Critiques Cinéma

LA DÉLICATESSE (Critique)

SYNOPSIS: Nathalie a tout pour être heureuse. Elle est jeune, belle, et file le parfait amour. La mort accidentelle de son mari va couper son élan. Pendant des années, elle va s’investir dans son travail, se sentir en parenthèse de sa vie sensuelle. Mais subitement, sans qu’elle comprenne vraiment pourquoi, elle embrasse un de ses collègues. Markus, un homme très atypique. S’ensuit alors la valse sentimentale de ce couple hautement improbable qui va susciter interrogation et agressivité au sein de l’entreprise. Choisit-on vraiment par quel moyen on renaît à la vie ? Nathalie et Markus vont finir par fuir pour vivre leur histoire et leur émerveillement à l’abri de tout. Cette histoire de renaissance est aussi celle de l’étrangeté amoureuse.

C’est fort du triomphe de son livre La délicatesse couronné par de nombreux prix, mais aussi plus généralement de son statut d’auteur de talent reconnu que David Foenkinos, avec son frère Stéphane, réalisait à la fin de l’année 2011, l’adaptation éponyme de son roman. Un livre duquel émanait douceur, sensualité, pudeur et où par la grâce des mots, l’auteur parvenait à toucher les cœurs les plus durs. Le film, s’il retrouve par moments la douceur de l’écriture semble parfois timide et ne pas oser. Mais sa tendresse et son côté décalé en font un moment délicieux.

C’est souvent ça qui fait une bonne comédie sentimentale, -et en cela la construction du livre était à l’évidence un matériau idéal pour passer à l’écran-, un sujet grave traité avec suffisamment d’empathie mais sans tomber dans le mièvre ou le pathos, des obstacles à surmonter, des sentiments forts et contradictoires et l’attachement du public aux personnages pour que l’on souhaite tout du long qu’ils tombent dans les bras l’un de l’autre et que plus rien ne les empêche de s’aimer. Mais avec son air de ne pas y toucher, ce film parle du deuil, de la reconstruction, du retour à la vie et à l’amour. Avec un alliage de gravité et de légèreté qui charme sans forcer.

Pour réussir le passage de l’écrit à l’écran et que l’on croit à cette histoire, qu’elle nous charme comme lorsqu’on la lisait, il fallait deux comédiens qui parviennent à trouver l’équilibre entre la fantaisie et le drame et il fallait que l’on croit aux sentiments qui vont les lier malgré l’aspect improbable de leur couple. En cela, le choix de Audrey Tautou pour incarner Nathalie est plus que judicieux. La comédienne, mélange de grâce, de douceur et de gravité mêlées semble être l’actrice idoine pour incarner cette jeune femme amoureuse, fracassée par le chagrin, tantôt fragile, tantôt déterminée. Face à elle, François Damiens, est parfait. D’une sobriété qu’on ne lui connaissait pas, il est l’incarnation même du clown lunaire, mal dans sa peau, mais qui se révèle à lui-même, lorsque cette femme le regarde comme aucune autre femme ne l’avait fait avant elle. Ils sont entourés par toute une bande de seconds rôles qui leur renvoie la balle avec talent et où l’on croise Pio Marmaï, Audrey Fleurot, Bruno Todeschini, Joséphine de Meaux, Christophe Malavoy, Ariane Ascaride.

Si tout est douceur et délicatesse dans ce film, il n’en reste pas moins imparfait, et c’est justement cet excès de bons sentiments qui a tendance à nuire à l’équilibre de l’ensemble. Car jamais le film ne verse vers un côté un peu plus sombre qui aurait pu donner une amplitude encore plus grande à son discours. La délicatesse est un film gentil, sans aspérités, qui soulage, en ces temps où chacun joue sa carte personnelle. Un film où la mise en scène est sobre et sans réel relief, sans démonstration ostentatoire, et traversé par une B.O au charme vénéneux interprétée par Emilie Simon. Ça en fait un moment irréel, léger comme une bulle de savon, mais à la profondeur inexploitée. Mais un film qui fait du bien par les temps qui courent, pourquoi s’en priver?

Titre Original: LA DÉLICATESSE

Réalisé par:  David & Stéphane Foenkinos

Casting : Audrey Tautou, François Damiens, Bruno Todeschini

Genre: Romance, Comédie

Sortie le: 21 décembre 2011

Distribué par: StudioCanal

3 STARS BIENBIEN

Publicités

2 réponses »

  1. Je l’ai vu en salles, en fan de François Damiens. Mais j’ai été déçu, j’ai trouvé le film mou et sans âme. Je n’ai pas réussi à croire à cette histoire, ni à ces personnages.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s