Critiques Cinéma

CHRONICLE (Critique) ****

Seattle: Au cours d’une soirée, trois lycéens, Andrew, Matt et Steve, se retrouvent en contact avec une mystérieuse substance. Suite à cela, ils se mettent à développer des superpouvoirs qu’ils commencent à utiliser comme un jeu, aux dépens des personnes qui les entourent. Mais très vite, ils perdent le contrôle, lorsque l’un des trois garçons dévoile un côté sombre qui va les conduire à remettre leur amitié en question. Mis en scène par Josh Trank et co-écrit avec Max Landis (le fils du grand John), Chronicle, plus qu’un nouveau found footage, est un film surprenant, plein d’idées intéressantes, et qui malgré la gravité dans lequel il plonge petit à petit, n’est pas exempt d’humour…

Première idée intéressante, Chronicle débute comme un simple teen-movie, avec trois personnages principaux relativement stéréotypés : Andrew, le looser névrosé, maltraité par son père, Matt, le cousin charmeur qui cherche à briller par sa culture référentielle et le populaire Steve, qui attend le résultat des votes avant d’être déclaré vainqueur des élections du lycée. Usant d’un style ultra réaliste, Josh Trank, rend ses trois héros très attachants. On suit avec eux la découverte de leurs pouvoirs, on en profite en leur compagnie…Mais à l’ère du tout numérique, de l’avènement des réseaux sociaux, des films réalisés sur smartphone, la question que pose le réalisateur est de savoir ce qui se passerait si un super héros pétait un boulon? Car comme le dit l’adage, un grand pouvoir implique de grandes responsabilités. Et après avoir filmé son quotidien, Andrew, aidé de ses comparses, filme leurs exploits. Peu à peu chacun découvre ce que cela implique et comprend qu’il devra savoir canaliser cette toute puissance.

Toute la première partie du film nous sommes dans la légèreté, la fantaisie, et même si le mal être des protagonistes affleure, il n’est que le reflet d’existences adolescentes contrastées. Ce qui est original ici, c’est qu’on n’est pas dans un film de super-héros mais dans un film mettant en scène des humains affublés de pouvoirs et ces derniers ne sont pas là pour sauver la planète, ni prévenir des dangers qui guettent le monde libre, non eux ils sont juste trois gamins qui kiffent de pouvoir jouer au foot dans les nuages ou de déplacer la voiture d’une conductrice sur un parking du supermarché. Mais passés ces scènes souriantes, toute la dernière partie du film bascule dans une noirceur qu’on n’attendait pas, une sorte de fin du monde absolument saisissante, où tout se délite et où dans une espèce de folie furieuse, les gratte-ciel s’éventrent, les hélicos sont balancés d’une pichenette comme on joue aux billes, les voitures sont soufflées, bref, on remise le sourire des débuts aux oubliettes.

Passant sans ciller du film intimiste à la big apocalypse, interprété très justement par des comédiens au poil, drôle puis inquiétant à la fois, voir même dérangeant à certains égards, réussissant à éviter la plupart des écueils du genre, Chronicle, malgré quelques défauts de jeunesse passe à la vitesse de l’éclair. Un éclair nommé Josh Trank dont la suite de la carrière sera à suivre avec une attention inévitable.

CHRONICLE DE JOSH TRANK, AVEC DANE DEHAAN, ALEX RUSSELL, MICHAEL B.JORDAN, MICHAEL KELLY…SORTIE LE 22 FEVRIER 2012  

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s