Critiques Cinéma

LES UNS ET LES AUTRES (Critique)

SYNOPSIS: De 1936 à nos jours, quatre familles, de nationalités différentes mais partageant une même passion pour la musique, voient leurs destins marqués par la Seconde Guerre mondiale. 

« C’est un film sur ma mémoire. C’était un film sur les années que j’avais vécues, avant la guerre, pendant la guerre et après la guerre. C’est un film sur ma famille à la fois juive et catholique et c’est un film sur l’histoire du monde telle que moi je l’avais digérée, telle que moi je l’avais reçue en tant que témoin puisque j’ai vécu toute cette période enfant et adulte. Donc j’avais envie de faire un film sur ma mémoire, sur ces hommes et ces femmes que j’avais eu la chance de rencontrer, sur ces histoires qui sont toutes vraies. C’était un film très très important pour moi parce que la mémoire c’est comme la culture, c’est ce qui reste quand on a tout oublié. Donc ça a été un film important, un virage et puis j’avais envie de faire un grand film musical puisque la musique c’est ce qui parle le mieux à notre part d’irrationnel et j’avais envie de réunir trois immenses musiciens : Francis Lai, Michel Legrand et Ravel et que si j’y arrivais on allait faire une symphonie… J’avais envie que ce soit un film très musical qui soit construit comme un opéra. J’avais beaucoup d’ambitions qui ont plus ou moins abouties en tous les cas ça a été un immense succès. »1. Voici résumé en 2022 par Claude Lelouch dans nos colonnes l’aventure de ce film hors normes qui constituait un virage important dans une carrière pourtant déjà bien pourvue à l’entrée des années 80. Un film atypique, plein de joies et de douleurs, une grande fresque chorale sur l’amour, la famille et la mémoire comme le metteur en scène se plaira à essayer de refaire par la suite avec les mêmes ingrédients mais sans vraiment parvenir à retrouver ce petit supplément d’âme qui fait de Les Uns et les Autres, un film incroyable et à nul autre pareil. Avec Robert et Robert et A nous deux, Claude Lelouch avait conclu sa décennie 70 avec une jolie comédie et un drame qui ne fut pas accueilli très chaleureusement. Aussi,, lorsqu’il entreprend Les Uns et les Autres qui est un projet d’une ambition et d’une ampleur phénoménale, Lelouch se sait  attendu au tournant comme toujours mais aussi comme rarement. Pour raconter en France, en Allemagne, en Russie et aux Etats-Unis la vie de 4 familles dont « tous les personnages ont des problèmes de survie ».2, le réalisateur a fait ce qu’il sait faire de mieux. Des images. Des images et de la musique mélangées ensemble qui fixent sur l’écran une symphonie étonnante, émouvante et populaire, avec une économie de dialogues superflus. Les Uns et les Autres, c’est du grand cinéma et pour en arriver là, il fallut pas moins de six mois de tournage en France et aux Etats-Unis sans compter des plans filmés fin 1979 au Cambodge lors de l’arrivée d’un convoi de la Croix rouge et de l’UNICEF rempli de riz qui furent montés pour Il a besoin, un court métrage projeté en complément de programme du film (et qui constituaient l’épilogue de la version télévisée de cinq heures).

C’est un tournage épique qui se profile et qui débute par deux morceaux de choix. Le 21 juillet 1980, aux Folies Bergère à Paris a lieu le premier jour de tournage du film en équipe complète. Des centaines de figurants en tenue de soirée pour des numéros chantés et dansés et dans l’orchestre se trouvent Robert Hossein au piano et Nicole Garcia au violon. Huit jours plus tard au Trocadéro, plus de 1000 figurants, un orchestre de 100 musiciens, les interprètes principaux et la troupe de Maurice Béjart sont notamment réunis pour tourner le final du film. En Octobre ce sont les USA que l’équipe découvre et plus particulièrement New York puis Greenwich Village pour des séquences avec James Caan et Géraldine Chaplin. Le 21 janvier de l’année suivante c’est la bataille de Stalingrad qui est reconstituée en France avant que le tournage ne s’achève à Paris, près des locaux des Films 13, la société de Claude Lelouch. Pour magnifier ces images spectaculaires qui composent son film, Lelouch savait d’emblée que la musique allait relier les différents récits qui s’enchevêtrent dans le scénario. En faisant appel à son fidèle compositeur Francis Lai et au génial Michel Legrand, Claude Lelouch s’entoure de valeurs sures pour ce qui va constituer le cœur de son film. Un travail que les deux musiciens se sont partagés: « Francis a composé ses thèmes et les a donnés à Michel, qui a assuré la direction musicale de l’ensemble. J’ai découpé entièrement le film sur la musique…  L’enregistrement du Boléro a été un moment sublime. Ensuite nous sommes partis aux Etats-Unis mettre en boite les musiques américaines… Une fois la bande musicale en place, j’ai construit le film. J’avais tout le déroulé en tête, que j’ai donné à Michel. J’ai donc écouté mon film avant de le voir et j’ai réalisé l’importance du Boléro… Les Uns et les Autres n’est pas une comédie musicale, mais un film musical. Une fois la musique calée, j’ai écrit les dialogues… »3.

Pour le casting, Lelouch s’offre une distribution XXL où se mêlent les interprètes chevronnés et les jeunes pousses en devenir. Barbra Sreisand est même envisagée avant qu’elle ne demande via ses agents un cachet exorbitant. Devant la caméra de Lelouch, on retrouve Robert Hossein, Nicole Garcia, Geraldine Chaplin, James Caan, Daniel Olbrychski, Macha Méril, Jorge Donn, Rita Poelvoorde, Jean-Claude Bouttier, Évelyne Bouix, Paul Préboist, Marthe Villalonga, Fanny Ardant, Éva Darlan, Jacques Villeret, Richard Bohringer, Francis Huster, Raymond Pellegrin, Jean-Claude Brialy, Nicole Croisille, Jean-Pierre Kalfon, Manuel Gélin et même la toute jeune Sharon Stone dans l’un de ses tous premiers rôles. Le film d’une durée de plus de trois heures est impressionnant techniquement (un plan séquence d’anthologie et un travelling vertical éblouissant dans un escalier sont notamment des pièces maitresse du film) et charrie des émotions fortes à même de toucher toutes le plus large public. La narration est sophistiquée mais suffisamment claire pour ne pas totalement perdre le spectateur dans les sauts de génération orchestrés par le metteur en scène. Nicole Garcia et Évelyne Bouix notamment livrent des compositions profondes et leurs partenaires sont tour à tour intenses et impliqués. Quant à la musique c’est un véritable festival entre tube incontournable (Un parfum de fin du monde interprété par Jean-Pierre Savelli) et chef-d’œuvre infini (Le Boléro de Ravel) qui vient rythmé tout le film et tout particulièrement le climax final de près de vingt minutes absolument fantastique. Au milieu de tout cela, la danse qui confère un supplément de lyrisme à une œuvre qui en regorge déjà.

Claude Lelouch fait un cinéma clivant, c’est entendu, mais avec Les Uns et les Autres il réussit un des morceaux de choix de sa filmographie, l’un de ses films les plus populaires et les plus sensoriels. Mixant les images et la musique comme personne, il est un peu comme un DJ qui donne du sens à ses images par les sons qu’il leur adjoint. Présenté en compétition au Festival de Cannes où il est plutôt bien accueilli par le public, le film est en revanche descendu en flammes par la presse et ne figure pas au palmarès. Mais grâce au bouche à oreille il totalisera plus de 900000 entrées sur Paris avant de faire le tour du monde et de connaitre un énorme succès. Les Uns et les Autres c’est un peu la quintessence du cinéma de Claude Lelouch et un bonheur permanent de plus de trois heures qui nous fait voyager et vibrer au travers des destinées de ceux qui, quelque part, nous ressemblent et nous rassemblent.

1-Entretien avec l’auteur

2-In Première 51 Juin 1981

3- In Claude Lelouch, Mode d’Emploi de Jean Olle-Laprune et Yves Alion Editions Calmann-Levy

 

 

Titre Original: LES UNS ET LES AUTRES

Réalisé par: Claude Lelouch

Casting : Robert Hossein, Nicole Garcia, Géraldine Chaplin,  James Caan…

Genre: Drame, Musical

Sortie le:  27 Mai 1981

Distribué par: Parafrance

CHEF-D’ŒUVRE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s