Critiques Cinéma

THE TENDER BAR (Critique)

SYNOPSIS: J.R., un garçon sans père, passe des heures au sein du bar tenu par son oncle Charlie, un homme excentrique, déjanté et haut en couleurs qui représente la seule figure paternelle de son entourage. Alors que la mère du garçon fait tout pour qu’il puisse accéder à des opportunités dont elle n’a jamais pu bénéficier – et ainsi quitter la maison délabrée de son propre père qui la soutient malgré lui – J.R. décide de poursuivre ses rêves personnels et professionnels avec courage et maladresse, tout en gardant toujours un pied dans le bar de son oncle Charlie.

Lors de sa dernière apparition derrière la caméra en 2020, George Clooney sortait sur Netflix Minuit dans l’univers, adapté du roman éponyme de Lily Brooks-Dalton. Pour son nouveau film, il continue dans l’adaptation de roman mais ce coup-ci pour Amazon Prime. Son nouveau film The Tender Bar, adapté des mémoires du même nom de J.R. Moehringer parues en 2005, racontant les vingt premières années de la vie du journaliste et romancier américain à Long Island. Le film commence en 1973, J.R (Daniel Ranieri) un enfant de 9 ans et sa mère Dorothy (Lily Rabe) retournent dans la maison d’enfance spacieuse mais encombrée de Dorothy sur la côte nord de Long Island, où sa mère (Sondra James dans son dernier rôle) les accueille à bras ouverts tandis que son père grincheux (Christopher Lloyd, irrésistible comme toujours) ronchonne et rumine le fait que sa maison regorge de monde. En effet, le frère de Dorothy, Charlie (Ben Affleck), a également élu domicile de façon permanente, principalement sur le canapé. Et c’est tout cela qui plait énormément à J.R, il aime voir du monde défiler dans cette maison. Le père de J.R n’étant littéralement qu’une voix à la radio, il va trouver en la personne de Charlie, une figure paternelle, un père de substitution. Son oncle comprend rapidement que J.R est un enfant gentil, sensible et curieux mais qu’il n’est pas doué pour le sport, il va alors l’encourager vers une autre voie, la lecture. Il conseille également J.R sur les sciences masculines (comme il les appelle), qui incluent des leçons telles que ne jamais frapper une femme et toujours avoir de l’argent de secours. Il emmène J.R au bowling avec ses potes et sa copine du moment et surtout il l’encourage à poursuivre son rêve de devenir écrivain.



Dans le rôle de cet oncle, George Clooney retrouve un Ben Affleck en très grande forme, huit ans après leur collaboration oscarisée pour Argo. Après son excellent travail pour le rôle du diabolique Pierre d’Alençon dans Le dernier Duel (Ridley Scott, 2021), le comédien livre ici une performance de haute volée. En philosophe autodidacte, il surfe entre la sagesse et le whisky tout en enchainant les cigarettes et en s’occupant de son neveu. Les intérêts extérieurs de l’oncle Charlie sont de lire des livres et de faire des puzzles de mots, principalement pour favoriser le développement littéraire de son neveu. La deuxième partie du film, nous montre l’adolescent J.R (maintenant joué par Tye Sheridan), qui est tombé amoureux de l’écriture, une passion qui définira ses exploits à Yale. C’est là-bas qu’il va aussi tomber amoureux, cette fois-ci de sa camarade d’étude Sidney (Briana Middleton), un amour qui ne pourra jamais l’ébranler malgré les nombreuses fois où elle le rejette. La vie a rarement des solutions faciles et les réponses sont souvent complexes mais J.R aura toujours la sagesse de son oncle et le pouvoir de l’écriture. Réalisé à partir d’un scénario de William Monahan (Kingdom of Heaven et Les Infiltrés), le scénariste a restitué les qualités qui ont touché la corde sensible de tant de lecteurs comme le père perdu, la solitude particulière d’un enfant unique ou d’une mère célibataire ou encore la recherche de substituts. Malgré cela le scénario est désordonné, il a du mal à donner vie à J.R et à donner du poids aux défis auxquels il est confronté. Dans ce récit, les problèmes auxquels J.R doit faire face sont écartés trop facilement comme les difficultés financières pour payer les frais de scolarité de Yale et donne le sentiment que les gros problèmes ne pèsent que le poids d’une plume.   


Pour sa huitième réalisation, George Clooney nous livre un film très sentimental, il réussit parfaitement à recréer l’ambiance et les décors des années 1970. On reprochera néanmoins un manque de curiosité envers la plupart des personnages secondaires. Mais la direction sûre de Clooney, combinée aux pertinentes et très bonnes performances de Ben Affleck, Lily Rabe et Daniel Ranieri nous offrent un film chaleureux. On se demandera quand même, si la vie de J.R ne manquait pas de profondeur pour être transportée à l’écran. Malgré quelques faiblesses, The Tender Bar est un film indéniablement agréable, qui tente clairement plus de faire passer la chaleur humaine et le sentimentalisme que de vous faire réfléchir. Et il n’y a rien de mal à faire un beau film, même s’il est plus docile que tendre.

Titre Original: THE TENDER BAR
 

Réalisé par: George Clooney

Casting : Ben Affleck, Tye Sheridan, Lily Rabe, Christopher Lloyd…

Genre: Biopic, Drame

Date de sortie : 07 janvier 2022

Distribué par: Amazon Prime Video France

BIEN


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s