Critiques Cinéma

TRUE ROMANCE (Critique)

SYNOPSIS: Le jour de son anniversaire, Clarence Worley rencontre la splendide Alabama dans un cinéma miteux. Coup de foudre immédiat. Après une nuit d’amour, Alabama avoue a Clarence qu’elle a été en fait engagée par le patron de Clarence comme cadeau d’anniversaire. De là va commencer une folle aventure. 

En 1987, Roger Avary écrit un scénario initial d’environ 50 pages, intitulé The Open Road, et son colocataire de l’époque, un certain Quentin Tarantino lui demande alors de retravailler le scénario. Il fera environ 500 pages, réunissant des parties que l’on retrouvera plus tard dans Tueurs-Nés, Reservoir Dogs et Pulp fiction. Afin de financer son premier film, Tarantino décide de vendre la partie principale qui servira de scénario pour True Romance. Deux ans après avoir réalisé Le dernier samaritain, Tony Scott se lance dans ce projet, il décide de ne (presque) rien modifier au scénario qu’il trouve excellent, même si plus tard et ce contre l’avis de Tarantino, il changera la fin de l’histoire. Le film nous raconte l’histoire de Clarence Worley (Christian Slater), un vendeur de BD un peu paumé, fan d’art martiaux et d’Elvis Presley, qui pour l’occasion de son anniversaire, s’offre une soirée cinéma avec une trilogie de Sonny Chiba. Il va alors rencontrer Alabama Whitman (Patricia Arquette), qui n’est autre qu’une call girl engagée par son patron pour la soirée. Mais malgré cela, le coup de foudre aura bel et bien lieu, et ils décident de se marier dès le lendemain. C’est alors le coup d’envoi d’une véritable aventure pour nos deux héros, ou plutôt d’une épopée sanglante. Ils vont s’engager dans une course contre-la-montre pour obtenir la liberté d’Alabama et prendre la fuite. En cours de route, ils se retrouvent aux prises avec des proxénètes violents, des patrons de la mafia, des cadres hollywoodiens sordides et 5 millions de dollars de cocaïne douce, juteuse et non coupée. Un cocktail jouissif.



Côté coulisses, nous avons la situation étrange, en voyant le film et en l’analysant un peu, que le crédit d’écriture du film est plus remarquable que le crédit de réalisation. En effet bien que le travail de Tony Scott soit excellent, on ne peut s’empêcher d’observer attentivement le scénario et force est de constater, que la patte de Tarantino est indéniable. On y retrouve une marchandise connue, sa violence fétichisée, les jets d’hémoglobines et les dialogues énervés qui sont un peu devenus sa carte de visite. Côté distribution le film frappe fort, très fort sur les seconds rôles, et ce, malgré un temps d’écran minimal par rapport à la distribution principale, ils sont tous comme des aimants attirant vos yeux vers eux, pour notre plus grand plaisir.

On retrouve Gary Oldman, visage marqué, qui joue un proxénète rasta avec une voix bizarre et un œil de verre. Christopher Walken qui incarne un patron du crime mafieux qui n’a pas peur de faire le sale boulot. Brad Pitt en colocataire complétement drogué et même Val Kilmer, que le réalisateur a dirigé dans le cultissime Top Gun qui fait une apparition, et pas n’importe laquelle, puisqu’il incarne rien moins que le King, Elvis Presley, et qui apparait dans en arrière-plan pour quelques scènes en tant que confident et « guide » de Christian Slater, lui dispensant des conseils provenant du fond du cœur. Leurs grands monologues pleins de vibrations sont passionnants et captivants, comme celui entre Christopher Walken et Dennis Hopper qui s’engagent dans un échange particulier surnommé « la scène sicilienne », qui pourrait facilement exister dans n’importe quel autre film de Tarantino et qui figure parmi les scènes les plus mémorables du film.



Seuls quelques moments de romance permettent au film de calmer un peu ce rythme effréné, on navigue pendant tout le film entre des conversations un peu hors sujet sur la culture pop, et des affrontements mexicains. Le film a la capacité de nous faire passer de la cinéphilie sur les arts martiaux à une confrontation entre producteurs hollywoodiens tordus. L’énergie et le style sont exaltants. Tony Scott nous offre une œuvre énergique mêlant romance, violence et course poursuite. Tous les ingrédients sont réunis pour faire passer un excellent moment devant ce road trip sanglant.

Titre original: TRUE ROMANCE

Réalisé par : Tony Scott

Casting: Christian Slater, Patricia Arquette, Dennis Hopper …

Genre: Action, Romance

Sortie le:  03 Novembre 1993

Distribué par : Metropolitan FilmExport

EXCELLENT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s