Critiques Cinéma

BONNE CONDUITE (Critique)

SYNOPSIS: Pauline a une méthode bien à elle pour faire de la prévention routière : formatrice dans un centre de récupération de points le jour, elle se transforme en serial killeuse de chauffards la nuit. 

Alors que le dernier prime en date du Palmashow connaît un impressionnant succès populaire en étant plébiscité et repris à la fois par le public jeune et celui moins jeune qui ne consomme que les diffusions télévisées, le duo se retrouve à nouveau au cinéma dans ce Bonne Conduite. Grégoire Ludig et David Marsais ayant précédemment déjà réussi à faire leurs armes au cinéma avec les excellents La Folle Histoire de Max et Léon et Les Vedettes, cette nouvelle pièce à leur filmographie a cependant une différence majeure : il est bel et bien la première expérience cinéma du réalisateur Jonathan Barré en solo à la conception. Si les deux visages du Palmashow se retrouvent au casting, il s’agit d’une première excursion de mise en scène pour Barré, qui signe avec Laurent Vayriot le scénario d’une savoureuse comédie dont la singularité de la proposition fait un grand bien dans le paysage comique français. Bonne Conduite place son action en Bretagne, alors que Pauline Cloarec se remet de la perte de l’amour de sa vie dans un tragique accident. Alors qu’elle anime des stages de récupération de points dans des atelier de code de la route le jour, Pauline revêt une cagoule et sort de son garage sa voiture de sport la nuit pour traquer les mauvais conducteurs et les assassiner. Après un accrochage pendant une de ses chasses qui recentre l’enquête de la police locale sur ses stages de formation, Pauline tente de trouver le moyen de couvrir les pistes tout en gardant un œil sur la vengeance qu’elle fomente à l’encontre de l’homme qui a détruit sa vie.



De son postulat en forme de thriller vengeur, Barré tire une comédie délicieusement noire qui déjoue le piège de la violence graphique en gardant un aspect volontairement tout public. Centrant son récit sur la situation de son personnage principal d’un côté (géniale Laure Calamy), puis du duo de flics qui la traquent (David Marsais en inspecteur local, Grégoire Ludig en nouvelle recrue tout fraîchement débarquée à l’accent sudiste à couper au couteau), Bonne Conduite prend la forme d’un polar léger mais toujours très premier degré dans son déroulé qui justifie avec un humour caustique une pelletée de séquences tantôt absurdes tantôt malines qui se plaisent à jouer avec les codes du film policier (le duo de flics se plait à se sortir des phrases clichées de baroudeurs façon «  Là, on avance  » en citant Usual Suspects à tout bout de champ). Accompagné par une musique électronique et une photographie qui remanie les classiques avec beaucoup de justesse (on retrouve le talent de Barré pour la conception d’images qui parsème son travail au sein du Palmashow), Bonne Conduite est une aventure décidément barrée (sans mauvais jeu de mot), une comédie absurde qui ressemble à s’y méprendre à ce qu’on imagine être un film de David Fincher sur le trafic de drogue dans la campagne bretonne.



Laure Calamy emballe le récit de son talent, notamment avec une gestion impeccable de la nervosité de son personnage et de l’accent comique attribué à son rôle (la scène où elle tente de faire disparaître sa Subaru dans le lac est un vrai régal). Le duo Ludig/Marsais, fidèle à lui-même, fait le café en offrant à l’image ces deux types qui enchaînent les découvertes d’indices mais parviennent toujours à manquer l’élément crucial à leur enquête lorsqu’ils arrivent devant. Tchéky Karyo campe de son côté l’antagoniste du film, un homme d’affaire local manipulateur et cruel ramenant un poids de circonstance dans l’intrigue. On retrouve également les talentueux Sixtine Aupetit, Thomas VDB et David Salles aux côtés d’une myriade de petits rôles qui permet à une poignée de personnalités de la télé et d’Internet de passer une tête (Julien Pestel et Marion Creusvaux, Adrien Ménielle, Ragnar le Breton, Alex Ramirès et quelques autres).



S’il s’essouffle un peu en perdant de son rythme et de sa subtilité à quelques instants, Bonne Conduite apparaît tout de même comme une agréable comédie noire, dosée avec ingéniosité et débordant d’amour pour le film policier et pour la Bretagne, donnant à ses comédiens un bac à sable bien soigné. Une tueuse en série bretonne face à un magnat de la drogue face à un duo de flics à la recherche d’un certain  » Kayzer Söze « , c’est le programme du nouveau film de Jonathan Barré. Mission remplie pour ce Bonne Conduite qui – même s’il manque parfois l’occasion de passer à la vitesse supérieure – satisfait en tout point le spectateur venu chercher une comédie maline, tendue et absurde naviguant à la frontière du polar pour mieux rire avec ses personnages. Avec la géniale Laure Calamy en pilote, le film tient la route du début à la fin, pour notre plus grand plaisir.

Titre original: BONNE CONDUITE

Réalisé par: Jonathan Barré

Casting : Laure Calamy, Tchéky Karyo, David Marsais, Grégoire Ludig…

Genre:  Comédie

Sortie le: 29 mars 2023

Distribué par : Pan Distribution

TRÈS BIEN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s