Critiques Cinéma

NIGHTMARE ALLEY (Critique)

SYNOPSIS: Alors qu’il traverse une mauvaise passe, le charismatique Stanton Carlisle débarque dans une foire itinérante et parvient à s’attirer les bonnes grâces d’une voyante, Zeena et de son mari Pete, une ancienne gloire du mentalisme. S’initiant auprès d’eux, il voit là un moyen de décrocher son ticket pour le succès et décide d’utiliser ses nouveaux talents pour arnaquer l’élite de la bonne société new-yorkaise des années 40. Avec la vertueuse et fidèle Molly à ses côtés, Stanton se met à échafauder un plan pour escroquer un homme aussi puissant que dangereux. Il va recevoir l’aide d’une mystérieuse psychiatre qui pourrait bien se révéler la plus redoutable de ses adversaires… 

Son dernier film en date – La Forme de l’Eau – ayant été auréolé de 4 Oscars à la cérémonie de 2018 (dont meilleur film et meilleure réalisation), il est évident que ce Nightmare Alley était particulièrement attendu au tournant. Surtout que Guillermo del Toro met de côté ses habituelles créatures fantastiques qu’il sait traiter à la perfection pour encrer l’histoire de son nouveau film dans l’Amérique réelle des années 40 au cœur d’un film noir éblouissant où les monstres et la magie ne sont pourtant jamais très loin… Nightmare Alley suit Stan Carlisle et son parcours jusqu’à un cirque itinérant de passage dans la région. Se dégotant un job à la mise en place des stands, il fait connaissance avec les « freaks » de ce show, et se découvre un talent pour le maniement des mots et le mentalisme. Alors qu’il tombe sous le charme de Molly, Stan décide de mettre grâce à elle encore plus à profit son don.


Dans son nouveau long-métrage peuplé d’une mystérieuse aura magique cachant de sombres secrets d’autant plus explosifs qu’ils peuvent être fatals, del Toro peint une fresque noire sublime à la délicatesse impressionnante pour conter sa légende gothique. Par la photographie redoutable de Dan Laustsen (déjà à bord de La Forme de l’Eau), le metteur en scène mexicain épaissit son cinéma d’un degré réjouissant de cynisme et de tragédie par cette spirale infernale dans laquelle s’engouffre son protagoniste. Stan, de sympathique apprenti mutique, devient un expert charlatan, maître dans l’art de faire parler les morts. Mais jouer avec la mort a toujours un prix – un prix aussi ironique que possible.


Nightmare Alley est découpé en deux parties narratives distinctes séparées par une ellipse, rendant le récit bicéphale et d’autant plus dense en ce qui concerne les positions du spectateur sur les personnages. Del Toro se plaît à nous manipuler à coup de révélations sur certaines actions ou de retournements de situation tragiques. A nous balader de la sorte dans son tableau d’une richesse et d’une inventivité impressionnante, del Toro sublime son cinéma en le rendant d’autant plus réel. C’est en levant le voile sur les secrets de la magie qu’il la rend encore plus puissante, insufflant une aura fantastique ébouriffante dans les affres de son long-métrage. Les mystères et les mensonges finissent par prendre à leur propre jeu les escrocs qui pensent pouvoir manipuler les autres comme bon leur semble. Profitant d’un casting extraordinaire s’offrant un grandiose Bradley Cooper en tête d’affiche (le film sort d’ailleurs à quelques semaines d’écart de Licorice Pizza où il apparaît également), le metteur en scène ajoute également les majestueux Willem Dafoe, Toni Collette, Ron Perlman et Cate « Femme Fatale » Blanchett aux côtés de la subtile Rooney Mara sur sa toile de fond. En bref, un casting 5 étoiles à en perdre la tête, et ce littéralement.


Nouveau conte fantastique du maître cinématographique de la magie et des monstres, Nightmare Alley est le freak-show de Guillermo del Toro, une expérience à échelle humaine où les trahisons, les secrets et les manipulations peuvent s’enflammer à chaque instant. Stan Carlisle en figure d’Icare volant trop près du soleil, ce film noir à l’esthétique renversante se pose comme l’une des plus belles propositions de ce début d’année, une fable ésotérique qui cache ses cartes dans ses manches pour mieux faire marcher ses illusions. On pourrait terminer cette critique par parler de l’évidente métaphore du 7ème Art que tout cela forme, mais on ne voudrait pas ruiner la magie en vous révélant les secrets des illusionnistes derrière la caméra…

Titre Original: NIGHTMARE ALLEY

Réalisé par: Guillermo Del Toro

Casting : Bradley Cooper, Cate Blanchett, Toni Collette …

Genre: Drame, Thriller

Sortie le: 19 Janvier 2022

Distribué par: The Walt Disney Company France

EXCELLENT

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s