. Car c’est ça La Garçonnière, c’est un cinéma qui ne se veut pas prétentieux et qui raconte des choses importantes, qui a un véritable discours sous couvert de légèreté. Une façon de démonter et de mettre en exergue des comportements et des travers de la société.

La Garçonnière, qui rafla pas moins de cinq oscars (meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario, meilleur montage et meilleure direction artistique) réussit la performance de passer alternativement de la comédie pure au mélodrame le plus vibrant et du coup nous laisse complètement sous le charme par son apparente facilité à varier les effets et les sentiments. Film euphorisant au possible, dénonçant l’arrivisme et les concessions que l’on fait afin d’emprunter l’ascenseur social, mais aussi jolie histoire sentimentale, La Garçonnière démontre implacablement que Billy Wilder était l’un des cinéastes les plus importants du 20ème siècle et que ses films se redécouvrent au fil du temps avec sans cesse le même plaisir.

la garçonnière afffiche cliff and co

Titre Original: THE APARTMENT

Réalisé par: Billy Wildr

Casting : Jack Lemmon, Shirley MacLaine, Fred MacMurray…

Genre: Comédie dramatique, Romance

Sortie le : 14 septembre 1960

Distribué par: –

TOP NIVEAU

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s