Critiques Cinéma

DANS LES YEUX DE THOMAS PESQUET ET AUTRES AVENTURES SPATIALES (Critique)

SYNOPSIS: Revivez aux côtés de Thomas Pesquet 6 mois de mission en apesanteur à 400 km d’altitude, depuis la préparation au centre d’entraînement de la NASA à Houston jusqu’aux sorties extravéhiculaires dans le vide cosmique. En complément du film, 5 courts-métrages sur l’espace sont proposés.

En complément du film, 5 courts-métrages sur l’espace sont proposés pour un programme d’une durée moyenne d’1h :

– Johnny Express de Woo Kyungmin (5’20)
– Voyage dans la lune de Georges Méliès (12’46)
– Dans les yeux de Thomas Pesquet de Jürgen Hansen et Pierre-Emmanuel Le Goff (25’54)
– Le Goût framboise de David Noblet (17’06)
– Gagarine de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh (15’30)
– Sidéral de Carlos Segundo (15’19)

« D’une certaine façon, ce documentaire, c’était une manière d’amener tout le monde avec moi ». Ces mots de Thomas Pesquet résument pleinement l’aventure cinématographique d’une furieuse beauté et d’une intense générosité de ce film documentaire. Marion Cotillard, d’une voix très élégante et passionnée nous amène dans ce voyage à 28 000 kilomètres par heure, pour une mission de 6 mois en apesanteur, à 40 kilomètres d’altitude. Du début à la fin, existe dans ce documentaire une forme de magie. A partir du moment où Thomas Pesquet décroche son téléphone, car en fait, quand on va dans l’espace, tout commence par un coup de fil… Comme quand, étudiant, on vous appelle pour aller bosser au Mc Do. Suivent les images de l’entraînement, dont la rigueur est digne de celle d’un sportif de haut niveau, avec une photographie déjà sublime et spectaculaire… On se dit que quand on sera là-haut avec lui…. En parallèle, se prépare la fusée, qui avec ses 300 tonnes d’acier se fait belle et rutilante pour le grand voyage. Le doc va très vite, il est haletant, ne se perd par en conjectures ou en enfilades métaphoriques, car au bout de simplement 7 minutes, nous décollons vers l’espace telle une étoile de feu. Il est 02H20 du matin heure locale, en ce 17 Novembre 2016, et après 52 heures folles, le Soyouz arrive à la station spéciale internationale. Les premières images de l’espace, de la terre vue de cette immensité, sont envoutantes et grandioses. C’est tout simplement une contemplation merveilleuse et onirique. On se dit que sa fille de 6 ans, comme son papy de 70 vont adorer tous les deux. C’est intemporel et intergénérationnel car il est ici question de l’universalité de l’accomplissement d’une ultime utopie depuis que l’homme est l’homme.



Une fois bien installés avec Thomas et ses 2 potes, l’une américaine et l’autre russe, nous sommes dans un gigantesque laboratoire de 100 mètres de long sur 74 de large, qui à lui seul est une œuvre d’une complexité infinie. Au cas où on croise du monde dans l’espace, autant faire bonne figure !! On y fait de la recherche, entre autres sur les muscles, la neurologie, le cœur ; On entretient sa forme physique, mais aussi de la culture de salade en apesanteur comme Peggy Whitson, la camarade US, qui arbore le sourire bienveillant et entourant d’une jeune mamie gâteau. C’est un peu la mamie salade de l’espace !! On y joue aussi du saxo jazzy, vu que le mélomane Thomas a reçu son instrument fétiche en cadeau d’annif, venu pour l’occasion en cargo ravitailleur !! Et quelle vue… « On ressent le monde dans sa globalité, on le sait déjà avant, mais là-haut, on le ressent » nous dit Thomas. Ce qui est aussi terriblement sidérant est à quel point, de la station, on voit la déforestation, les coupes dans la forêt Amazonie, et toute la déliquescence, la déchéance de l’activité humaine, qui est en train de fragiliser et de tuer à petits feux pleinement et sciemment son habitat naturel… Dans les yeux de Thomas Pesquet est également une ode environnementale, en nous ramenant certes à notre condition de simple mortel, mais surtout à celle d’un locataire irresponsable…



Puis vient le clou du spectacle… La première mission de sortie de la station… D’ailleurs, les premières images se font dans le silence… Elles sont à couper le souffle, les mots ne suffisent plus. «  En mission de sortie, on devient soi-même un vaisseau spatial  » raconte Thomas. C’est une épreuve physique incroyable entre le poids de la combinaison, telle une armure, qui est aussi la protection de survie, la température, le risque fou de décrocher… C’est aussi le cœur battant du doc, le plus fort, car on est à ce moment-là véritablement dans l’espace. A noter que le documentaire s’accompagne par ailleurs dans sa version intégrale de 5 courts métrages aussi variés que passionnants, dans ce qu’ils racontent de notre rapport à l’espace.



Existe également tout un dispositif, très didactique avec au libre choix des salles de cinéma, des expériences de réalité virtuelle pour accentuer d’autant plus l’effet immersif. Également un dossier pédagogique (rédigé entre autres par le CNES) à destination des enseignants qui auraient la bonne idée d’y amener leurs élèves. Mais aussi l’organisation de séances avec « partage d’écran » dans toute la France depuis le Cinéville de Vannes, en présence d’astronautes et spécialistes de l’histoire de la conquête spatiale ou du cinéma de science-fiction, pour créer de l’interactivité autour du programme. Et encore, la diffusions du film à l’hôpital pour enfants de Berck. Et enfin, un ciné-concert au Festival «  Jazz en Ville  »de Vannes en juillet, puis en tournée. Bref, un ensemble d’excellentes raisons d’aller vous offrir une tranche étoilée de rêves infinis dans votre cinéma préféré, c’est du rêve en barres, c’est l’infini à quelques mètres de chez vous…

Titre original: DANS LES YEUX DE THOMAS PESQUET ET AUTRES AVENTURES SPATIALES

Réalisé par: Voir en début d’article.

Casting: Thomas Pesquet …

Genre:  Documentaire

Sortie le: 27 avril 2022

Distribué par : La Vingt-Cinquième Heure

4,5 STARS TOP NIVEAU

TOP NIVEAU

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s