Tip/Top

TIP/TOP (Classement) : Un film dans la Mafia

Forcément subjectifs et ne reflétant qu’une vision parcellaire et personnelle, l’exercice du classement est souvent l’occasion de confrontations enflammées entre cinéphiles. Entre les pour et les contre, les absences inexcusables, les oublis ou le choix de certains titres qui feront hurler les puristes, chacun a son avis, souvent bien tranché… Voici le nôtre.

TOP 10 DES FILMS DE MAFIA

 

1-LES AFFRANCHIS (GOODFELLAS) de Martin Scorsese (1990)

SYNOPSIS: Depuis sa plus tendre enfance, Henry Hill, né d’un père irlandais et d’une mère sicilienne, veut devenir gangster et appartenir à la Mafia. Adolescent dans les années cinquante, il commence par travailler pour le compte de Paul Cicero et voue une grande admiration pour Jimmy Conway, qui a fait du détournement de camions sa grande spécialité. Lucide et ambitieux, il contribue au casse des entrepôts de l’aéroport d’Idlewild et épouse Karen, une jeune Juive qu’il trompe régulièrement. Mais son implication dans le trafic de drogue le fera plonger…

Film incroyable et virtuose sur l’itinéraire d’un gamin ébloui par les gangsters qui sévissent dans son quartier, cultissime jusque dans les moindres recoins de la pellicule, témoignant d’une fluidité et d’une élégance inégalables dans la mise en scène, d’une interprétation sans failles par des comédiens de rêve, le tout rythmé par une bande son explosive, Les Affranchis est un pur chef d’oeuvre! De Niro qui retrouve son metteur en scène fétiche et un Joe Pesci d’anthologie entourent un Ray Liotta qui ne retrouvera jamais un rôle de la trempe de Henry Hill et Scorsese est à l’apogée de son art! A voir et à revoir sans modération.

 

2-CASINO de Martin Scorsese (1995)

SYNOPSIS: Dans les annees soixante-dix à Las Vegas, Ace Rothstein dirige d’une main de fer l’hôtel-casino Tangiers, financé en sous-main par le puissant syndicat des camionneurs. Le Tangiers est l’un des casinos les plus prospères de la ville et Ace est devenu le grand manitou de Las Vegas, secondé par son ami d’enfance, Nicky Santoro. Impitoyable avec les tricheurs, Rothstein se laisse un jour séduire par une virtuose de l’arnaque d’une insolente beauté, Ginger McKenna. Amoureux, il lui ouvre les porte de son paradis et l’épouse. Ses ennuis commencent alors.

Retrouvant De Niro et Joe Pesci cinq ans après Les Affranchis, Martin Scorsese revient avec ce film fleuve qu’est Casino. Toujours aussi inspiré dans sa réalisation, déployant des trésors d’ingéniosité et d’idées de mise en scène, usant de gimmicks visuels et enrobant le tout comme souvent d’une bande sonore à tomber, Casino permet également à Sharon Stone de trouver sans doute son plus grand rôle. Succession de scènes fortes et de moments haletants qui font passer les trois heures de visionnage à une vitesse incroyable, Casino démontre encore toute la virtuosité du maître Scorsese, et le film s’impose au panthéon du cinéma sans discussion!

3-L’IMPASSE (CARLITO’S WAY) de Brian De Palma (1993)

SYNOPSIS: En 1975, à New York, Carlito Brigante, un ancien trafiquant de drogue, est libéré de prison grâce à David Kleinfeld, son avocat, qui a découvert plusieurs vices de forme dans la manière dont le procureur Bill Norwalk avait instruit le procès. Carlito est bien décidé à rentrer dans le droit chemin et, dès qu’il aura économisé assez d’argent, il compte se retirer aux Bahamas pour s’assurer une retraite paisible avec Gail, sa compagne danseuse dans une boîte de strip-tease. Mais le destin en décidera autrement.

Film somme sur le crépuscule d’un gangster qui veut raccrocher, violent et romantique à la fois, De Palma retrouve Al Pacino, dix ans après Scarface, dans ce drame impitoyable, qui offre également à Sean Penn, un second rôle où il est magistral en avocat pourri cocaïné jusqu’au cerveau. Des scènes inoubliables, une puissance émotionnelle rare, une réalisation majestueuse et un Pacino énorme à la densité hors normes, L’impasse est une œuvre sombre qui vous embarque pour ne plus vous lâcher…

4-LE PARRAIN LA TRILOGIE (THE GODFATHER PART 1/2/3) de Francis Ford Coppola (1972/1974/1990)


SYNOPSIS PART ONE: En 1945, à New York, les Corleone sont une des cinq familles de la mafia. Don Vito Corleone, « parrain » de cette famille, marie sa fille à un bookmaker. Sollozzo,  » parrain  » de la famille Tattaglia, propose à Don Vito une association dans le trafic de drogue, mais celui-ci refuse. Sonny, un de ses fils, y est quant à lui favorable.
Afin de traiter avec Sonny, Sollozzo tente de faire tuer Don Vito, mais celui-ci en réchappe. Michael, le frère cadet de Sonny, recherche alors les commanditaires de l’attentat et tue Sollozzo et le chef de la police, en représailles.
Michael part alors en Sicile, où il épouse Apollonia, mais celle-ci est assassinée à sa place. De retour à New York, Michael épouse Kay Adams et se prépare à devenir le successeur de son père…

SYNOPSIS PART TWO: Depuis la mort de Don Vito Corleone, son fils Michael règne sur la famille. Amené à négocier avec la mafia juive, il perd alors le soutien d’un de ses lieutenants, Frankie Pentageli. Echappant de justesse à un attentat, Michael tente de retrouver le coupable, soupçonnant Hyman Roth, le chef de la mafia juive.
Vito Corleone, immigrant italien, arrive à New York au début du siècle ; très vite, il devient un des caïds du quartier, utilisant la violence comme moyen de régler toutes les affaires. Seul au départ, il bâtit peu à peu un véritable empire, origine de la fortune de la famille des Corleone.

SYNOPSIS PART THREE: Atteignant la soixantaine, Michael Corleone désire à la fois renouer avec les siens et se réhabiliter aux yeux de la société, surtout de l’Eglise. Il arrivera presque a ses fins, mais sa vie passée et ses anciens ennemis le rattraperont plus vite.

Une trilogie incroyable qui a marqué l’Histoire du cinéma du 20ème siècle, trois films de près de trois heures chacun qui constituent un seul et même film, unique, colossal, qui charrie violence, amour, lutte des classes, trahison familiale, une sorte d’opéra funèbre qui permettra à Brando un retour triomphal, qui consacrera Al Pacino et Robert De Niro, qui posera son empreinte indélébile sur le public et la presse et qui reste aujourd’hui encore comme l’une des références absolues et incontournables. Pour la première fois on voyait au cinéma des gangsters qui étaient aussi des hommes comme les autres. Coppola aura réalisé une œuvre unique d’une beauté formelle époustouflante et porteuse d’un souffle épique rarement égalé.

5-IL ETAIT UNE FOIS EN AMERIQUE (ONCE UPON A TIME IN AMERICA) de Sergio Leone (1984)

SYNOPSIS: Il était une fois deux truands juifs, Max et Noodles, liés par un pacte d’éternelle amitié. Débutant au début du siècle par de fructueux trafics dans le ghetto de New York, ils voient leurs chemins se séparer, lorsque Noodles se retrouve durant quelques années derrière les barreaux, puis se recouper en pleine période de prohibition, dans les années vingt. Jusqu’au jour où la trahison les sépare à nouveau.

Fresque titanesque portée par un Robert De Niro en état de grâce, échec commercial à sa sortie, soutenu par une B.O signée du génial Ennio Morricone, le dernier film du Maître italien Sergio Leone est un modèle du genre racontant toute la vie d’un truand à partir de son enfance. Film exceptionnel par sa durée, par la méticulosité dans les reconstitutions puis par l’ampleur même du sujet, Il était une fois en Amérique est une vraie radiographie de la vie de gangster. Faisant face à un James Woods exceptionnel, De Niro est touchant, déchirant, incandescent… Un film inégalable, immanquable, une merveille absolue!

6-SCARFACE de Brian De Palma (1983)


SYNOPSIS: En 1980, Tony « Scarface » Montana bénéficie d’une amnistie du gouvernement cubain pour retourner en Floride. Ambitieux et sans scrupules, il élabore un plan pour éliminer un caïd de la pègre et prendre la place qu’il occupait sur le marché de la drogue.

Sur un scénario de Oliver Stone, Brian De Palma signe avec le remake de ce film de Howard Hawks, la montée en puissance d’un gangster à la tête du trafic de drogue en Floride. Avec un Al Pacino immense en parano déglingué à la coke, De Palma réussit un film iconique, rempli de répliques inoubliables, un film sauvage, âpre et dur, à la violence stylisée.

7- LA NUIT NOUS APPARTIENT (We own the night) de James Gray (2007)

SYNOPSIS: New York, fin des années 80. Bobby est le jeune patron d’une boite de nuit branchée appartenant aux Russes. Avec l’explosion du trafic de drogue, la mafia russe étend son influence sur le monde de la nuit. Pour continuer son ascension, Bobby doit cacher ses liens avec sa famille. Seule sa petite amie, Amada est au courant : son frère, Joseph, et son père, Burt, sont des membres éminents de la police new-yorkaise… Chaque jour, l’affrontement entre la mafia russe et la police est de plus en plus violent, et face aux menaces qui pèsent contre sa famille Bobby va devoir choisir son camp…

Grand film bouleversant, d’une finesse et d’une maîtrise impressionnantes, La nuit nous appartient confirme la place majeure qu’a pris James Gray dans l’histoire du cinéma bien qu’il reste très sous-estimé dans son pays. Développant comme à son habitude une histoire traitant du thème de la famille, bénéficiant d’un casting majeur (Joaquin Phoenix, Robert Duvall, Mark Walhberg, Eva Mendes), il réussit une plongée dans le monde de la nuit et de la mafia vraiment fascinante et sa mise en scène foisonnante et lyrique donne à son film un air de symphonie qui laisse une empreinte indélébile sur ses spectateurs.


8-LES ANGES DE LA NUIT (State of Grace) de Phil Joanou (1990)

SYNOPSIS: Terry Noonan revient après plusieurs années d’absence dans le quartier de Hell’s Kitchen a New York, fief des Irlandais. Il retrouve ses anciens camarades en pleine guerre avec la mafia italienne qui menace la communauté irlandaise. Terry est en fait un policier infiltré. Il va être déchiré entre sa loyauté pour son vieux quartier et son sens de l’ordre…

Film méconnu et mal aimé, Les anges de la nuit est un polar touffu mettant en scène la mafia irlandaise et bénéficiant d’un casting haut de gamme comprenant Sean Penn, Ed Harris, Gary Oldman, Robin Wright…Scènes chocs succédant à d’autres plus intimistes, traversé d’une violence continue, mêlant avec réussite destin familial et parcours dans le monde du crime, c’est aussi une réflexion sur le bien et le mal et sur la pertinence des choix que l’on a à faire. Réalisé par Phil Joanou dont la carrière cinématographique ne s’est jamais envolée, Les anges de la nuit est un film noir d’encre qu’on n’oublie pas!

9- LES INCORRUPTIBLES (The Untouchables) de Brian De Palma (1987)

SYNOPSIS: A Chicago durant les années trente, lors de la prohibition, Al Capone règne en maître absolu sur le réseau de vente illégale d’alcool. Décidé à mettre un terme au trafic et à confondre Al Capone, l’agent Eliot Ness recrute trois hommes de confiance, aussi intraitables que lui. Ensemble, les quatre « incorruptibles » partent en guerre contre le gang de Capone…

Racontant pendant la prohibition la lutte de Eliot Ness pour faire tomber Al Capone et la formation de son équipe d’incorruptibles, ce film de Brian De Palma est un monument de mise en scène, où se succèdent les scènes jubilatoires portées à leur paroxysme par des interprètes en état de grâce. Le scénario signé David Mamet est un monument de construction, les répliques fusent et les comédiens sont à la fête et nous régalent. Kevin Costner, Andy Garcia, Charles Martin Smith et le gigantesque Sean Connery du côté des flics affrontent un Robert De Niro phénoménal qui a une façon bien particulière d’utiliser une batte de base-ball.

10-MILLER’S CROSSING de Joël et Ethan Coen (1990)


SYNOPSIS: A l’époque de la Prohibition, le gangster Tom Reagan, bras droit d’un caïd irlandais, trahit et manipule son entourage, l’utilisant à ses propres fins, même par la violence, afin de se faire une place.

L’un des plus beaux films des frères Coen, Miller’s Crossing est un monument du film noir avec de nombreuses scènes chocs, des fusillades absolument dantesques, et une interprétation fabuleuse de Gabriel Byrne, Albert Finney, John Turturro… Un film formellement superbe, au scénario millimétré, dont certaines images n’ont pas fini de vous hanter…


Ils ont frôlé le top: Les infiltrés, Les sentiers de la perdition, Little Odessa, Donnie Brascoe, Bugsy, The King of New-York…

A suivre…

 

9 réponses »

  1. Oh my goodness ! Je te rejoins ABSOLUMENT sur tout SAUF le Parrain. Les Affranchis est mon film pré-fé-ré ! Martin Scorsese i love you.

    • ah Les Affranchis… je vis une vraie histoire d’amour avec ce film, je peux le voir et le revoir sans jamais me lasser… Content que tu te retrouves dans ce top! Qu’est ce que tu n’aimes pas dans le parrain? Tu as vu les anges de la nuit?

  2. T’as triché! 3 films pour une place avec Le Parrain 😉
    Sinon, j’aurais probablement intégré Les infiltrés dans le top, mais l’essentiel y est! Bravo pour cette rubrique.
    Si on veut répondre à Hakim pour le top de nos films préférés, ce sera un vrai casse-tête!

  3. Très ravi de t’avoir influencé :p. En tout cas c’est pas mal cette idee de faire des tops par theme, cela te permettra de citer + de films que pour un top 20 generaliste , malin ^^. Sinon Une fois que t aura parcouru tous les themes existants , tu pourra faire un calcul via eux pour calculer ton top 20 final (sisi j y tiens lol). Sinon je suis pas trop mafia point de vue ciné , je n’ai vu que la moitié de ceux que t’a cité mais que des pointures :p . Mais Donnie Brasco aurait eté dans mon top10 mais bon il frole le tien donc ca va :p

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s