Critiques Cinéma

UN TALENT EN OR MASSIF (Critique)

SYNOPSIS: Nicolas Cage est maintenant un acteur endetté qui attend le grand rôle qui relancera sa carrière. Pour rembourser une partie de ses dettes, son agent lui propose de se rendre à l’anniversaire d’un dangereux milliardaire qui se révèle être son plus grand fan. Mais le séjour prend une toute autre tournure, lorsque la CIA le contacte, lui demandant d’enquêter sur les activités criminelles de son hôte. Nicolas Cage va devoir jouer le rôle de sa vie et prouver qu’il est à la hauteur de sa propre légende.

La comédie metatextuelle sur le cinéma où des acteurs jouent des versions fantasmées d’eux-mêmes est un sous-genre qui compte de nombreuses perles au premier rang desquelles on trouve par exemple Grosse Fatigue de Michel Blanc. Peu d’acteurs semblent aussi bien taillés pour l’exercice que Nicolas Cage dont les performances  exagérées et flamboyantes, l’excentricité du mode de vie, les légendes qui l’entourent et une carrière qui oscille entre les films d’auteurs pointus, les blockbusters les plus exubérants des années 90 et depuis une dizaine d’années l’empilement de rôles dans des Direct To Video improbables. Cage exprime depuis longtemps la volonté à travers ses interviews de faire savoir au public qu’il comprend parfaitement le culte qui l’entoure et son ironie. De peur qu’il n’y ait le moindre doute, il produit et joue donc dans ce long métrage où il incarne un Nick Cage acteur épuisé et endetté avec une ex-femme nommée Olivia (Sharon Horgan), une maquilleuse rencontrée sur le tournage de « Capitaine Corelli« , et une fille adolescente prénommée Addy (Lily Mo Sheen), avec qui il a du mal a communiquer( le vrai Cage a deux fils et quatre ex-femmes). Après avoir perdu un rôle convoité au point d’auditionner dans les abords d’un hôtel auprès d’un réalisateur en vue (David Gordon Green véritable réalisateur qui a dirigé Cage dans Joe) il se résout à accepter l’offre de son agent Richard Fink (Neil Patrick Harris totalement cynique) de faire pour un million de dollars une apparition à la fête d’anniversaire d’un millionnaire espagnol  Javi Gutierrez (Pedro Pascal) qui lui voue un véritable culte. Curieusement les deux hommes se lient immédiatement d’amitié, la passion débordante de Javi pour les  films de Cage et pour son personnage plus grand que nature, alimente le  narcissisme du comédien. Mais bientôt des agents de la CIA Vivian (Tiffany Haddish) et Martin (Ike Barinholtz) prennent contact avec Cage et lui apprennent qu’ils soupçonnent Javi d’être un dangereux trafiquant d’armes international qui a kidnappé la fille du président catalan, Maria (Katrin Vankova), pour manipuler une élection à venir. ils recrutent l’acteur pour les aider à faire tomber son nouvel ami.

De par sa conception on sent que le réalisateur-coscénariste Tom Gormican aspire à faire de son film un film culte en puisant dans le culte de la personnalité qui enveloppe son acteur principal. Mais son film se repose trop sur la connaissance préalable de cette légende pour fonctionner à part entière. Bien que Nick soit une version fictive, il partage la même filmographie que le vrai Cage dans lequel Un Talent en Or Massif  puise allègrement ses références. Les Ailes de l’Enfer,  Rock et Volte Face sont évoqués comme des films plus obscurs Un ange gardien pour Tess des répliques cultes reprises (« Pas les abeilles! » du remake de The Wicker Man) et des scènes célèbres comme celle de Leaving Las Vegas reconstituées pour rire. Ces références constantes sont faites avec une grande affection jamais de manière mesquine ou cynique. Le titre original du film se traduit par Le Poids insupportable D’un Talent Massif et même si les spectateurs comprennent les clins d’œil qu’empilent Gormican et le coscénariste Kevin Etten le film fini par s’embourber sous l’action de son propre poids insupportable. Le premier acte du film est efficace avec l’addition de Nicky démon intérieur imprévisible de Cage qui prend la forme du Cage rebelle des années 80 époque Sailor et Lula (et que le comédien incarne par la magie du rajeunissement numérique) qui a une mauvaise influence sur la version de Nicolas Cage que l’on voit dans le film. L’enthousiasme  commence à décliner  à mesure que le film progresse, le fan-service et les clins d’œil  ne suffisent pas à se substituer à un récit solide qui sert un propos, de la même manière qu’un best-of ne remplacera jamais un album original. L’intrigue d’espionnage apparait comme une  béquille pour introduire un conflit dans l’amitié naissante de Nic et Javi elle emprunte de nombreuses séquences  déjà vues dans des comédies d’espionnage en mieux. Voir Nicolas Cage faire l’espion peut sembler drôle mais les scénaristes restent dans des paramètres raisonnables n’allant jamais aussi loin dans le délire que certains films de Cage qu’ils aiment citer. Cette autolimitation dans l’imagination et l’humour pèse sur le film.

A l’image des décors naturels croates censés représenter les lieux de villégiatures des ultra-riches mais qui  n’apparaissent ni assez exotiques ni assez spectaculaires la facture du film est en-deçà de celles de films de studios plus prestigieux et  ressemble à celle des films de VOD qu’écume Cage depuis des années que la mise en images de Gormican ne parvient jamais à transcender. A l’exception d’un plan mémorable dans lequel le reflet de Cage dans une vitrine se confond avec la figure de cire à son effigie dans  Volte Face , la mise en scène de  Gormican est peu mémorable. Cette limite technique se ressent dans des scènes d’action qui  n’ont pas non plus l’envergure nécessaire même dans le cadre d’une parodie. Elles sont aussi maladroitement montées qu’elles sont filmées. Gormican n’a pas d’expérience préalable dans la mise en scène de l’action et cela se ressent  en particulier dans un final  où il multiplie les  gros plans sur les protagonistes d’un gunfight annihilant toute compréhension de la géographie de l’action. Une séquence précédent de peu le final montre des armes emblématiques du répertoire de Cage laissant entendre qu’elles seraient utilisées par la suite , hélas  peut-être pour des questions de droits , ce n’est pas le cas.

Évidemment Nicolas Cage est l’atout majeur d’Un talent en Or massif ,il s’amuse avec ce matériau et livre une performance calibrée et réfléchie composant à partir des  échos de sa légende un personnage fictif dans lequel il cache de vrais morceaux de sa personnalité. Il revisite ses rôles marquants  de la manière la plus amusante et la plus « Cage-ienne » possible. Il trouve un partenaire parfait en Pedro Pascal qui semble saisir cette occasion comme une opportunité pour montrer son admiration pour l’acteur nourrissant son personnage de fanboy avec sa vulnérabilité et sa nature étourdie. Sans les délicieuses performances de Nicolas Cage et Pedro Pascal et leur entente sincère Un Talent en or Massif aurait été médiocre. En l’état reste  une aventure divertissante avec suffisamment de moments pour amuser les fans de l’acteur dont nous sommes.

 

Titre Original: THE UNBEARABLE WEIGHT OF MASSIVE TALENT

Réalisé par: Tom Gormican

Casting : Nicolas Cage , Pedro Pascal , Tiffany Haddish …

Genre: Action , Comédie , Thriller

Sortie le:  20 Avril  2022

Distribué par: Metropolitan Filmexport

MOYEN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s