Critiques

FRIENDS (Critique Série) They will be there for us…

SYNOPSIS: Les péripéties de 6 jeunes newyorkais liés par une profonde amitié. Entre amour, travail, famille, ils partagent leurs bonheurs et leurs soucis au Central Perk, leur café favori…

I’ll Be There For You des Rembrandts démarre, pas un humain normalement constitué pour ne pas l’associer immédiatement à Friends, LA série parmi les séries, créée par Marta Kauffman et David Crane, qui a marqué toute une génération. I’ll Be There For You avec un titre qui dit tout de ce que les ami-e-s peuvent être les un-e-s pour les autres. Friends, c’est un peu la famille que l’on aurait choisie. Les scènes se déroulent principalement en intérieur, entre les deux apparts qui se font face ou au Central Perk et l’action se déroule à New York, mais est filmée à Burbank en Californie. Quand les décors extérieurs nous sont montrés pour bien nous faire comprendre que nous sommes soi-disant au cœur de la grosse pomme, il n’est pas rare dans Friends de voir les deux tours du World Trade Center. C’est aussi une série d’avant ce trauma planétaire…  Première diffusion sur NBC le 22 Septembre 1994, avec le bonus pour toute une génération d’avoir à peu près le même âge à la sortie de la série que les 6 amis. Le processus identificatoire tourne à plein. On est tous un peu le 7ème pote de la bande, composée par Phoebe Buffay (Lisa Kudrow), Monica Geller (Courteney Cox), Rachel Green (Jennifer Aniston), Chandler Bing (Matthew Perry), Joey Tribbiani (Matt LeBlanc), Ross Geller (David Schwimmer) pour une sitcom qui va progressivement devenir un monument de la pop culture des années 90. Avec notamment ces ineffables truismes. Les « Ça va toi ? » de Joey, qui les rendent toutes folles. Le sommet de la carrière trop incomprise de chanteuse de Phoebe avec Tu pues le chat (Smelly cat) qui deviendra un clip complètement anthologique dans l’épisode 17 de la saison 2. Le « Mon sandwiiiichhhhhhhh « de Ross (Épisode 9 saison 5) à son patron, Donald, qui fera même fuir les oiseaux… Dans la même idée, toujours de Ross, le « Enlèves tes pattes de ma sœur » (épisode 14 de la saison 5), où au-delà de découvrir pour Monica et Chandler, comme pour le sandwich, il va passer pour un psychopathe devant son boss !! Il y a Janice (Maggie Wheeler) et ses « Oh, Mon Dieuuuuuu« , et Gunther (James Michael Tyler) et son amour fou et impossible pour Rachel, le monde, son monde tourne autour d’elle et fait l’objet de runnings gags souvent savoureux… Et puis, il y a cet épisode 13 de la saison 10 Celui qui baragouinait, ou pour l’aider pour une audition, Phoebe entreprend d’apprendre à parler Français à Joey… Et cette incroyable capacité de Joey à répéter des phrases tellement éloignées de leur véritable phonétique.

Phoebe : Répète après moi : Je m’appelle Claude.

Joey : Je te coup Plaw.

Phoebe (interpelée) : Essayons à nouveau : Je m’appelle Claude.

Joey (très sûr de lui) : Je te pli blu

Phoebe (un peu agacée) : Ce n’est pas tout à fait ce que j’ai dis. Essayons encore. Écoute bien (en articulant à fond) : Je m’appelle Claude.

Joey : Je te flup fli

Phoebe : Oh mon dieu !!

Joey : Oh de fuf !!

Alors qu’en vrai, Matt Le Blanc parle plutôt bien français !!

A la fin de ce même épisode, comme en bouquet final, Joey qui veut prouver à Phoebe qu’il peut boire 4 litres de lait en moins de 10 secondes dans une scène inoubliable, qu’il est impossible de voir autrement qu’en VOSTFR pour profiter de l’accent anglais quand Phoebe et Joey parlent Français.



Le fameux gâteau inbouffable de Rachel, Un diplomate, mais avec du bœuf sauté, des petits pois et des oignons… (épisode 9 de la saison 6). Immangeable sauf pour Joey bien sûr, car pour lui la bouffe c’est la vie… C’est aussi à cette image, leur sens inné de la solidarité et du soutien des un-e-e et des autres, quand il se fadent entre autres les conférences paléontologiques soporifiques de Ross ou les pièces de théâtre parfois un peu lunaires et improbables de Joey. Friends, regardée massivement par toute une génération qui va devenir complètement accroc, notamment de cette incroyable histoire éternelle et tellement empathique entre Ross et Rachel. Leur chanson With ou without you (1987) de U2, n’aura jamais aussi bien porté son nom… Dur d’être ensemble, mais impossible d’être séparés. La ritournelle bien connue de la fuite, des lettres de 18 pages… Recto-Verso (épisode 1 saison 4), LA phrase de Ross : « Mais on avait rompu !!!« . Mais toujours avec une profondeur absolue du sentiment amoureux et comme disait Phoebe, dans le marquant épisode 14 de la saison 2 (Celui qui a failli aller au bal de promo) et qui a toujours LE bon mot au bon moment, après s’être rendu compte que lycéens, Rachel avait mis un terrible vent à Ross, Phoebe dira aux autres : « Vous voyez, c’est son homard !!! ». Ross et Rachel, le couple est devenu iconique, anthologique aussi, car en fonction, c’est un peu, beaucoup, passionnément chacun d’entre nous…



Friends, c’est aussi Les maniaqueries quasi psychotiques de Monica, qui ne peut pas faire autrement que de faire le ménage dès que possible. Cet épisode 11 de la saison 10 où en surpoids, plus jeune, elle mène une danse endiablée inoubliable. Derrière ces ressorts comiques, sans psychanalyse de comptoir du Central Perk, c’est aussi la relation assez délétère à ses parents, clairement rejetée par rapport à son frère Ross, qui vient expliquer cette compensation alimentaire. Monica n’est pas toujours celle qui nous fait le plus marrer, mais elle rassemble, elle fédère, elle est centrale, c’est un peu la maman… Et elle mènera une autre formidable danse avec Ross dans l’épisode 10 de la saison 6 avec « La routine ». On trouvera bien sûr quelques inégalités dans les saisons, c’est inévitable. Comique de mots, de mimes (la façon d’être grossiers entre Monica et Ross) et bien sûr comique de situation, parfois très proche du vaudeville. Il fallait en moyenne 5 jours pour tourner un épisode. 50 pays ont acheté les droits de Friends qui compte 236 épisodes. Lors des deux dernières saisons, c’était un cachet de 1 million pour un épisode par acteur. 1 million pour 22 minutes. Le chiffre peut évidemment choquer, mais les acteurs ont eu le mérite de porter une lutte collective en réclamant que tout le monde ait la même chose…



Friends, c’est ce gros processus identificatoire, avec 6 personnalités autant décryptées de près. Et c’est en même temps la chaleur de l’intime. Une forme de bienveillance constante, qui nous rassure, nous cajole, nous réconforte, et qui nous rend Friends complètement indispensable. Une des rares séries qu’il est totalement planant de faire découvrir à ses propres enfants, car Friends a cette intelligence d’écriture et ce permanent souci amical et finalement très fraternel du sens de l’autre. C’est une belle transmission, un partage constant. C’est empathique et puissamment positif. Friends c’est le copain de moi comme se le disent le duo de super potes, Chandler et Joey. C’est la solidité, l’inamovibilité de leur lien, c’est de l’humanisme et de la générosité, c’est une vie un peu rêvée, on a un peu tous voulu être en coloc avec ses potes en regardant cette série filiale et universelle. Multirediffusée, la série aux 56 récompenses et 153 nominations, c’est plus d’une douzaine de chaînes en France qui s’y collent, et encore régulièrement.



Friends, c’est aussi, à mesure de son succès la présence de certains guests, très très guests : rien de moins par exemple que Robin Williams, Bruce Willis, George Clooney, Noah Wyle, Brad Pitt, Jean-Claude Van Damme, Helen Hunt, Hugh Laurie, Charlie Sheen, Sean Penn, Christina Applegate, Charlton Heston, Ben Stiller, Julia Roberts, Reese Witherspoon etc etc etc… Il y aura cette fameuse émission des retrouvailles, diffusé’ le 27 Mai 2021 aux USA et un mois après chez nous. Elle aura sans doute été plus attendue que réussie. James Corden aura animé un show pas toujours très spontané, sauf justement quand les 6 sont entre eux, et dans le décor, où il semble exister émotion et partage entre les acteurs. Mais pour conclure, revenons plutôt sur la dernière minute du 236ème et dernier épisode, avec cette musique, cette guitare, ces 6 jeux de clés posés sur le meuble, l’appartement vide, la dernière vanne de Chandler…. Mais, mais…. On pleure avec eux… Une émotion extrêmement palpable. Ce n’est pas anodin. Il émane de ce dernier moment une magie, une poésie, la fin d’un monde mais aussi le début d’autre chose. On est tristes mais heureux quand même, on est en vie, on regarde Friends.

Crédits : NBC

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s